BiblioMonde

  Chili
Religions


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-Aider le pays

-Le nom du pays
-Géopolitique
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Les frontières
-Les îles
-La population
-Les indiens
-Les langues
-Chronologie
-Religions
-Le type d'État
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le paysage politique
-Droits et libertés
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-La diaspora
-Les médias
-Données culturelles
-Les régions touristiques
-La francophonie locale
-Données écologiques

La majorité des Chiliens est catholique (entre 75 et 90 % de la population, selon si on prend en compte les déclarations d’appartenance ou les simples attaches familiales).

Le Chili n’a pas de religion d’État, mais l’église Catholique y jouit d’une influence considérable. Sa hiérarchie n’a pas eu de réaction critique lors du coup d’État du général Pinochet en 1973.

Une partie de sa hiérarchie est très conservatrice et fortement influencée par l’Opus Dei. Elle fut un des principaux soutiens du régime militaire. D’autres, au contraire, ont tenté au péril de leur vie d’être la « voix de sans-voix ». Des prêtres font partie des « disparus » victimes de la répression.

Globalement, ce n’est qu’à partir du milieu des années 1980 que l’ensemble de l’Église chilienne a pris ses distances avec Augusto Pinochet. Celui-ci avait tenté d’obtenir du Vatican le droit de nommer les évêques. Les appels de la Conférence des évêques chiliens en faveur de la libération d’A. Pinochet après son arrestation à Londres ont toutefois démontré que la hiérarchie de l’église chilienne n’avait pas quitté l’univers mental de l’époque du régime militaire.

Après 8 ans de débat, le Sénat a fini par autoriser la rupture du mariage civil (octobre 2003). Jusqu'à cette date, le Chili était le seul pays occidental (avec Malte) à interdire le divorce. Ce projet de loi était soutenu par 80 % de la population, ce qui n'a pas empêché l'Église chilienne de livrer un guerre sans concession à cette réforme à coup de campagne télévisé. Dans cette bataille perdue d'avance, l'Église a perdu beaucoup de son prestige.

Les protestants représentent quelque 10 à 15 % de la population : méthodistes, luthériens et pentecôtistes (un courrant religieux d’origine nord-américain très actif auprès des populations déshéritées).

On compte aussi quelques juifs (principalement des ashkénazes) et quelques musulmans (souvent originaire de Palestine ou du Liban).

Une partie des Indiens, en particulier les Mapuches, a conservé la religion traditionnelle mapuche. Certains continuent à la pratiquer en parallèle avec leur religion officielle. « Les chefs spirituels mapuche, les Machis, sont généralement des femmes. Les Machis communiquent avec la famille divine afin de maintenir l’harmonie de la nature et de combattre les forces du mal. Les Machis peuvent être chefs spirituels ou posséder des pouvoirs magiques leur permettant de guérir quelqu’un ou de le rendre malade en lui jetant un sort. La religion est une partie intégrante de la culture et de la vie quotidienne des Mapuches. » (utotonto)

Bibliographie

Chili, l'Église catholique 1958-1976 complicité ou résistance ?


Des chrétiens face à la dictature : Le témoignage d'un prêtre français confronté à la dictature du général Pinochet (par Jean-Baptiste Beraud)




Chili 1967-1973 : Le témoignage d'un prêtre-ouvier français travaillant dans les chantiers naval de Valparaiso

Le Portail de l’Église catholique chilienne ( site de la Conférence épiscopale).

Vous pouvez écouter Radio Santa María de Guadalupe avec Real player.

Le président Pinochet reçoit le pape Jean Paul II.


Foyer du Christ (Hugar de Cristo), organisation fondé par le père Hurtado (tendance progressiste de l’église dans les années 1940).

Un site sur Padre Hurtado : sa vie (1901-1944), son œuvre, des photos et des vidéos (difficiles à voir) proposé par l’Université catholique du Chili.

L’Église méthodiste du Chili

Le musée juif de valparaiso

 
© BiblioMonde.com