BiblioMonde

  Corée du Sud
Les langues


-Corée du Nord

-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Le territoire
-La population
-Les langues
-Données historiques
-Religions
-Villes et régions
-Le régime politique
-Le président
-Le paysage politique
-Drapeau, emblème, hymne
-Les relations extérieures
-Les relations avec la France
-Les médias
-La littérature
-Le cinéma
-Les beaux-arts
-La musique
-Les arts de la scènes
-L'architecture
-Le tourisme
-La francophonie locale

La langue coréenne appartiendrait au groupe ouralo-altaïque, auquel se rattache également le finnois, le hongrois, le mongol, le japonais et le turc. Certains linguistes ne sont pas de cet avis et y voient au contraire une langue isolée.

Tous les Coréens parlent la même langue avec différents dialectes suivant les régions. C’est le dialecte de Séoul qui est devenu la langue officielle de la Corée du Sud Ce coréen standard s’est imposé par le biais de la télévision. Le clivage entre le nord et le sud de la Corée s’est accentué par l’emprunt de nombreux terme américain au sud.

L’originalité de la Corée est son alphabet : le hangul (ou hangeul) créé au XVe siècle par un groupe d'érudits de la cour du roi Sejong (règne : 1418-1450).

Le Hangeul est composé de 24 signes alphabétiques (10 voyelles et 14 consonnes), rendant son apprentissage simple d'accès.

En deux pays à idéogramme (Chine et Japon), l’alphabet a facilité l’alphabétisation des masses et permis au coréen de résister à l’époque de l’occupation japonaise pendant laquelle il était banni des école au profit du japonais. Celui-ci a laissé un certain nombre de traces dans le vocabulaire.

Les Coréens inventèrent dès 1372 – soit un siècle avant Gutenberg – les caractères mobiles métalliques. Ce système permis d’instruire le peuple. Dès le XVIe des romans ont été publiés en alphabet coréen. Mais on conserva l’habitude d’imprimer les ouvrages important en caractère chinois. C’est la loi de 1948 qui imposa le hangul. Les idéogrammes sont toujours enseignés à l’école, mais très peu employées. Le projet de les réintroduire pour les documents officiels et les panneaux de signalisations avait provoqué des manifestations en 1999.


Le coréen n'est pas même à distance connexe au français ni aux autres langues indo-européennes. Il est plus probablement un cousin éloigné des langues altaïques et du japonais, mais dans ce cas, il a divergé d'eux il y a des milliers d'années, et le corps du vocabulaire commun, quoique significatif, n'est pas très grand. Il s'avère que des formes anciennes des groupes de langues comprenant le toungouse, le mongol, et le turc (membres de famille altaïque) indiquent une même langue d'origine, mais le proto-coréen a divergé d'elle beaucoup plus tôt que les trois autres groupes, à moins que le proto-coréen n'ait cette langue d'origine comme s&oeligur, tous deux étant issus d'un parent commun.


« Le japonais partage beaucoup de caractéristiques grammaticales avec le coréen, mais la correspondance phonétique et la similitude du vocabulaire et des suffixes grammaticaux sont trop pauvres et peu fréquents pour établir un rapport génétique défini entre les deux langues.

Le résultat de cet isolement linguistique est que le coréen a peu d'éléments apparentés de vocabulaire en commun avec d'autres langages, excepté ceux qui sont le résultat d'emprunts linguistiques. Les seuls mots probablement à être bien reconnus des Occidentaux sont ceux que le coréen a empruntés à l'anglais (et à d'autres langues occidentales) pendant le XXe siècle. Ces mots ont été généralement adoptés avec les choses ou les idées qu'ils représentent de la culture occidentale. Quand les Coréens ont apporté quelque chose de nouveau de l'Ouest pour lequel ils n'avaient pas de mot, ils ont généralement adopté le mot d'origine (anglais television, ice cream), ou lui ont donné un mot sino-coréen, tirant profit de la productivité peu commune des caractères chinois (une montre est ou : "temps-mesureur" ou, en prenant des racines grecques, un chronomètre). » (par Yann Le Bail, du département de langue et littérature françaises de l'université féminine de Sungshin (Séoul), extrait de son site)

Bibliographie

Première approche

Parlons coréen : une première approche de la langue et de la culture coréenne

Le coréen tout de suite : une mini méthode pour un premier contact avec la langue

Parlez coréen : un cédérom


Guide de conversation

Le coréen de poche : un guide de conversation

Le coréen pratique : une première approche de la langue

Méthode de langue

Manuel de coréen : une méthode de langue

Le coréen sans peine une méthode de langue (Assimil)


Dictionnaire

Dictionnaire français-coréen

Écriture

L’écriture du coréen : genèse et avènement (ouvrage consultable en ligne)

Dictionnaire des caractères sino-coréens

Linguistique

Grammaire coréenne


Quelques thèses de linguistique coréenne

Phonétiques en chinois, sino-japonais, sino-coréen, sino-vietnamien







Lire le Hangul : la transcription de l’alphabet coréen

Apprendre à prononcer l'alphabet et les doubles conscones (à écouter)

L’alphabet coréen (angl.)

L’académie nationale de la langue coréenne (angl.-cor.)

La langue coréenne

Premières leçons de coréen en ligne (fr.) : sur le site de la radio nationale coréenne

un examen

Texte en chinois du Xe siècle

Imprimerie et édition : historique (fr.)

La Corée est les langues et cultures étrangères (fr.)

 
© BiblioMonde.com