BiblioMonde

  Haïti
Le président


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires

-Le nom du pays
-Le territoire
-Les frontières
-Les îles
-La population
-Les langues
-Chronologie
-Religions
-Villes et régions
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-La diaspora
-Les médias
-Données culturelles
-La musique
-Données écologiques

Jocelerme Privert est président de la République provisoire depuis février 2016.

Le précédent scrutin, qui s’est tenu en octobre 2015, a été annulé sur des soupçons de fraude électorale massive. Reprogrammé pour le 9 octobre 2016, le premier tour de la présidentielle a dû être reporté à cause du passage de l’ouragan Matthew sur le sud du pays le 4 octobre, qui a fait plus de 540 morts, a détruit les récoltes et provoqué une épidémie de choléra.

Le Caricom (communauté des Caraïbes) qui regroupe quinze États de la région membre également de l'OEA, a qualifé d'« atteinte à l'ordre constitutionnel » le départ précipité d'Aristide et deamnde un enquête, comme le prévoit la charte démocratique interaméricaine. Les États-Unis s'y opposent.


Chef de l'État est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il ne peut être immédiatement réélu. En aucun cas, il ne peut briguer un troisième mandat (Constitution de 1987, art. 134.3). Le président de la République entre en fonction le 7 Février. Lors de la cérémonie d'investiture, il doit prêter le serment devant le parlement réuni en Assemblée Nationale.

« Je jure, devant Dieu et devant la Nation, d'observer fidèlement la Constitution et les lois de la République, de respecter et de faire respecter les droits du peuple haïtien, de travailler à la grandeur de la Patrie, de maintenir l'indépendance nationale et l'intégrité du territoire. » (Constitution, art. 135.1)

Ses prérogatives sont relativement importantes, à l'image de ceux du président de la république française. L'actuel président en use et en abuse. À la tête d'une faction incompétente et corrompue, Jean-Bertrand Aristide est de plus en plus contesté tant en Haïti que sur la scène internationale.


Les anciens chefs d'État

Toussaint Louverture (1743-1803) 09.05.1801-1802

Empereur

Jaques I (Jean Jaques Dessalines) (chef d'État en 1803) (1758-1806) 08.12.1804-17.10.1806

Roi

Henri I Christophe (1767-1820) (Président à partir du 17.10.1806) 26.03.1811-08.10.1820

Président


Alexandre Pétion (1770-1818) 27.12.1806-29.03.1818



Jean Pierre Boyer (1776-1850) 29.03.1818-21.03.1843


Charles Hérard (1787-1850) 21.03.1843-03.05.1844


Philippe Guerrier (1773-1845) 03.05.1844-15.04.1845


Jean Louis Pierrot 16.04.1845-02.1846


Jean Baptiste Riché (1780-1847) 01.03.1846-27.02.1847


Faustin Solouque (1782-1867) 01.03.1847-26.08.1849


Empereur

Faustin I (1782-1867) 26.08.1949-15.01.1859


Présidents


Fabre Geffrard (1806-1879) 20.01.1859-13.03.1867


Sylvain Salnave (-1869) 14.05.1867-19.12.1869


Nissage Saget 19.03.1870-13.05.1874


Michel Dominique 11.06.1874-15.04.1876


Boisrand Canal 17.07.1876-17.07.1879


Etienne Felicité Salomon (1820-1888) 23.10.1879-10.08.1888


Télémaque (-1888) 24.08.1888-19.09.1888


François Denis Légitime (1833-1905) 23.10.1888-22.08.1889


Denis Floréal Hippolyte (1827-1896) 09.10.1889-24.03.1896


Tirésias Simon Sim 31.03.1896-12.05.1902


Boisrand Canal (2e mandat) 09.05.1902-21.12.1902


Alexis Nord (1822-1910) 21.12.1902-02.12.1908


Antoine Simon 20.12.1908-02.08.1911


Michel Cincinnatus Leconte (-1912) 14.08.1911-08.08.1912


Tancréde Auguste (-1913) 08.1912-02.05.1913


Michel Oreste (1859- ?) 04.05.1913-27.01.1914


Oreste Zamour (-1915) 08.02.1914-29.10.1914


Joseph Davilmare Théodore 07.11.1914-23.02.1915


Jean Velbrun-Guillaume (-1915) 04.03.1915-28.07.1915


Philippe Sudré Dartiguenave 12.08.1915-15.05.1922


Joseph Louis Bornó (1865-1942) 15.05.1922-23.04.1930


Etienne Roy 15.05.1930-18.11.1930


Stenio Vincent 1874-1959) 18.11.1930-04.1941


Elie Lescot 04.1941-12.01.1946


Dumarsais Estimé (1900-1953) 15.08.1946-10.05.1950


Paul Magliore (1907-2001) 08.10.1950-12.12.1956


Joseph Nemours Pierre-Louis 12.12.1956-07.02.1957


Frank Sylvain 07.02.1957-02.04.1957


Léon Cantave 20.05.1957-26.05.1957


Daniel Fignolé 26.05.1957-14.06.1957


Antoine Kebreau (1909-1963) 14.06.1957-15.10.1957


François Duvalier (1909-1971) 15.10.1957-21.04.1971


Jean Claude Duvalier (1951) 22.04.1971-07.02.1986


Henri Namphy (1933) 07.02.1986-07.02.1988


Leslie Manigat (1930) 07.02.1988-20.06.1988


Henri Namphy (2e mandat) 20.06.1988-17.09.1988


Prosper Avril (1937) 18.09.1988-10.03.1990


Ertha Pascal Trouillot (1943) 13.03.1990-07.02.1991


Jean Bertrand Aristide (1953) (en droit à partir du 07.02.1996) 07.02.1991-30.09.1991


Joseph Nerette (1924) 08.10.1991-12.05.1994


Émile Jonassaint 12.05.1994-15.10.1994


Jean Bertrand Aristide (2e période) 15.10.1994-07.02.1996
Jean-Bertrand Aristide est né en 1953 à Port-Salut, ville côtière du département du Sud. Après des études de théologie, il est ordonné prêtre en 1982. Nommé dans un quartier pauvre de Port-au-Prince. Il se fait vite remarqué par ses prêches dénonciateur de la dictature des Duvalier. Surnommé Titide, le Père Aristide se pose en curé des bidonville où il enflamme les foules. Avec son discours anti-impérialiste, il a des allures de messie. Après des années de lutte, il est élu le 16 décembre 1990 à la présidence de la république avec des promesses de justice sociale. En septembre 1991, il est renversé par un coup d'État qui l'oblige à fuir au États-Unis. En exil, il est devenu un leader médiatique soutenu par de nombreux intellectuels de par le monde. En 1994, une intervention militaire américaine permet un retour triomphal en Haïti de Jean-Bertrand Aristide qui récupère son poste de président. Mais ce n'est plus le même homme. La même année il renonce à la prêtrise, deux ans plus tard, il se marie. En 1996, selon les termes de la constitution, il cède le poste de président à son plus proche collaborateur, René Préval, mais conserve la réalité du pouvoir. Ce mandat est marqué par la violence, la corruption, Haïti s'enfonce dans la crise et Aristide d'enrichit. En peu d'année de pouvoir, l'ancien curé des pauvres se retrouve à la tête d'une grande fortune. En 2000, il est « réélu » par une infime partie des électeurs : 5 % selon l'opposition qui prônait le boycott du scrutin. Par ses liens avec des bandes armées et ses méthodes de répression, Jean-Bertrand Aristide n'a pas donné depuis le moindre gage de démocratie. Il était à la tête d'un régime autoritaire coupé des masses populaires qui l'avaient porté au pouvoir en 1990.
« La dérive mafieuse de Jean-Bertrand Aristide, ex-défenseur des bidonvilles et héraut de la société civile, illustre la pesanteur de cette culture du pouvoir exclusif et lucratif. Laissons aux historiens le soin d'apprécier si, dès l'origine, le prêtre populiste, imbu de son verbe mystique, était mégalomane et sanguinaire. Ou si le goût du pouvoir et de l'argent lui est venu aux sommets de l'État. Quel que soit le jugement que le temps portera sur l'homme, il ne fut pas seul à trahir les idéaux dont il était le porte-parole. » (extrait d'un article de Yann Mens, Alternatives Internationales, mars 2004)


René Preval (1943) 07.02.1996-07.02.2001


Jean Bertrand Aristide (second mandat) 07.02.2001-29.02.2004
Il avait été élu en novembre 2000 lors d'un scrutin qualifié de mascarade par ses anciens alliés. Cette consultation marquée par une très faible participation, a été boycottée par l'opposition. Celle-ci considère que l'élection de J.-B. Aristide a été un véritable « coup d'État électoral ». Quant à la communauté internationale, elle a refusé de financer et d'observer cette élection à la suite des irrégularités flagrantes qui avaient marqué les législatives et les municipales de juillet 2000. Les bailleurs de fonds ont suspendu leurs programmes de coopération. Face à une insurrection populaire, et sous la pression des États-Unis et de la France, Aristide démissionne le 29 février 2004 et s'exile d'abord à Bangui, puis en Jamaïque et finalement en Afrique du Sud (juin 2004). Aristide affirme avoir été enlevé et contraint à la démission dans des conditions non conforme à la constitution. Il demande à retourner en Haïti. Le coup d'État qui a renversé Aristide est à l'origine d'une controverse internationale.



Boniface Alexandre 29.02.2004-02-2006, président provisoire

Réné Préval 2016-2011
Né en 1943, René Préval a déjà été président entre février 1996 et février 2001. Son parti s'appelle le Front de l'espoir. Il a été élu avec 51,15 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle.

Michel Joseph Martelly 2011-2016
Musicien, compositeur et homme d'État haïtien, président de la République du 14 mai 2011 au 7 février 2016.

René Préval

Le site de la présidence

Boniface Alexandre, le président provisoire de février 2004 à février 2006


Jean-Bertrand Aristide (photo officielle), a été contraint à la démission le 29 février 2004

La fondation Aristide pour la démocratie

Le dossier Haïti de Rezonet (mars 2004)


Retour sur la chute du président haïtien : Le bicentenaire de l’indépendance d’Haïti a été marqué par des tensions qui ont abouti au départ contraint et forcé du président Jean-Bertrand Aristide, le 29 février. Victime d’un « coup d’État moderne » pour les uns, dictateur justement évincé pour les autres, l’ex-président demeure très controversé. Mais l’issue de la crise soulève aussi de nombreuses questions sur les ambiguïtés de son ex-opposition (par Maurice Lemoine, Le Monde diplomatique, septembre 2004).

Le Palais national, résidence présidentielle (appelée aussi « Maison blanche »)

Petit historique

La liste des présidents

 
© BiblioMonde.com