BiblioMonde

  tibétain
Alphabet et phonétique


-Alphabet et phonétique
-Approche linguistique
-Les dialectes
-Niveaux de langue
-Où la parle-t-on ?
-Histoire de la langue
-Géopolitique de la langue
-L'étude de la langue

L'écriture tibétaine comprend 30 lettres qui se combinent avec 4 signes servant à marquer les voyelles.

Songsten Gampo (617-650), le roi unfificateur du tibet et fondateur de Lhassa.

Vers 646, c'est son ministre Thonmi Sambhota qui crée l'écriture tibétaine à partir de l'alphabet indien devanâgarî, écriture de plusieurs langues de l'Inde. Pour l'adapter à la phonétique du tibétain, il enlève certaines lettres et en rajoute d'autres : 6 nouveaux carractères.

Le tibétain est noté au moyen d'un alphasyllabaire. L'écriture tibétaine comprend trente lettres qui se combinent avec quatre signes diacritiques servant à noter les voyelles i, u, e, o. À cela s'ajoutent trois consonnes suscrites, qui permettent de changer de ton ou de supprimer une aspiration, et 4 consonnes souscrites pour noter des palatales ou des rétroflexes.

En tibétain on peut associer les lettres les unes sur les autres.
Certaines lettres seront écrites suscrites, d'autres souscrites, certaines comme préfixes et d'autres comme suffixes par rapport à la lettre principale.

 
© BiblioMonde.com