BiblioMonde

  Croatie
Les médias


-Adriatique
-Balkans

-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Géopolitique
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Les frontières
-La population
-La question des minorités
-Les langues
-Chronologie
-Religions
-Villes et régions
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-Droits et libertés
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-La conjoncture économique
-La politique européenne
-Les relations extérieures
-La diaspora
-Les médias
-Données culturelles
-Le tourisme
-La francophonie locale
-Données écologiques

Avec l’alternance politique de 2000, la Croatie a renoué avec un pluralisme de l’information qu’elle avait connu de 1990 (la liberté de presse est inscrite dans la constitution) jusqu’au rétablissement du délit de presse en avril 1996.

Sous la présidence Tudjman, des privatisations dans des conditions douteuses avait permis à des hommes d’affaires proches du HDZ (le parti au pouvoir) de prendre le contrôle de la plupart des journaux. Un cartel secret, sous le nom de Grupo, s’était même formé en 1997. Il contrôlait 80 % des médias croates. Plusieurs responsables de cette politique ont été poursuivis à partir de fin 2000, mais la propriété de certains organes presse reste encore obscure, c’est le cas notamment du Vecernji List, le quotidien le plus lu.

L'un des rares organes de presse indépendants, l'hebdomadaire Feral Tribune, croule sous le poids des pénalités financières qui lui sont infligés par les tribunaux croates pour sa liberté de ton. S'il n'y a plus de censure officielle, la Croatie ne connaît pas encore la pleine liberté de presse.

En 2003, le changement de certaines lois (notamment le Code pénal) qui a limité les possibilités des journalistes de critiquer les hommes politiques, facilitant ainsi les procès contre les journalistes.

« Un contexte de violence qui marque depuis plusieurs semaines la capitale croate. Le 24 octobre 2008, Ivo Pukani ?, directeur de l’hebdomadaire Nacional, et son collaborateur Niko Franji ?, directeur marketing du groupe NCL, ont été tués dans un attentat à la bombe. Le 21 novembre 2008, les services de déminage de la police ont également découvert une bombe factice en plastique sous la voiture de Hrvoje Appelt, journaliste de l’hebdomadaire Globus. Le véhicule du journaliste était garé devant l’agence de lutte contre la corruption (USKOKO). La police a placé Hrvoje Appelt sous protection. Ce dernier a fait également état de menaces reçues depuis le mois de septembre 2008. » (Le courrier des Balkans, décembre 2008)

La presse écrite

Vecernji List (quot. 150 000 ex.) : « Le Journal du soir » le grand quotidien populaire et conservateur croate qui vend un quart de son tirage à l’étranger, principalement en Allemagne. Après sa privatisation frauduleuse à l’époque de la présidence Tudjman, le journal a finalement été racheté en 2001 par la maison d’édition autrichienne Styria qui a opéré sa modernisation (couleur et nouveau graphisme). Politiquement, il penche toujours en faveur du HDZ.

Jutarnjilist (quot. 140 000 ex.) : « Le journal du matin » quotidien grand public lancé en avril 1998 par le groupe Europa Press Holding de Nino Pavic. Avec 15 % de part de marché, il s'est hissé presque à la hauteur de Vecernji List.

Slobodna Dalmacija (quot.) : La « Dalmatie libre » est publiée à Split. C’était autrefois un journal de qualité qui a connu une éclipse entre 1993 et 2000 quand il était passé illégalement sous le contrôle d’un homme d’affaire douteux proche du régime du président Tudjman. De nombreux journalistes l’avaient alors quitté pour fonder Feral Tribune auquel il est aujourd’hui lié. Sa ligne est restée ultra nationaliste jusqu’à sa reprise en main par le gouvernement Racan en mai 2001 (l’État est son actionnaire majoritaire). Il a perdu aujourd'hui une grande part de son audience.

Novi List : Le « Nouveau journal », quotidien indépendant de Rijeka fondé en 1993 par des journalistes cherchant à fuir l’emprise du pouvoir sur les journaux les plus importants. Principal quotidien d’opposition à l’époque de Tudjman.

Vjesnik (quot.) : Le « Messager » était l’organe officiel du parti communiste jusqu’en 1991, il a ensuite connu une brève période d’indépendance (jusque fin 1994) avant de devenir le véritable porte-parole du HDZ au pouvoir en développant ses thèses ultra-nationalistes et anti-européennes. Son lectorat et son tirage a fortement décliné : 20 000 ex. contre 100 000 à la grande époque. La privatisation douteuse de 1994 a été remise en question, Vjesnik est aujourd’hui un journal public dont le rédacteur en chef, le très anticonformiste Igor Mandic, a été nommé en mars 2000 pour en faire le journal de la Croatie citoyenne.

Republika (quot.) : journal lancé en 2000 qui soutient la politique du président Mesic.

Feral Tribune (hebdo. 50 000 ex.) la « Tribune du lampadaire » a été fondée en 1993 par de jeunes journalistes qui avait quitté Slobodna Dalmacija tombé sous la coupe d’un proche de Tudjman. Ce magazine sérieux, mais d’une grande liberté de ton est parfois comparé, pour son impertinence, au Canard enchaîné français. Cette indépendance lui vaut des déboire avec la justice. Feral Tribune croule financièrement sous les amendes pour « préjudice moral » envers les personnes qu'il critique.

Globus (hebdo. 100 000 ex.) Le magazine grand public le plus lu en Croatie propriété de Europa Press Holding.

Tjednik (hebdo. 40 000 ex.) : L’« Hebdomadaire », magazine sérieux fondé en 1997 et héritier du Danas dont le régime du président Tudjman avait provoqué la disparition. A soutenu l’alternance politique de 2000.

Pecat (hebdo. 22 000 ex.) : Le « Sceau » journal indépendant créé en 1994 par d’ancien journaliste du Danas.

Erasmus (bimensuel, 3 000 ex.) Revue culturelle qui marqua son opposition à F. Tudjman.

Nacional (hebdo.) : Journal à sensations.


L’audiovisuel

HRT, Hrvatska radiotelevizija  : la radiotélévision publique croate (3 chaînes) :

- HRT 1 : des programmes nationaux, éducatifs et culturels.

- HRT 2 : des programmes étrangers, notamment des films, mais aussi des productions régionales.


- HRT 3 : du sport ou de la musique.

Le nouveau régime est en train de transformer ce média d’État qui fut durant plusieurs années au service d’un seul parti, le HDZ, en un organisme publique respectant le pluralisme.

Narodni radio : la radio nationale, la plus écoutée (environ un quart de part de marché)

Obiteljski radio : la radio de la famille, très grand public ( la deuxième radio croate, elle talonne la radio nationale en terme d’audience).

Radio 101 : la première radio indépendante de Croatie. Fondée en 1984 comme radio pirate s’opposant au régime communiste, elle a ensuite combattu les dérives autoritaires du président Tudjman qui a tenté à plusieurs repris à partir de 1996 de la faire taire. Elle fut défendue par la population de Zagreb où elle est la plus écoutée, en particulier par les jeunes, qui forme l’essentiel de son auditoire. Environ 15 à 16 % de part de marché.

Ostali radio : 12 à 13 % de part de marché.

Otvoreni radio : 10 % de part de marché.

Radio Sleme : émet dans la région de Zagreb (10 % de part de marché).

Un quotidien croate des années 1920

[Croatie : le journaliste Drago Hedl menacé de mort
Mise en ligne : lundi 1er décembre 2008
Sur la Toile

Drago Hedl, un des meilleurs journalistes de Croatie a reçu de nouvelles menaces de mort, quelques semaines après les assassinats d’Ivo Pukani ? et de Niko Franji ? du journal Nacional. Drago Hedl, tout comme Hrvoje Appelt, un autre journaliste menacé de mort, ont été placés sous le protection de la police. (Le Courrier des Balkans, décembre 2008)


Le HDZ à l’assaut de la télévision publique : Le parti au pouvoir s’est récemment déchaîné au Parlement contre la télévision
publique. Une attaque concertée, visant à réduire l’indépendance des journalistes. (Le Courrier des Balkans, décembre 2005)

La presse écrite

Vecernji list : l'édition électronique.

Slobodna Dalmacija : l'édition en ligne du premier quotidien croate.

Vjesnik : édition électronique peu attrayante propose ses archives en ligne depuis 1998

Feral Tribune : hebdo satirique. Voir les photo-montages se moquant des hommes politiques dont le magazine s’est fait une spécialité (galerija).

Nacional : l'édition électronique hebdomadaire d'un magazine à sensations.

Audio-visuel

HRT (Hrvatska radiotelevizija) : la Radio-Télévision croate. Les nouvelles du jour en anglais.

Narodni radio : la radio nationale (croat.)

Obiteljski radio

Radio 101

Radio Rijeka

HR, Radio-Rijeka (croat.)


HINA : l’agence de presse nationale (croate-angl.).

Hrvatsko novinarsko drustvo : L’Association de la presse croate. (croat.)

Le Centre croate d’informations (Hrvatski Informativni Centar)




 
© BiblioMonde.com