BiblioMonde

  Macédoine
Le nom du pays


-Balkans

-S'informer sur le pays

-Le nom du pays
-Le territoire
-Les frontières
-La population
-Les langues
-La capitale
-Le régime politique
-Le président
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-La politique européenne

Le nom du pays, Macédoine (Makedonia), est contesté par la Grèce sous prétexte qu'il fait référence à une partie de son territoire (la région de Macédoine, au nord) et surtout à son histoire antique.

Provisoirement, ce pays a été reconnu sous l'appellation d'« Ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM) » (Former Yugoslav Republic of Macedonia, FYROM, en anglais). C'est sous ce nom que le pays a été admis à l'ONU. La Grèce, quant à elle, s'en tient à « République de Skopje » (du nom de sa capitale) et nomme ses habitants les « Skopjiens » (Skupiani).

Le nom officiel de République de Macédoine s'est néanmoins imposé dans le langage courrant. Cette appellation a été officiellement reconnue par les États-Unis (en 2004) et 120 pays membres de l’ONU dont également la Russie, la Chine, l’Inde et tout récemment le Canada.

La Macédoine a proclamé son indépendance après l’organisation d’un référendum le 8 septembre 1991 dans le contexte de la désintégration de l’ancienne Fédération yougoslave. En raison du litige avec la Grèce portant sur le nom constitutionnel du nouveau pays, la reconnaissance internationale n’intervient qu’en 1993 : la Macédoine est admise à l’ONU (résolution 817/93) en avril 1993, sous le nom provisoire d’« ancienne République yougoslave de Macédoine » (ARYM).

La Grèce faisant jouer son droit de veto sur l’entrée de la Macédoine dans l’OTAN. Le Premier ministre macédonien Nikola Gruevski envisage la possibilité d'un référendum sur le nom du pays : parmi les propositions, « République démocratique de Macédoine » et « République indépendante de Macédoine ».

Bibliographie

Les Grecs et le mythe d'Alexandre : étude psychosociale d'un conflit symbolique à propos de la Macédoine

Éclairage sur la (re)naissance de la question macédonienne dans les manuels grecs d’histoire de l’enseignement secondaire (1950-1995)

La dispute gréco-macédonienne dans l'impasse : Maria Béjanovska expose les arguments de la Macédoine (Newropeans magazine, 23 November 2007)

La majorité des Macédoniens (69,9 %) est opposée au changement du nom du pays pour rejoindre l'Otan, une condition réclamée par la Grèce, et seuls 23 % des Macédoniens seraient favorables à un tel changement pour adhérer à l'Alliance atlantique, selon un sondage publié le 18 septembre 2008 par l'Institut pour la démocratie à Skopje (indépendant).

 
© BiblioMonde.com