BiblioMonde

  Haïti
La diaspora


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires

-Le nom du pays
-Le territoire
-Les frontières
-Les îles
-La population
-Les langues
-Chronologie
-Religions
-Villes et régions
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-La diaspora
-Les médias
-Données culturelles
-La musique
-Données écologiques

La diaspora haïtienne compte près de 2 millions de personnes disséminées à travers le globe et dont les principaux pays d’accueil sont les États-Unis d’Amérique (1 million) et le Canada, pays industrialisés les plus proches de l’île. La seule communauté new-yorkaise représenterait quelque 600 000 personnes.

Cette vague d’émigration a commencé immédiatement après l’arrivée au pouvoir de François Duvalier en 1957. Elle a produit, des années 1960 à 1980, un flux de réfugiés politiques qui s'est ensuite transformé en émigration économique qui a pris à la fin du XXe siècle l'allure d'une véritable hémorragie en direction des côtes de Floride.

« Entre 300 000 et 500 000 sont partis en République dominicaine, principalement pour couper la canne à sucre (les braceros); plus de 500 000 ont émigré en Amérique du Nord, la moitié à New-York; le reste à Montréal, Boston et la Floride. Enfin, un peu moins de 100 000 en France (Guadeloupe, Martinique et surtout en Guyane), ainsi qu'en métropole (40 000), principalement dans la région parisienne.

Dans un premier temps, cette émigration affectait les classes aisées, diplômés universitaires sans débouchés sur place ou étudiants en formation à l'étranger. Puis le duvaliérisme déclencha une vague d'émigration politique, notamment vers les Etats-Unis et le Canada (francophone). » (extrait d’un article de Gilles Danroc, Plein Droit)

La déferlante haïtienne (pourtant très limitée à l'échelle des États-Unis) a été très médiatisée. À l'inverse du flux qui provient de Cuba, elle est considérée comme un véritable fléau à combatre. Depuis le 24 mai 1992, même les procédures expéditives sont abandonnée : c'est la reconduite directe et immédiate en Haïti de tous ceux qui sont interceptés par les garde-côtes américains. C'est la crainte d'« déferlante » qui a pousser Whashington à contraintre le président Aristide à la démission (février 2004).

Le site de la communauté haïtienne de France

La diaspora haïtienne à Paris : significations, appartenances et sociabilités, par Dimitri Béchacq

La communauté haïtienne de suisse

Haïtiens ou descendants d'Haïtiens en République Dominicaine

L’Agence "Taïnos" et la diaspora haïtienne (Canada)

Diaspora et métissage. Quelques réflexions sur les associations haïtiennes de Guyane, par Eric Gallibour

Espaces de l’immigration haïtienne en Guyane française par Laëthier Maud

États-Unis : le retour des refoulés (Plein Droit n° 18-19, octobre 1992)

Population et migration

Haïti rend hommage à Alexandre Dumas (Haïti-press, 10 décembre 2002)

Les origines haïtiennes d'Alexandre Dumas

 
© BiblioMonde.com