BiblioMonde

  Hongrie
Le paysage politique


-Visiter le pays
-S'informer sur le pays

-Le nom du pays
-Les frontières
-La population
-Les Tsiganes
-Les langues
-Religions
-Villes et régions
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-La conjoncture économique
-Données culturelles

Le paysage politique hongrois est marqué par une opposition gauche-droite très marquée. La droite et l'extrême droite totalisent aujourd'hui environ deux tiers des voix et contrôlent tous les médias. Divisée, minée par des querelles personnelles et des affaires de corruption, l’opposition de gauche et du centre est laminée.

En février 2015, lors d'une élection partielle, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a perdu la "super-majorité" des deux tiers, dont il disposait depuis 2010.


- Fidesz : Alliance des jeunes démocrates (Fiatal Demokraták Szövetsége,Fidesz) : le parti majoritaire, une droite populiste à la fois nationaliste et conservatrice. Le Fidesz avait remporté les élections législatives de 1998 et a gouverné avec le MDF, petit parti conservateur. Le chef du Fidesz, Viktor Orbán, alors âgé de 35 ans, fut le plus jeune premier ministre d'Europe jusqu'en 2002). En avril 2010, toujours sous la conduite de Viktor Orbán, le Fidesz a obtenu 53 % des voix aux législatives, puis 44,5 % des voix en 2014.

- Jobik : Parti d'extrême droite fondé en 2003, raciste et militant pour une révision du traité de Trianon. Kristina Morvai est sa tête de liste pour les européenne 2009. En 2010, ce parti antisémite et anti-Roms, a fait sa première vraie percée électorale avec 15 % des voix. Puis 20 % en 2014.

- MSZP : Le Parti socialiste hongrois (Magyar Szocialista Párt), fondé en 1989 est l'héritier du Parti socialiste ouvrier hongrois (appellation depuis 1956 du Parti communiste au pouvoir). Au pouvoir de 1994 à 1998, puis à partir de 2002. Le MQZP subi une véritable déroute électorale en avril 2010 : 20 %. En 2014, 25 %.

Deux membres du MSZP ont créé deux formations dissidentes :

- Coalition démocratique (DK). Le DK a 10 députés avec elle. L'idéologie de DK représente globalement un cours de centriste-libéral et pro-démocratie.

Ensemble 2014 formé par Gordon Bajnai, le successeur de M. Gyurcsany . Le parti est formé par trois groupes de la société civile. Le patriotisme de Bajnai et Association Progrès, une sorte de think tank centriste.

- LMP (La Politique autrement) : parti écologique de centre gauche entré en politique avec avec 7,8 % des voix aux législatives de 2010. Ses électeurs sont ceux votaient pour les Libéraux ou du Forum démocratique hongrois.

Les petits partis :

- SzDSz : Alliance des démocrates libres (Szabad Demokraták Szövetsége) : parti libéral, autant en matière économique que sur les questions de société, membre de l'Internationale libérale. Ce petit parti a quitté la coalition gouvernementale en avril 2008 pour se placer dans l'opposition.

- MDF : le Forum démocratique hongrois (Magyar Demokrata Fórum) : conservateur modéré, membre du Parti populaire européen. Il avait remporté les premières élections libres de 1990 avec 54 % des voix. L'un des siens, Antall Jozsef, était devenu premier ministre. Mais il fut balayé aux élections de 1994. Depuis 2002, ce petit parti refuse toute alliance avec un Fidesz radicalisé.

- FKGP : le Parti indépendant des petits propriétaires et des paysans, premier parti du pays en 1945, dissous après l’instauration de la République populaire de Hongrie et reconstitué en 1988

- KDNP : le Parti chrétien-démocrate populaire : chrétien-démocrate.

- MIEP : le Parti hongrois de la justice et de la vie hongrois, l'extrême droite nationaliste

- HVIM : Mouvement de Jeunesse des 64 Comtés (Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom), mouvement de jeunesse d'extrême-droite. Fondé en 2001 par Toroczkai László, il milite pour une Grande Hongrie. En 2006, György Gyula en a pris la direction. Ce parti était à la pointe des manifestations violentes de l'automne 2006 à Budapest.




La droite nationaliste et conservatrice, majoritaire depuis avril 2010

Le site de la campagne 2010

Viktor Orbán (Fidesz), son discours ultranationaliste et populiste lui a fait perdre les élections de 2002 et de 2006. À peine modéré, il a remporté la victoire en 2010 et en 2014.

Son site perso

Le parti socialiste, au pouvoir de 2002 à 2010

Le KDNP : parti chrétien-démocrate

Le FKGP

Le HVIM : droite extrême

Le HVIM-France

Le Jobbik récolte l’amertume des déçus de tout


 
© BiblioMonde.com