BiblioMonde

  Turquie
Données économiques


-Istanbul
-Arménie
-Izmir - Smyrne

-Découvrir le pays
-Visiter le pays
-S'expatrier
-Faire des affaires
-Étudier le pays
-S'informer sur le pays
-Apprendre la langue
-Aider le pays

-Le nom du pays
-Géopolitique
-Le territoire
-Les litiges territoriaux
-Données démographiques
-Les différentes communautés
-La question des minorités
-L'immigration
-Les langues
-L'État et la religion
-Les minorités religeuses
-Villes et régions
-Le régime politique
-Les régimes précédents
-Le président
-Le chef du gouvernement
-Le gouvernement
-Le paysage politique
-Droits et libertés
-Le statut des femmes
-L'armée
-Le drapeau
-Le calendrier des fêtes
-Données économiques
-La politique européenne
-La diaspora
-Les médias
-La liberté de presse
-Données culturelles
-Les régions touristiques
-La francophonie locale
-Données écologiques

L’économie turque a été très marquée par les séquelles du séisme du 17 août 1999 qui a fait 17 000 morts, demi-million de sans abris et ravagé la principale région industrielle du pays. La même année, l’affaire Öcalan avait fait baisser la fréquentation touristique de 25 %. L’année 2000 a été celle d’un retour à la croissance favorisée par le rapprochement opéré entre l’UE et la Turquie qui encouragent les investisseurs. 2001 a été marquée par la crise financière et la récession. Fin du « miracle turc » ? La crise économique provoque de violentes manifestations politiques et sociales.

« La banqueroute de l'État semblait inévitable. Puis survinrent les événements du 11 septembre et le démarrage de la campagne "justice immuable" contre le "terrorisme international". Le monde occidental se précipita au chevet d'Ankara. Sur l'impulsion des États-Unis, le Fonds monétaire international a octroyé à la Turquie un total de 25 milliards de dollars de prêts (...) » Amnistia, Enquête interdite n°9, décembre 2001.


La conjoncture

La croissance : 4 % en 2002 après -7,4 % en 2001 et +7 % en 2000 ! La Turquie connaît une croissance en dents-de-scie avec de fortes différences d’un trimestre sur l’autre. -11,2 % au printemps 1994 et +12,8 % au début de 1995. Après plusieurs années d’une croissance moyenne de 6 à 8 %, le pays a connu une nouvelle récession brusque en 1999 : -6,8 %. Après la chute de 2001, l’année 2000 avait été celle d’un retour à la croissance. L'année 2002 a marqué un redressement qui devrait se maintenir.

Le chômage : 9 % en 2002 (le chiffre officiel oscillait entre 6 et 8 % ces dix dernières années) et un sous-emploi qui touche 10 % de la population active. La tendance serait à la baisse en 20003.

L’inflation : 45 % en 2002 après être grimpé à 68,5 % fin 2001. C’est un des problèmes majeurs de l’économie turque qui au cours de la décennie 1990 a connu des taux de 80 à 100 % par an qui génère des taux d’intérêts très élevés qui étouffent la croissance. L’inflation est aujourd'hui en nette baisse.

La monnaie : la livre turque (türk lirasi), TRL. Convertible, mais toujours très faible.
Abandon de l’ancrage de la livre turque (février 2001), celle-ci a chuté de 50 % face au dollar en 2001. Cette crise financière est due à la grande fragilité du secteur bancaire miné par la corruption des élites.


L’économie turque

C’est celle d’un pays dynamique qui figure au côté du Mexique et de la Malaisie parmi les économies émergeantes. Depuis la libéralisation de son économie dans les années 1980, la Turquie s’est incorporée dans le marché mondial avec des exportations très dynamiques.

Le revers de la médaille est une société très inégalitaire. La Turquie est un des pays du monde où le fossé est le plus large entre les couches favorisées des grandes villes de l’Ouest et les habitants des gecekondu, immenses bidonvilles entourant ces grandes agglomérations. S’y entassent des populations qui fuient la misère et la violence des campagnes de l’Est du pays.

La corruption des élites économiques et politiques est une autre plaie du système turc. Un accident de voiture meurtrier en novembre 1996, dans la petite ville de, Susurluk en fut le révélateur pour l’opinion publique turque. Dans la voiture accidentée, on découvre le corps d’Abdullah Catli, un mafieux notoire, membre des Loups gris (l’organisation jeunesse du parti d’extrême droite MHP) et celui d’Hüseyin Kocadag, l’adjoint de la sécurité de la municipalité islamiste d’Istanbul. Le propriétaire de la voiture, assis à l’arrière, a survécu. C’est Sedat Bucak, chef de clan kurde et député du DYP, parti conservateur, membre de la coalition gouvernementale. Dans le coffre de la voiture, on trouve des faux papiers, des armes, des munitions, des silencieux…

La guerre au Kurdistan turc est à l’origine d’important trafic d’arme et de drogue alimentant une importante économie criminelle.

L’année 2001 avait démarré avec un pays englué dans une série de faillites bancaires : quelque 40 milliards de dollars de sont volatilisés. Cette situation était le fruit du laxisme, voire de la complicité, des autorités face à des gestions frauduleuses dans ce secteur.

Élue en novembre 2002 « En économie, la nouvelle équipe assure vouloir donner la priorité aux privatisations et à la réforme fiscale tout en continuant la politique d'austérité lancée sous la houlette du FMI après l'éclatement de la crise financière il y a deux ans.En économie, la nouvelle équipe assure vouloir donner la priorité aux privatisations et à la réforme fiscale tout en continuant la politique d'austérité lancée sous la houlette du FMI après l'éclatement de la crise financière il y a deux ans. » (Libération, 18 novembre 2002)

La Turquie est la seule parmi les pays candidat à l'UE à être déjà liée à celle-ci par un accord d'union douanière, introduit en 1996 et qui oblige Ankara à appliquer la même politique commerciale que les Quinze envers les pays tiers.

Un billet de 10 millions de lires.

Banque centrale (turc-angl.) : historique de la banque, informations financières et liste des publications.

Trésor (turc-angl.).

Commerce extérieur (turc-angl.).

Statistiques(turc-angl.) : économie, marché...

Marché des capitaux (turc-angl.).

Bourse d'Istanbul

Privatisation


Une carte économique de la Turquie (fr.) : publiée par Courrier international.

Tüsiad (turc-angl.) : la principale association patronale turque. Elle regroupe les 400 plus importants hommes d’affaire, représentant quelque 50 % du PNB de la Turquie.

TÜGIAD (Türkiye Genc Isadamlari Dernegi) : l'association des jeunes entrepreneurs de Turquie.

Le tri des abricots secs, un important produit d'exportation issu de l'économie traditionelle.

Lire : Exporter en Turquie

 
© BiblioMonde.com