BiblioMonde

  Portugal
La musique


-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Apprendre la langue

-Le nom du pays
-Le conflit territorial
-Les frontières
-Les îles
-Données démographiques
-L'immigration
-Les langues
-L'État et la religion
-Les minorités religeuses
-Villes et régions
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le chef du gouvernement
-Le paysage politique
-L'armée
-Drapeau, emblème, hymne
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-Les relations extérieures
-Les médias
-La littérature
-Le théâtre
-Le cinéma
-Les beaux-arts
-La musique
-La danse
-Les régions touristiques

Le Fado

Né au début du XIXe siècle dans les quartiers populaires de Lisbonne, dans les milieux de la prostitution et du jeu avant de gagner les salons de la noblesse et de la bourgeoisie naissante, il a accompagné des courants de pensée divergents : chant subversif, il a aussi été le chant officiel du salazarisme.

« Ses origines sont nombreuses et encore controversées : Vient-il du Lundum brésilien (mélange de rythmiques noires importées par les esclaves africains) ou de la modinha (musique de cour portugaise) ? Descend-il des joutes oratoires des troubadours, présents depuis le XIIe siècle dans le sud de l’Europe ? Est-il un héritage des chants arabes et juifs ? Les Portugais préfèrent l’idée selon laquelle, le fado, ce chant profond du manque, a été colporté par les marins au long cours. Il semble que ce soit un peu tout cela à la fois. (…) Plus qu’un chant, c’est une complainte qui interroge un destin contre lequel on ne peut rien. Le terme "fado" est d’ailleurs issu du latin fatum (l’inéluctable destin). L’amour inaccompli, la jalousie, la nostalgie des morts et du passé, la difficulté à vivre, le chagrin, l’exil… en sont les thèmes récurrents. » (discothecaires)


À propos du fado (fr.)

La maison du Fado (Casa do Fado e da Guitarra Portuguesa) : simple page de présentation.




Le musée de la musique

Tradisom le site de la musique traditionnelle portugaise

Amália Rodriguez

Amália Rodrigues, la reine du fado : une compilation récente (2002) de l'œuvre de celle qui était surnommée de son vivant (1920-1999) la « Voix du Portugal ».

L’histoire d’Amália Rodrigues (fr.) : un dossier du magazine Portugalmania

Le site officiel d’Amália Rodrigues

Madredeus


Existir : C'est le succès du titre O Pastor de cet album de 1990 qui contribué à populariser cette nouvelle forme du fado. Depuis, Madredeus est devenu le groupe emblématique du fado à travers le monde.

Existir : Pourquoi Madredeus est-il devenu le groupe emblématique du fado à travers le monde, de l'Argentine au Japon ? Parce qu'il recèle sans doute cette fragilité et cette inspiration propres à ce courant musical si particulier au Portugal. Le fado, musique de la nostalgie et de l'exil, a connu son Amalía Rodrigues hier, ses Mísia et Cristina Branco aujourd'hui. Mais c'est Existir, en 1990, avec le succès O Pastor, qui a soudainement fait basculer le cœur d'un large public. Il faut découvrir le reste de l'album : le doux balancement de O Navio, la profondeur de Confissâo, le lyrisme de Ciudado... Autant de titres magnifiquement produits par l'"éminence grise" du groupe, Pedro Ayres Magalhâes, le guitariste de l'ensemble. Une poignée d'albums plus tard, Madredeus n'a rien perdu de sa magie. (extraits à écouter sur le site de la Fnac)

Antologia : une compilation des meilleurs titres du groupe (2000).(extraits à écouter sur le site de la Fnac)


Euphoria : Arrangé pour orchestre symphonique - Enregistré à l'Opéra National de Brugge (2002).



Bevinda

Devenue, au fil des ans, l'une des plus brillantes représentantes du fado en France, au même titre que Mísia.

Pessoa em pessoas : La réédition d'un album de 1997, augmenté de 4 titres inédits (2000). Douze titres sur autant de poèmes de Fernando Pessoa, extraits du "Gardien de troupeaux" d'Alberto Caeiro, et mis en musique par le Cap-Verdien Vasco Martins. (extraits à écouter sur le site de la Fnac). Bevinda puise aux meilleures sources, celles du poète Fernando Pessoa, lequel est, sous un de ses hétéronymes, Alberto Caeiro, l'auteur d'un recueil de poèmes dit Le Gardeur de troupeau. Elle en fera un disque Pessoa em pessoas où la voix, accompagnée de deux violoncelles, se fait plus profonde. Bevinda aime l'humour sombre de Pessoa, et sa candeur. " Il est parfois comme en enfant, comme lorsqu'il écrit à sa fiancée Ophélie. J'aime alors qu'il oublie la noirceur du néant. » (La Croix)

Alegria : un disque empreint de l'épaisse nostalgie et surtout du romantisme échevelé d'un fado au lyrisme débridé (2001). (extraits à écouter sur le site de la Fnac)

Chuva de anjos (2000)

Bevinda, le chant et son voyage par Geneviève Welcomme, La Croix, 16 févier 2000)

Bevinda, la voix du Fado de Paris
Sur le site de Bevinda, retrouvez des extraits d'album et l'actualité de la chanteuse :
Sa bio




Mísia

Née à Porto d'un père portugais et d'une mère catalane, Mísia, avec ses faux airs de Louise Brooks, fait partie de cette précieuse poignée d'artistes qui ont fait du fado une musique profondément moderne.

Garras dos sentidos : Ce premier album de Mísia (en France) révèle toute la poésie de cette jeune interprète portugaise, qui s'est tout de suite inscrite dans une voie médiane, en favorisant des textes contemporains sur une musique fadiste traditionnelle. Elle est considérée comme la grande héritière d'Amália Rodrigues, « la » voix du fado. Une version du « blues portugais » épurée et étincelante, qui confirme aussi la présence indispensable, à ses côtés, du guitariste et arrangeur Custodio Castelo, l'un des meilleurs musiciens contemporains du fado.(extraits à écouter sur le site de la Fnac)

Ritual (extraits à écouter sur le site de la Fnac)

« Misia, fille d'artistes hispano-portugais, très proche de la culture française, explique que le fado est une chose de l'âme qui s'adresse à tout le monde : "Ce n'est pas une musique répétitive cachée à la campagne", explique-t-elle d'une voix assurée. "Le fado doit se chanter avec la peur lorsque l'on a déjà quelques cicatrices", poursuit-elle pour faire mesurer la difficulté. On l'a comparée à Barbara. "J'ai acheté une cassette vidéo d'un de ses spectacles, reconnaît Misia, mais je n'ai jamais osé la regarder". La jeune femme a débuté sur le tard, à 30 ans. A sa façon. Demandant des textes à des poètes contemporains. Son fado différent respire large. Familière de musique classique, elle s'est imposée comme celle qui fait dialoguer fado et autres formes d'expression. » (extrait d'un article de Robert Migliori, La Croix, 16 mars 2001)

Dulce Pontes

O primeiro canto : Dulce Pontes fait partie de cette nouvelle génération de chanteuses de fado qui n'ont pas froid aux yeux, et tentent de renouveler un genre un peu figé par la présence imposante de leur « mère » à toutes, Amália Rodrigues. Cet album aime respecter la tradition (thèmes populaires ou personnels) tout en la transgressant, par des vocalises que l'on croirait issues du folklore bulgare ou même arabe. (extraits à écouter sur le site de la Fnac)

Maria Teresa Ferreira

Maria Teresa Ferreira est née en France mais n'a rien oublié de ses racines portugaises. Elle navigue entre Fado et
cuivres à l'énergie communicative, et distille une musique à la nostalgie étincelante.

Mariza

Une des nouvelles voix du fado

Fado em Mim un grand succès récent (2001).

Fernando Machado Soares

La tradition vocale uniquement masculine de Coïmbre.

Le fado de coïmbra (1994)

Compilation

Compilation de musique portugaise interprétée par Amália Rodrigues et Tina Santos.



Dans BiblioMonde : quelques livres

Le Fado

Danses latines d'une rive à l'autre sous la direction d'Élisabeth Dorier-Apprill.

Portugal : fado, chant de l'âme par Véronique Mortaigne

Amália, le Fado étoilé
par Jean-Jacques Lafaye

Voix du Portugal




Musique classique et contemporaine

Emmanuel Nunes compositeur portugais de musique contemporaine. L'essentiel de son œuvre utilise les seuls instruments acoustiques. Né à Lisbonne en 1941, Nunes est l'un des premiers grands compositeurs portugais de l'histoire (par Bruno Serrou, La Croix, 1er février 2002).

Quolibet musique d'Emmanuel Nunes, joueée par l'Orchestre de la Fondation Gulbenkian, sous la direction de Kasper De Roo et de Emilio Pomarico (1995).

Degrés - Nachtmusik musique d'Emmanuel Nunes, dirigée par Mark Foster, joué par l'Ensemble Contrechamps.

Pedro Burmester : musicien

Les Segreis de Lisboa

L’orchestre national de Porto (port.) : une page

Amália Rodriguez, « la voix du Portugal »

Antologia de Madredeus

Pessoa em pessoas par Bevinda

Ritual de Mísia

O primeiro canto de Dulce Pontes

Fado em Mim de Mariza

 
© BiblioMonde.com