BiblioMonde

  Turquie
Le calendrier des fêtes


-Istanbul
-Arménie
-Izmir - Smyrne

-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-S'informer sur le pays
-Apprendre la langue
-Aider le pays

-Le nom du pays
-Géopolitique
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Données démographiques
-Les différentes communautés
-La question des minorités
-L'immigration
-Les langues
-L'État et la religion
-Les minorités religeuses
-Villes et régions
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le chef du gouvernement
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-Droits et libertés
-Le statut des femmes
-L'armée
-Le drapeau
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-La politique européenne
-La diaspora
-Les médias
-La liberté de presse
-Données culturelles
-Les régions touristiques
-La francophonie locale
-Données écologiques

Toutes les fêtes de la république de Turquie font référence à la période 1919-1923 qui a abouti à la fondation de la république turque le 29 octobre 1923. Cette dernière date a été choisie comme fête nationale.

La fête nationale (fériée)

29 octobre – la fête de la république (Cumhuriyet Bayrami) commémore la proclamation de la république turque en 1923. Des défilés et parades militaires sont organisés dans tout le pays.

Autres commémorations officielles (fériées)

23 avril – fête de la souveraineté nationale et de l’enfance. Elle rappelle la première réunion, en 1920, de la Grande assemblée nationale à Ankara, pour préparer la guerre d’indépendance (c’est l’acte de fondation du futur régime républicain, alors que la monarchie ottomane était toujours en place).
Atatürk avait proposé que ce jour-là les enfants prendrait le pouvoir… pour la journée. On fait des fêtes au sein des écoles, des écoliers sont élus ministre, députés, maire… Tout est parfaitement organisé par les autorités scolaires. Les enfants défilent dans les rue vêtus de leur habituel tablier noir à col blanc. Certains sont invités à « occuper » le bureau de personnalités… Des enfants viennent de l’étranger pour participer à la fête.

19 mai – fête de la jeunesse et des sports. Elle commémore l’appel à la défense de l’unité nationale lancé par Mustapha Kemal lors de son débarquement à Samsun en 1919. Ce discours marque symboliquement le début de l’insurrection contre les occupants.
Les élèves et les collégiens défilent dans les rues.

30 août – la fête de la victoire (Zafer Bayrami) rappelle celle des forces turques sur les armées grecques en 1922. Des défilés militaires sont organisés dans tout le pays.

9 novembre – l’anniversaire de la mort d’Atatürk en 1938 (non férié). Ce jour-là, toute la circulation s’arrête à 9 h 05 (heure de sa mort). Tous les lieux de divertissement sont fermés, la télévision ne diffuse que des programmes hagiographiques… un jour béni par les loueurs de cassettes vidéo.


Autres fêtes

1er janvier – jour de l’An (férié).

Troisième week-end de janvier - le festival de Selçuk, connu pour ses combats de Chameaux.

21 mars - le nouvel an kurde (Newrouz). Littéralement le « jour nouveau » marque le début de l’année pour le calendrier kurde, mais aussi persan, il correspond au début du prin-temps (il est fêté au mois de mars lors de l’équinoxe). De grands feux de joie sont organisés.
Les 12 millions de Kurdes de Turquie en ont fait le principal symbole de leur identité, la marque de leur appartenance à la communauté kurde, même si l’on habite à Istanbul et ne parle que le turc. Après avoir essayé d’interdire cette fête, les autorités turques tentent depuis 1996 de la récupérer en prétendant qu’il s’agit d’une vielle tradition turque. On allume des feux « traditionnels », on invite des groupes folkloriques. Pour l’occasion la loterie nationale prévoit un tirage spécial…

23 avril – jour de la Saint Georges. Les orthodoxes organisent un pèlerinage sur l’île de Büyükada. Les autres fêtes orthodoxes suivent le calendrier grec.

1er mai – on fête simplement le printemps. La commémoration de la fête du travail est interdite depuis septembre 1980.

29 mai – à Istanbul, on célèbre la conquête de la ville en 1453 par les armées ottomanes. La municipalité organise une reconstitution de l’événement.

« Les Turcs célèbrent chaque année avec un peu plus d'enthousiasme la conquête d'Istanbul. Je fus récemment la cible de la presse islamiste pour avoir écrit dans mon dernier roman (Le Roman du conquérant) que la célébration d'une conquête sanglante cinq siècles plus tard relevait simplement d'une "pathologie collective" et n'avait rien à voir avec ce prétendu "sentiment d'appartenance à une nation". » (Nedim Gürsel, Libération, 26 avril 1999).


17 décembre – le Mevlana de Konya, jour de l’anniversaire de la mort du philosophe Sheb-i-Arus. Les derviches tourneurs, de la secte des Mawlawi fondée au XIIIe siècle tentent de communier avec Dieu par l’extase de la danse. Supprimée par Atatürk, cette manifestation artistique et religieuse est réapparu en prenant une dimension touristique.



Fêtes musulmanes (mobiles)

Seker Bayrami : la « fête du sucre » qui marque la fin du Ramadan (3 jours fériés). On échange des vœux et des friandises. (14 novembre 2004)

Kurban Bayrami : fête du Sacrifice (4 jours fériés).


Calendrier

La Turquie suit le calendrier grégorien (occidental) depuis le 1er janvier 1926, en remplacement du calendrier musulman (lunaire).

Un 29 octobre devant le mausolée d'Atatürk.

À propos du newroz dans le monde turc : une page de Turcoman int' (angl.)





Le festival de Selçuk : ur le site de baoom.com (fr.)

 
© BiblioMonde.com