BiblioMonde

  Portugal
Drapeau, emblème, hymne


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Le conflit territorial
-Les frontières
-Les îles
-Données démographiques
-L'immigration
-Les langues
-L'État et la religion
-Les minorités religeuses
-Villes et régions
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le chef du gouvernement
-Le paysage politique
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-Les médias
-La littérature
-Le théâtre
-Le cinéma
-Les beaux-arts
-La musique
-La danse
-Les régions touristiques

Le drapeau portugais vert et rouge adopté en 1911 est celui de la république. Il porte en son centre un motif représentant le blason de la monarchie.

Les couleurs n’ont pas de significations clairement établies, elles tranchent avec celles du drapeau de la monarchie (bleu et blanc). Le vert serait la couleur de la liberté et le rouge, celui de la révolution (le renversement de la monarchie en 1910). « C’est un des rares drapeaux européens qui enfreignent la règle des couleurs héraldiques. Le vert (sinople) et le rouge (gueules) se touchent, ce qui est strictement contraire aux principes du blason. » (Michel Pastoureaux)

Le motif central offre un résumé de l’histoire du pays. Une sphère d’or au dessin complexe symbolise les grandes découvertes du XVIe siècle, sous Manoel Ier. En son sein, un écusson blanc abrite cinq écussons bleus portant chacun cinq points blancs (les plaies du Christ) : il s’agit de commémorer les victoires d’Alfonso Ier Enriquez, premier roi du Portugal, sur les rois maures en 1139. Cet écusson blanc est cerné d’une bordure rouge où sont dessinées les sept places fortes reconquises sur les Maures par Alfonso III (1248-1279) : Albufeira, Aljezur, Cacela, Faro, Loulé, Porches et Tavira, soit les limites définitives du Portugal.


« Le Portugal est le seul État à oser dessiner au centre de son drapeau la "sphère armillaire", représentation de l’univers, et le seul pays chrétien qui a l’audace d’arborer sur son blason le symbole des cinq plaies du Christ. L’épopée planétaire de ce petit peuple, arc-bouté à l’un des finistères de l’Europe, ne cesse de nous étonner. Les Portugais avaient le sentiment d’être le peuple élu par Dieu pour répandre l’Evangile et la civilisation chrétienne dans le monde entier. De là, cet esprit de croisade qui les prédisposait à combattre les infidèles et les païens. De là le "sébastianisme", c’est-à-dire la conviction que, dans les moments de crise, Dieu leur enverrait un sauveur providentiel. De là enfin, la vocation impériale : à partir des découvertes, les Portugais confondirent en effet leur destin avec celui d’un empire. Sans lui, ils ne seraient plus eux-mêmes. Sans lui, le Portugal ne serait plus qu’un canton de l’Espagne qui l’annexerait inexorablement. » (Jean-François Labourdette, Clio,
Janvier 2001)

Horizontalement, la couleur verte doit représenter les 2/5 de la largeur totale. La largeur horizontale doit mesurer 1,5 fois la hauteur. Le motif se trouve à l'union du vert et du rouge. La forme définitive du drapeau portugais a été adoptée par l'assemblée Portugaise le 11 juin 1911.

Devise : Le bien de la nation

Hymne national : « Héros de la mer, peuple noble » (Heróis do mar, nobre povo)

Il a été écrit en 1990, en réaction à l’ultimatum de l’Angleterre interdisant au Portugal de réunir ses colonies de l’Angola et du Mozambique pour laisser les Anglais réaliser leur propre axe géopolitique en Afrique, du caire au Cap. Venant de Londres, l’allié privilégié de Lisbonne, cet ultimatum blessa l’orgueil national des Portugais. La musique a été composée par Alfredo Keil, et les paroles par Henrique Lopes Mendonça. Il est devenu l’hymne national du Portugal par une loi votée en 1911.

« À la fin du XIXe siècle, le Portugal redécouvrait l’Afrique. Privé du Brésil, laissé-pour-compte de la révolution industrielle, il se souvient de ses droits historiques sur d’immenses territoires largement inexplorés. Ivens et Capelo partent reconnaître les sources du Zambèze; aussitôt, sur l’Atlas portugais, apparaît la fameuse "Carte de couleur rose", qui figure l’union d’un seul tenant de l’Angola et du Mozambique. La volonté de se recréer une image impériale dans le style du XVIe siècle suscite une adhésion patriotique unanime. Mais le Portugal s’est jeté dans la gueule du loup : il bloque le projet africain de la toute-puissante Angleterre, le grand couloirC to C (du Cap au Caire) de sir Cecil Rhodes. Le 11 janvier 1890, un ultimatum anglais exige le retrait immédiat des troupes portugaises de la future Rhodésie; en rade de Lisbonne une canonnière attend la réponse ; le gouvernement portugais est contraint à céder.

Résistant à des révoltes indigènes fomentées par sa perfide alliée, le Portugais parviendra néanmoins à conserver ses colonies africaines. Mais l’Ultimatum aura déchaîné les passions ! Les professeurs refusent d’enseigner l’anglais; les citoyens britanniques ne trouvent plus par qui se faire raser. On voile d’un crêpe la statue de Camõens. Les dames de la société renoncent à leurs bijoux pour le soutien de la Nation. Dans le ton de La Marseillaise, en plus pompier, on compose A Portuguesa, le futur hymne national : "Lève-toi à nouveau, splendeur du Portugal" » (Christian Auscher, Portugal)




A Portuguesa

Heróis do mar, nobre povo,

Nação valente, imortal,

Levantai hoje de novo

O esplendor de Portugal !

Entre as brumas da memória,

Ó Pátria, sente-se a voz

Dos teus egrégios avós,

Que há - de guiar-te à vitória !


Às armas, às armas !

Sobre a terra, sobre o mar,

Às armas, às armas !

Pela Pátria lutar

Contra os canhões marchar, marchar !

Traduction

Héros de la mer, peuple noble,

nation vaillante, immortelle.

Relevez aujourd'hui à nouveau

la splendeur du Portugal !

Entre les brumes de la mémoire,

Oh patrie, on entend la voix

de tes illustres aïeux

qui te guidera vers la victoire !

Aux armes, aux armes !

Sur la terre et sur la mer.

Aux armes, aux armes !

Pour la patrie, il faut lutter

et contre les canons, marcher, marcher !


L’écrivain António Lobo Antunes a repris un phrase de cet hymne pour titrer un de ses romans, La Splendeur du Portugal, un commentaire ironique sur la chute lamentable d'un empire colonial et sur le rapport problématique des Portugais à leur passé colonial glorieux, une sorte de provocation, l'année où le Portugal fêtait son glorieux passé à coup d'exposition universelle (1998).


Tous les détails sur le drapeau (fr.)


Description du drapeau (a Bandeira Nacional) (port.)

Le drapeau officiel de 1834 à 1910, c'est celui qu'arborent les monarchistes portugais

La succession des drapeaux nationaux du XIIe siècle au Xxe (port.)

Le drapeau du Portugal au XIV et XVe siècle

Lire et écouter l’hymne national (o Hino Nacional) et texte de la version antérieure (port.)

 
© BiblioMonde.com