BiblioMonde

  Portugal
Le conflit territorial


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Le conflit territorial
-Les frontières
-Les îles
-Données démographiques
-L'immigration
-Les langues
-L'État et la religion
-Les minorités religeuses
-Villes et régions
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le chef du gouvernement
-Le paysage politique
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-Les médias
-La littérature
-Le théâtre
-Le cinéma
-Les beaux-arts
-La musique
-La danse
-Les régions touristiques

Il s’agit du district d’Olivenza en Espagne (Olivença, pour les portugais) un territoire contesté, un peu pour la forme, mais de façon récurrente.


Le Portugal s’enorgueilli de posséder la frontière la plus ancienne d’Europe (elle date de la deuxième moitié du XIIIe siècle), à un détail près : en 1801, Madrid est parvenu à lui enlever le district d’Olivença (devenu Olivenza pour les Espagnols) situé au sud de Badajoz. Cette revendication territoriale n’est pas éteinte, les Portugais considèrent un peu ce territoire comme leur Gibraltar.

En 2002, L'association des Amigos de Olivença a demandé l'intervention de la diplomatie européenne dans « l'illégitime occupation du territoire portugais d'Olivença par l'État espagnol ».

« Lorsque, en 1801, l'Espagne bourbonienne, poussée par Bonaparte, attaqua le Portugal pro-anglais, le général espagnol envahisseur envoya un simple "rameau des Hespérides" à la reine Marie-Louise de Parme, à Madrid, pour signifier qu'Elvas était prise. La guerre, dite désormais "des Oranges", achevée, la cité fut rendue aux Portugais avec son castel maure, son "pont du Gard", gigantesque aqueduc de 7,5 km de long et 843 arches, construit au XVIe siècle, et surtout son précieux pilori manuélin en marbre, où l'on exposa longtemps les délinquants.

En revanche, la ville-sœur d'Olivença fut définitivement annexée par les Espagnols, cultivant désormais un irrédentisme de bon aloi autour de la porte des Anges et du palais Cadaval. » (Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, Le Monde, 26 septembre 2001)

Le conflit d’Olivença (fr.)

Actes du Congrès de Vienne (article 105 à 117)

 
© BiblioMonde.com