BiblioMonde

  Arménie
La population


-Turquie
-Haut Karabakh

-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-Étudier le pays
-S'informer sur le pays
-Apprendre la langue
-Aider le pays

-Le nom du pays
-Le territoire
-Le conflit territorial
-Les frontières
-La population
-La question des minorités
-Les langues
-Données historiques
-Religions
-Les minorités religeuses
-Le type d'État
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-Les Français originaires de ce pays
-La diaspora
-Données culturelles
-Mémoire du génocide

2 millions d’habitants, sans doute moins. Le chiffre de 3 millions annoncé officiellement est une extrapolation par rapport au dernier recensement (celui de 1989 qui comptait 3,5 millions d'habitants), mais il ne tient pas compte de l’exode massif que le pays a connu au cours des années 1990. Aux yeux des autorités, un recensement n'est pas une urgence. L’aide internationale n’est-elle pas calculée par habitants ?

Densité : environ 65 hab./km2, si on tient compte de la population réelle, soit un peu moins que ses voisines du Caucase.

Indice de fécondité : 1,3 enfants par femme (2004), soit un chiffre inférieur à celui de l'UE.


Espérance de vie : 70 ans contre 75 ans au début des années 1990. La couverture sociale des malades a disparu avec l'URSS, ce qui explique la dégradation de l'état sanitaire de la population en dépit de l'aide humanitaire étrangère.


Taux d’analphabétisme : 2 %.

Diaspora : environ 5 millions de personnes dont près d’un tiers en Russie. Jusqu’à la fin des années 1980, l’Arménie abritait la moitié des Arméniens du monde, aujourd’hui elle n’en représente plus qu’un tiers. La diaspora, en particulier en Russie, a vu ses effectifs augmenter de façon spectaculaire au cours des années 1990 en raison de la forte dégradation des conditions de vie en république d’Arménie.

Immigration : très faible, on peut noter l’arrivé au cours des années 1990 d’un certain nombre de familles arméniennes qui vivaient depuis toujours en Azerbaïdjan, en Asie centrale ou au Proche-Orient (Liban, Syrie, Égypte). Plus récemment, dans les années 2000, l'arrivé d'Arméniens de Russie. Mais une partie de ces arrivants reprend le chemin de l'exil.

Comme en Russie, le taux de fécondité de l'Arménie s'est effrondré au cours des années 1990. Il est aujourd'hui inférieur à celui de l'UE. En Europe occidentale, la baisse a été en partie compensée par l'apport de m'immigration. En Arménie, au contraire, le phénomène est accentué par l'exode de la jeunesse.

Service des statistiques

L’Office des Migrations et des Réfugiés

Armenie-Diaspora

Le vieillissement de l'Arménie (angl.)

 
© BiblioMonde.com