BiblioMonde

Éloge du quotidien

par Tzvetan Todorov

( Livre )
Adam Biro
Collection Histoire de l'art, Iconographie
2006, 191 p., 60 euros
Première édition : 1998
ISBN : 2876601478

Essai sur la peinture hollandaise du XVIIe siècle

Un événement se produit en Hollande, au début du XVIIe siècle : La peinture n'emprunte plus ses sujets uniquement à l'histoire, à la religion ou à la littérature, mais se tourne vers le monde quotidien, celui qu'habitent les peintres et leurs clients.

Cette mutation radicale, qui n'a que peu d'équivalents dans l'histoire de la peinture, est riche d'un sens que ce livre cherche à déployer. Il rappelle les conditions historiques et sociales du moment : la montée de la société individualiste, l'articulation du calvinisme avec l'esprit de tolérance, l'attention accordée à la vie domestique et aux activités féminines. Il analyse les relations des genres de la peinture entre eux : tableaux historiques, paysages et natures mortes, portraits et, justement, peinture de genre; il évalue les parts de réalisme et d'allégorie, éclaire la signification morale des gestes et des situations. Mais surtout il nous incite à reconnaître la pensée des peintres, telle qu'elle s'exprime à travers leur manière de représenter le monde. Il y trouve un refus de la vision manichéenne qui traverse toute l'histoire occidentale, une glorification du monde réel, dont chaque parcelle, une découverte du sens de la vie même. C'est pourquoi la peinture hollandaise du XVIIe siècle a quelque chose de précis et même d'urgent à nous dire à nous, spectateurs du XXe siècle.

Parmi les créateurs de cette peinture, certains sont aujourd'hui célèbres, tels Frans Hals, Rembrandt, et Vermeer, d'autres relativement négligés, comme Judith Leyster ou Gérard Dou. Leurs tableaux sont rappels et analysés ici, ainsi que bien d'autres, œuvres de peintres plus ou moins connus, parmi lesquels se détachent Jan Steen, Gabriel Metsu et surtout les deux artistes chez qui la peinture du quotidien atteint son apogée, Pieter de Hooch et Gérard ter Borch.

« La beauté gît dans le geste le plus humble. Quand Steen et Ter Borch, de Hooch et Vermeer, Rembrandt et Hals nous font découvrir la beauté des choses, ils ne se comportent pas en alchimistes capables de transformer en or n'importe quelle boue. Ils ont compris que cette femme qui traverse une cour, cette mère qui pèle une pomme, pouvaient être aussi belles que les déesses de l'Olympe, et ils nous incitent à partager cette conviction. Ils nous apprennent à mieux voir le monde, non à nous bercer de douces illusions; ils n'inventent pas la beauté, il la découvrent - et nous permettent de la découvrir à notre tour. Menacés aujourd'hui par de nouvelles formes de dégradation de la vie quotidienne, nous sommes, en regardant ces tableaux, tentés d'y retrouver le sens et la beauté de nos gestes les plus élémentaires. » (l'auteur)

L’édition de poche : le texte seul (7 euros)

Dans BiblioMonde

Éloge de l'individu. Essai sur la peinture flamande de la Renaissance
____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com