BiblioMonde

  Croatie
Les frontières


-Adriatique
-Balkans

-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Géopolitique
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Les frontières
-La population
-La question des minorités
-Les langues
-Chronologie
-Religions
-Villes et régions
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-Droits et libertés
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-La conjoncture économique
-La politique européenne
-Les relations extérieures
-La diaspora
-Les médias
-Données culturelles
-Le tourisme
-La francophonie locale
-Données écologiques

Elles ont été tracées en 1945 au moment de la fondation de la Fédération socialiste de Yougoslavie, mais sur la base de lignes de partage beaucoup plus anciennes.

Avec la Bosnie-Herzégovine (932 km)  : la frontière remonte à 1718, date de la paix de Passarowitz entre l’Empire ottoman et l’Autriche. En décembre 1998, la SFOR chasse l’armée croate de la ville de Martin Brod. Depuis, la frontière n’a plus été violée. Elle fait l’objet d’un accord frontalier entre les deux États signé en juillet 1999.

Parmi les litiges frontaliers : un îlot de quelques hectares situé au niveau de Hrvatska Kostajnica, sur la rivière d’Uncica. Le pont détruit en 1995 a été reconstruit fin 2001.

Avec la Serbie (250 km)  : la frontière contestée par les Serbes entre 1991 et 1996 en Slavonie orientale a été finalement reconnue par Belgrade en août 1996. Les relations ferroviaires ont été reprises en novembre 1997.

Le 6 juin 2010, les Slovènes ont approuvé par référendum un compromis bilatéral sur un différend frontalier maritime. La fin d'un conflit ?

Avec le Monténégro : Reste le problème de Prevlaka en Dalmatie méridionale.

Avec la Hongrie (329 km)  : la frontière suit pour l’essentiel le cours de la Drave. Sauf à l’Ouest où la Drave délimite une petite région au fort particularisme, la Medimurje et à l’extrémité Est où elle isole la Baranja.

Avec la Slovénie (501 km) : la frontière correspond à la ligne de partition linguistique. Quelques modifications mineures avaient été réclamées par l’extrême droite slovène en 1992. Ces revendications sont aujourd’hui abandonnées. Un accord sur la frontière (notamment les limites maritimes dans la baie de Piran) a été signé en juillet 2001, mais n'a pas été ratifié par le parlement croate. Il a fallu attendre un arbitrage international, pour que Ljubljana et Zagreb concluent un accord frontalier, le 11 septembre 2009..

La frontière n’était toujours pas été définie et les deux pays conçoivent de manière différente. « La ligne de frontière, que les Slovènes considèrent comme non définie, et pour laquelle ils réclament une solution plus conforme aux intérêts de la population locale, en la fixant sur la rivière Mura, suit en fait l’ancienne ligne cadastrale, en vigueur au moment de la proclamation des indépendances.

La situation est donc diamétralement inverse de celle qui prévaut en Istrie, puisque là-bas, c’est au contraire la Slovénie qui réclame le respect d’une ligne cadastrale que la Croatie refuse de reconnaître. À la différence du contentieux d’Istrie, celui qui se joue aux confins du Prekmurje slovène et du Medjimurje croate a des antécédents qui risquent de compliquer le dossier. » (Le Courrier des Balkans, 18 septembre 2006)

Concernant le conflit maritime, un régime provisoire a été mis en place en septembre 2002, les pêcheurs croates et slovènes ayant des permis spéciaux pourront exercer leur activité dans la totalité de la baie de Piran (de Savudrija, pour les Croates). Il est également prévu une coopération des gardes-côtes croates et slovènes dans la baie. Ce régime ne préjugerait pas de la définition de la frontière maritime et devrait contribuer à une diminution des tensions entre les deux pays. Le projet de mise en place d'une zone économique exclusive (ZEE) dans l'Adriatique est très mal pris à Ljubjana qui menace, dans cette hypothèse, de ne plus soutenir la Croatie face à Bruxelles.

Le Sabor a voté 3 juin 2004 en faveur de la mise en œuvre sur l’Adriatique d’une zone écologique et de pêche. Celle-ci sera établie dès l’année prochaine mais ne concernera pas les pays membres de l’Union européenne. Les Croates considèrent que l’extension de la juridiction de leur pays sur l’Adriatique est conforme à la Convention de l’ONU sur le Droit de la mer, la Slovénie et l’Italie y sont opposées afin que leurs pêcheurs puissent conserver les droits de pêche dont ils disposaient jusqu’à présent.

« À partir du 1er janvier 2008, tous les ponts sur les fleuves qui marquent la frontière entre la Slovénie et la Croatie, et qui ne sont pas des passages officiels, seront détruits. Surtout ceux qui surplombent les fleuves Kupa et Sutla. » (Courrier des Balkans), telle est la conséquence de l'adhésion de la Slovénie à l'espace de Schengen.

Après avoir fait appel à un arbitrage international, Ljubljana et Zagreb ont conclu un accord le 11 septembre 2009, ce qui permet à la Croatie de reprendre ses négociations d'adhésion à l'UE.

Le rétablissement du trafic ferroviaire de Sarajevo à Zagreb (août 2001).

La croatie et ses voisins.

Une carte publiée par l'ambassade de Croatie


Slovénie-Croatie : partie d’échecs sur l’Adriatique : La question du golfe de Piran, des frontières maritimes et de l’accès de la Slovénie aux eaux internationales continue d’empoisonner les relations entre les deux pays (un article de Dnevnik, traduit par le Courrier des Balkans, septembre 2003)

La Croatie se dote d'une zone de protection écologique et de Pêche (sur le site de l'ambassade de Croatie)

Nouvel avis de tempête entre la Croatie et la Slovénie (par Drago Hedl, traduit par Jean-Arnault Dérens pour Le Courrier des Balkans, septembre 2005) : La définition des zones de souveraineté dans l’Adriatique soulève toujours attaques et polémiques.


Le cap de Savudrija et au loin, la baie de Piran

 
© BiblioMonde.com