BiblioMonde

  Portugal
Le chef du gouvernement


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Le conflit territorial
-Les frontières
-Les îles
-Données démographiques
-L'immigration
-Les langues
-L'État et la religion
-Les minorités religeuses
-Villes et régions
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le chef du gouvernement
-Le paysage politique
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-Les médias
-La littérature
-Le théâtre
-Le cinéma
-Les beaux-arts
-La musique
-La danse
-Les régions touristiques

Le Premier ministre est Antonio Costa (socialiste) depuis novembre 2015

Novembre 2015 : la gauche unis (pour la première fois depuis 1975) fait tomber le gouvernement de droite.

Antonio Costa, secrétaire général du Parti socialiste, a signé trois accords distincts avec le Bloc de gauche, proche de Syriza, au pouvoir en Grèce, le PC et les Verts, qui jettent les bases d'une coalition, certes fragile, soutenant un gouvernement PS.

Le chef du gouvernement sortant est Pedro Passos Coelho (PSD, droite), vainqueur des législatives du 5 juin 2011. Il remplace José Sócrates (PS) qui lui-même avait succédé en février 2005 à Pedro Santana Lopes (droite populiste) successeur en juillet 2004 de José Manuel Durão Barroso appelé à présider la Commission européenne. Barroso avait succédé à António Guterres (PS) en avril 2002. En octobre 2015, Pedro M. Passos Coelho, a perdu sa majorité, mais forme un nouveau gouvernement.

Le Premier ministre (Primeiro-Ministro) est l'homme-clé du pouvoir au Portugal où l'on a même parlé d'un « présidentialisme » de Premier ministre tant sa personnalité s'impose. Cette expression est né de la période où Aníbal Cavaco Silva (PSD) dirigeant le pays avec la majorité abosolue à l'Assemblée (1987-1995).

« Le Premier ministre est politiquement responsable devant l'Assemblée de la République à qui il présente le Programme du Gouvernement dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa nomination.
Relativement aux matières de la compétence exclusive de l'Assemblée de la République, le gouvernement peut présenter des propositions de loi (à l'exception de la révision constitutionnelle).

Les membres du gouvernement ont le droit de participer aux séances plénières et peuvent demander leur participation aux réunions des Commissions. Ils devront être présents aux séances plénières spécialement fixées pour répondre aux questions ou pour les débats d'interpellations, motions de censure ou d'autres, dans le domaine de l'exercice de compétence de contrôle de l'Assemblée de la République. Les Commissions peuvent demander la participation des membres du Gouvernement à leurs travaux.

Le Gouvernement doit présenter jusqu'au 15 octobre, les propositions de loi sur le Budget de l' État et les grandes options du Plan pour l'année suivante et présenter les comptes de l' Etat et des autres entités publiques jusqu'au 31 décembre de l'année suivante. Il doit aussi présenter, en temps utile, l'information pertinente relativement au processus de construction de l' Union Européenne.
Le Gouvernement a le droit de se faire représenter aux réunions de la Conférence des Représentants des Groupes Parlementaires — il se fait représenter habituellement par le ministre des Affaires Parlementaires — pouvant demander l'inscription prioritaire à l'ordre du jour de sujets exigeant une procédure d'urgence. » (extrait du glossaire de l'Assemblée)

La politique du gouvernement précédant

Le PSD a remporté les élections de mars 2002 sur un programme de baisse de la pression fiscale… « Deux mois plus tard, il n'est plus question des baisses d'impôts promises pendant la campagne électorale. Mais de toute une panoplie de mesures d'austérité : relèvement de 2 % du taux de la TVA, gel du recrutement des fonctionnaires et non-renouvellement des contrats à durée déterminée dans la fonction publique, fermeture de plusieurs dizaines d'instituts publics ou parapublics, suppression des prêts bonifiés pour les jeunes accédant à la propriété, etc. (…)
La méthode rappelle celle d'Aníbal Cavaco Silva, le "père", sec et austère, de la droite portugaise. Premier ministre de 1985 à 1995, il s'était, lui aussi, attaché à rétablir l'équilibre des comptes au prix de mesures impopulaires avant d'entreprendre - avec l'aide de l'Union européenne - la modernisation du pays. Une similitude qui ne relève pas du hasard : c'est à Cavaco Silva que José Manuel Durão Barroso doit sa carrière politique. Et c'est lui qui a "fait" Manuela Ferreira Leite, ministre des Finances et véritable n° 2 de l'équipe gouvernementale. » (extrait d’un article de Dominique Lagarde, Libération, 13 juin 2002)

Les anciens gouvernements constitutionnels

José Sócrates (PS) 2005 - 2011

Pedro Santana Lopes (PSD) 2004-2005

José Manuel Durão Barroso (PSD) 2002-2004

António Guterres (PS) 1995-1999 et 1999-2002

Aníbal Cavaco Silva (PSD) 1985-1987, 1987-1991 et 1991-1995

Mário Soares (PS) 1983-1985 (coal. PS-PSD)

Francisco Balsemão (PSD) 1981, 1981-1983 (coal. PSD-CDS)

Francisco Sá Carneiro (PSD) 1980-1981

Maria de Lurdes Matos Pintasilgo (PSD) 1979

Carlos da Mota Pinto (PSD) 1978-1979

Alfredo da Costa 1978

Mário Soares (PS) 1976-1977, 1977-1978

Entre avril 1974 et juillet 1976, il y a eut six gouvernements provisoires dont quatre étaient dirigés par le général Vasco Gonçalves.

Biographie des anciens Premiers ministres

Pedro Santana Lopes, nouveau président du PSD représente l'aile populiste du parti conservateur portugais. Il a été maire de Lisbonne de 2001 à 2004. Pedro Santana Lopes a commencé sa carrière politique au Mouvement indépendant de droite, une petite formation d'extrême droite. Il a dirigé un gouvernement de coalition : droite modérée-droite populiste (PSD - CDS/PP)

« José Manuel Durão Barroso, est connu pour avoir milité activement dans les jeunesses maoïstes. Mais qu'importe ? "À l'époque de la révolution des œillets, en 1974, tout le monde était de gauche", rappelle un de ses fidèles, José Luis Arnaut, secrétaire général de sa formation, le Parti social-démocrate (PSD). Cette formation au nom trompeur fait d'ailleurs campagne sur les valeurs du libéralisme. "Il faut développer la responsabilité des individus à tous les niveaux", clame José Luis Arnaut. Vice-président du Parti populaire européen (PPE), ancien ministre des affaires étrangères (1992-1995), Durão Barroso, paradoxalement, garde un profil bas sur son expérience internationale. Le Premier ministre sortant, le socialiste Antonio Guterres, est devenu impopulaire notamment pour avoir donné l'impression de s'intéresser trop à l'Europe et pas assez au Portugal. C'est en outre à partir du local, les élections municipales de décembre, que la droite portugaise a créé une dynamique de victoire. En conduisant le PSD à la conquête des principales villes du pays, Durão Barroso a su imposer son autorité au sein d'une formation qu'il ne préside que depuis avril 1999. Lisbonne, notamment, a été arrachée à 800 voix près au fils de Mário Soares.

Juriste, père de trois enfants, bientôt âgé de 45 ans, Durão Barroso a connu tôt le succès politique. À 29 ans, il est élu député et il entre au gouvernement, comme numéro deux au ministère de l'intérieur. Sa campagne est aujourd'hui fondée sur un slogan : le "choc fiscal", c'est-à-dire un programme de baisse drastique des impôts, en particulier de l'impôt sur les sociétés et de l'impôt sur le revenu pour les tranches supérieures. » (extrait d'un article de Sébastien Maillard, La Croix, 14 mars 2002)

António Costa

Le portail du gouvernement (port.-angl.)

Ministère de l'Administration interne (Ministério da Administração Interna)

Liens vers les autres ministères

Les prédécesseurs

José Sócrates, le chef du PS, a dirigé le gouvernement de février 2005 à juin 2011. Il est poursuivi pour corruption.

Pedro Santana Lopes

Président du PSD, il représente l'aile populiste du parti conservateur portugais, son bref passage à la tête du gouvernement a abouti à la déroute de la droite portugaise aux législative du 20 février 2005 . Il a été maire de Lisbonne de 2001 à 2004. Pedro Santana Lopes a commencé sa carrière politique au Mouvement indépendant de droite, une petite formation d'extrême droite.

Sa biographie officielle (port.)

José Manuel Durão Barroso (PSD), devenu président de la Commission européenne

António Guterres (PS)

Aníbal Cavaco Silva (PSD)

Mário Soares (PS)

Les anciens gouvernements constitutionnels (depuis 1976)

Les gouvernements provisoires (1974-1976)

 
© BiblioMonde.com