BiblioMonde

  Autriche
Le territoire


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Géopolitique
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Les frontières
-Les régions
-La population
-L'immigration
-Les langues
-Religions
-La fédération
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-Droits et libertés
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les médias
-La liberté de presse
-Données culturelles
-La littérature
-Le cinéma
-Les beaux-arts
-La musique
-Les régions touristiques
-Données écologiques

La superficie de l’Autriche est de 83 850 km2 (soit 15 % de la France ou 2,7 fois la Belgique). Le massif Alpin représente 70 % du territoire (le point culminant de l’Autriche est le Grossglockner (massif du Tauern) : 3 797 m). La partie basse du pays est constituée par la plaine du Danube, fleuve qui traverse l’Autriche sur 350 km.

Les contours de l’Autriche datent de 1919 (traité de Saint-Germain-en-Laye). Ils proviennent du démembrement de l’empire Austro-Hongrois. L’Autriche serait le résultat d’une soustraction : celle de toutes les régions de l’Empire où les peuples non germaniques étaient majoritaires. L’Autriche correspond approximativement aux régions de l’ex-empire où les « Allemands » (c’est ainsi qu’on les appelait à l’époque) étaient majoritaires. Mais des considérations géostratégiques, ou simplement politiques, sont venues se greffer aux critères de partage des territoires de la Double Monarchie. Leurs effets se font sentir jusqu’à nos jours :

- Le Tyrol du Sud (Südtirol), bien que peuplé à 95 % d’Allemands (à l’époque), il a été attribué à l’Italie qui l’a rebaptisé Haut-Adige (Alto-Adige). Le but de cette attribution était de donner à l’Italie une frontière « naturelle » évidente sur le col du Brenner et par la même occasion de tenir une partie des promesses faites à ce pays lors de son entré en guerre aux côtés des Alliés en 1915. Un irrédentisme autrichien a perduré presque jusqu’à nos jours à propos de ce territoire. (Voir la fiche territoires contestés)

- La ville de Klagenfurt (Celovec en slovène) en Haute-Carinthie, bien que peuplée majoritairement de Slovènes (à l’époque), la ville fut attribuée à l’Autriche pour lui donner une cohérence territoriale. En 1920, les campagnes environnantes avaient voté pour le rattachement à l’Autriche. En 1999, la politique cultuelle du land a été prise en main par Jörg Haider (le gouverneur de la Carinthie), depuis les relations avec la minorité slovène n’ont cessé de se détériorer.

- Les Sudètes, en grande partie peuplées d’Allemands (à l’époque) ont été attribuées à la République tchécoslovaque de façon à lui donner une frontière cohérente. Ces citoyens allemands de l’Empire Austro-Hongrois se sont retrouvés du jour au lendemain formant une minorité germanique dans un pays à majorité slave. On sait comment Hitler a utilisé leurs frustration pour démanteler la Tchécoslovaquie et comment de très nombreux Allemands des Sudètes ont participé à la barbarie nazie. En 1945, ils ont été expulsés dans leur très grande majorité vers l’Allemagne, mais aussi vers l’Autriche. Leurs descendants au nombre de 260 000 en Autriche, réclament l’abrogation des décrets Benes qui ont entraîné leur expropriations. Ils sont soutenus par le FPÖ qui propose de bloquer l’adhésion de la République tchèque à l’UE si cette revendication n’est pas satisfaite.


 
© BiblioMonde.com