BiblioMonde

  Maroc
Les langues


-Casablanca

-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-Apprendre la langue
-Aider le pays

-Le nom du pays
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Les frontières
-La population
-Les langues
-Données historiques
-Religions
-L'État et la religion
-Le type d'État
-Le régime politique
-La monarchie
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-Les droits de l'homme
-Le statut des femmes
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-La diaspora
-Les médias
-La liberté de presse
-Données culturelles
-Le tourisme
-Les régions touristiques
-La francophonie locale
-Données écologiques

Le Maroc est une terre de Berbères, partiellement arabisée il y a 13 siècles, qui a aussi reçu des apports humains et culturels en provenance de l’Espagne et de la France... Le paysage linguistique marocain est le témoin de ces brassages :

L’arabe , langue officielle et langue maternelle de près des deux tiers de la population. C'est aussi la langue de la religion dominante, l'islam. Il faut cependant distinguer l'arabe officiel, celui de l'administration et l'arabe dialectal (la véritable langue maternelle : la darija) que parlent tous les Marocains, même si plus d'un tiers d’entre eux ont d’abord appris le berbère. La darija n'est utilisée à la télévision que depuis peu.

L'article 5 de la constitution : « L'arabe demeure la langue officielle de l'État. L'Etat œuvre à la protection et au développement de la langue arabe, ainsi qu'à la promotion de son utilisation. De même, l'amazighe constitue une langue officielle de l'État, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception ». Il hiérarchise les langues : l'arabe demeure LA langue officielle, l'amazighe constitue UNE langue officielle.

Marginalement, il existe deux autres variantes de l’arabe : le judéo-marocain (quelques milliers de locuteurs au Maroc, plus 200 000 en Israël, quelques dizaines de milliers en France) et l’hassania (hassaniyya), parlée par quelques dizaines de milliers de personnes dans l’extrême Sud (région de Tan Tan) ainsi qu’au Sahara occidental (ce dialecte est surtout parlé en Mauritanie).

L’amazighe (langue berbère) est parlée par environ 40 % de la population, mais n'a pratiquement pas d'existence officielle. Comme l’arabe, elle est divisée en plusieurs dialectes, notamment :

- le rifain, ou zenatiya, ou tarifit, parlé dans le Rif.

- le tamazight ( ou braber) parlé dans le Moyen Atlas, une partie du Haut Atlas et plusieurs vallées. Il dispose d’un alphabet (le tifinagh) également utilisé par les Touaregs.

- le tachelhit pratiqué par les Chleuhs du Haut Atlas, du Sous et du littoral du sud du Maroc.

De façon plus marginale, ces trois dialectes berbères sont parlés en Algérie et en France. On publie peu en langue berbère, quelques journaux quelques livres. Beaucoup de ceux qui le parlent ne le lisent pas (faute d’un apprentissage scolaire qui n’existe pas au Maroc). Le sujet du statut de cette langue reste tabou. Au cours des années 1990, plusieurs enseignants ont été emprisonnés pour avoir demandé l’adoption du berbère comme langue officielle au côté de l’arabe.

La question berbère

« En 1982, une dizaine d’universitaires et de cadres berbères sont emprisonnés pendant un mois. Dans une revue qu’ils venaient de créer, ils avaient affirmé que le berbère était une langue, au même titre que l’arabe. L’auteur de cette intolérable assertion passe un an derrière les barreaux, après avoir refusé de demander grâce à Hassan II. L’événement ne fait cependant pas trop de vagues; nous sommes encore dans les "années de plomb", et le mouvement est, de surcroît, très émietté. Un embryon d’unification s’ébauche en 1991, quand six associations se regroupent pour rédiger une plate-forme revendicative dite "charte amazighe" ? Mais cela ne va guère plus loin. Trois ans plus tard, les associations se sont multipliées et ont gagné en influence. La tentative d’union est rééditée par la création du Conseil de coordination des associations amazighes au Maroc. (...) Hassan II lâche tout de même du lest en libérant les prisonniers, en promettant que le berbère sera bientôt enseigné dans les écoles (promesse demeurée à ce jour lettre morte) et en autorisant les fameux flashs télé "en dialectes".

Après la mort de Hassan II, la question berbère reprend de la vigueur, et les militants berbéristes de l’assurance. Le 1er mars 2000, un grand pas est franchi : un "manifeste berbère", fruit de deux ans de débats intenses, est signé par 229 personnes, parmi la fine, fleur des intellectuels berbérophones Marocains. » extrait d’un article d’Ahmed R. Benchemsi, correspondant au Maroc de Jeune Afrique / L'Intelligent, mai 2001.

En juillet 2001, le roi Mohamed VI a annoncé la création d'un Institut national pour les études berbères ayant notamment pour mission de préparer l'intégration de l'amazighe dans l'enseignement public Marocain. La création d'un tel organisme avait déjà été votée par le Parlement en… 1978, sans jamais voir le jour. Sous la pression de la révolte en Kabylie algérienne, le projet semble cette fois mieux engagé. Le berbérisme est en train de devenir un des canaux de la contestation au Maroc où un manifeste a récemment recueilli plus d'un million de signatures.

Depuis l'avènement de Mohammed VI, le tamazight (le berbère) est devenu une langue à part entière, introduite dans les programmes publics et dans les émissions de télévision.

Autres langues

Le français est parlé, à des degrés divers, par une bonne partie de la population, principalement dans les villes et dans les milieux instruits (66 % de la population alphabétisée depuis plus de 10 ans, selon une enquête de 2015). La majeure partie de la presse marocaine est publiée en français, ainsi qu’un tiers des livres édités au Maroc.

L'espagnol est encore un peu parlé dans ce qui fut le Maroc espagnol (le Nord) mais plutôt par des gens âgés.

L'anglais s’est imposé comme langue étrangère. Au Maroc, il ne menace pas le français, qui n’est pas vraiment une langue étrangère, sauf dans les milieux islamistes qui en ont fait leur langue de communication internationale (le phénomène est encore plus net en Algérie). 18 % de la population affirme le parler.

Bibliographie

arabe

Dictionnaire arabe-français, langue et culture marocaine par Alfred-Louis de Prémare : un ouvrage utile pour connaître en profondeur la culture traditionnelle du Maroc

Parlons l'arabe dialectal marocain par Michel Quitout : une méthode de langue pour apprendre la variante marocaine de l'arabe

Arabe marocain, kit de conversation : un guide de conversation et un CD audio


Le Marocain de poche par Wahid Ben Alaya : un petit guide de conversation destiné au voyageur


Proverbes et dictons du Maroc par Leila Messaoudi, un recueil de proverbes marocains et leur traduction en arabe dialectal en vis-à-vis


Dictionnaire bilingue des proverbes marocains arabe-francais par Michel Quitout

Initiation à l'arabe maghrébin par Michel Quitout

berbère

Grammaire moderne berbère : rifain, tamazight, chleuh, kabyle

Dictionnaire français-berbère le dialecte des Ntifa (centre du Maroc)

Initiation au Tachelhit par Abdallah El Mountassir : pour un apprentissage de la langue berbère du sud du Maroc

Manuel de conjugaison du tachelhit

Dictionnaire des verbes tachelhit-français

Vocabulaire usuel du Tachelhit


Dictionnaire tamazight-français  : le parler berbère du Maroc central

Grammaire du tamazight par Lahcen Oulhaj

Proverbes berbères par Fernand Bentolila : 840 proverbes du Rif du Haut et Moyen Atlas, du Zemmours, du Souss…

Linguistique berbère

La langue berbère : Morphologie - le verbe - étude de thèmes

Dictionnaire des racines berbères (les trois premiers tomes)

Articles de linguistique berbère

Initiation à l’alphabet berbère

Journée d'études de linguistique berbère

Système verbal rifain : Forme et sens linguistique tamazight du nord marocain

français

Le français au Maroc par Fouzia Benzakour, Driss Gaadi, Ambroise Queffélec, Duculot - Sous-titre : lexique et contacts de langues.

Paysage linguistique et enseignement des langues au Maghreb des origines à nos jours : L'amazighe, l'arabe et le français au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Libye



Notre fiche sur le tachelhit

Notre fiche sur le tamazight (BiblioMonde)

Travaux de recherche


Les traces de langue espagnole dans le nord du Maroc, ancienne zone espagnole : le cas de Tanger, thèse de Mohamed Amzid (2004)

La Situation de la langue anglaise et de la culture américaine au Maroc, conséquences pour la francophonie, thèse de Myriem Essakali (2004)



Manuscrit marocain ancien.


Une collection de manuscrits maghrébins ancien : un somptueux diaporama sur le site de la BNF.



Caligraphie arabe

Le site d’Hassan Massoudy, artiste et calligraphe arabe

Les proverbes marocains, sur le site du linguiste Bouchta El Attar (en français).

Un autre site de proverbes marocains mis en place depuis Salé. Les proverbes sont écrits en arabe dialectal et traduits en français.

Un site consacré à la darija

Un hebdo en darija

L'alphabet tifinagh

Cartographie : les Berbères en Afrique du Nord par Philippe Rekacewicz et Yves Jardin, Le Monde diplomatique.

Un site consacré à la culture berbère sur lequel on trouve un lexique français-tamazigh-français (possibilité de le télécharger) et des polices de caractères berbères (à télécharger).

L’espace linguistique tamagzigh (fr.) : carte et commentaires.

À propos du tachelhit

La phonétique du tachelhit et quelques mots de vocabulaire.

L’alphabet tifinagh : l’alphabet berbère en usage au Maroc.

Des polices de caractères amazighes

L’alphabet berbère (fr.) : historique, origines, déchiffrement…

À propos de l’alphabet berbère sur le site de l’association Tamaynut.

Centre de recherche berbère de l'Inalco où l’on enseigne le Chleuh.

Quelques éléments de vocabulaire berbère

Le point sur la question berbère au Maroc suivie des neufs revendications du Manifeste berbère du 1er mars 2000 (en bas de page), par Ahmed R. Benchemsi, correspondant au Maroc Jeune Afrique / L'Intelligent, n° 2102-2103 - du 24 avril au 7 mai 2001

À propos de la charte de 1991

Le timide réveil des Berbères marocains par Thierry Oberlé, Le Figaro, 5 juillet 2001

Tamaynut : une association marocaine de défense de la lague et de la culture amazighes.

Achal association amazigh.

L'unification de la langue amazigh au Centre Tariq Ibn Zyad (par Abdallah Ben Ali).

Le dahir royal pour l'épanouissement de la culture amazighe
L’Amazighe, culture commune : L'engagement pour la défense de la lanque amazighe date de plus de quarante ans. Il a abouti à un grand progrès le 17 octobre dernier, la création par Sa Majesté le Roi de l'Institut Royal de la Culture Amazighe. Un grand pas vient d'être franchi par les défenseurs de la culture marocaine authentique. (par Amale Samie, Maroc-Hebdo, 2001)


L’association marocaine des enseignants de français

La langue de Molière en difficulté : La langue française serait-elle en recul au Maroc ? s'interroge La Gazette du Maroc, qui a réalisé une enquête auprès des écoles et universités du royaume chérifien pour tenter de répondre à cette question (Courrier international, février 2004).

L’enseignement français au Maroc

Le Maroc a un très fort taux d’analphabétisme – 40 % au niveau national, 60 % en milieu rural, et même 75 % parmi les femmes en milieu rural.

Le site de la communauté espagnole de Tanger

 
© BiblioMonde.com