BiblioMonde

202 Champs-Elysées

par José Maria Eça de Queiroz

( Livre )
Gallimard
Collection Folio
Langue d'origine : portugais
Traduit par Marie-Hélène Piwnik
2000, 5.1 euros
Première édition : La Différence - 1991
ISBN : 2070413381

Dans le Paris de la fin du XIXe siècle, peuplé d'anarchistes, de poètes symbolistes, de dandies, de gros financiers boursicoteurs et de buveurs d'absinthe, se dresse 202, avenue des Champs-Élysées, l'hôtel particulier d'un jeune aristocrate portugais, Jacinto, prosélyte acharné de la modernité. Télégraphe, téléphone, gramophone, phonographe, cave d'eaux minérales, ascenseur et autres gadgets meublent cet hôtel, mais Jacinto en est devenu l'esclave et sombre dans la mélancolie. Finalement, ce nouveau Des Esseintes épris de modernisme, décide du jour au lendemain de renoncer à sa vie agitée et futile, pour se retirer en solitaire dans la montagne portugaise. Eça de Queiroz (ou Queiros), dans ce roman incisif, enjoué, où la décadence a du charme et de l'esprit, se livre à une dénonciation prophétique du danger des progrès d'une science mise au service de la puissance et du profit.

Ce roman posthume a été publié en 1901 sous le titre A cidade e as serras (La ville et les montagnes), il a été traduit en français en 1991 par Marie-Hélène Piwnik sous le titre 202, Champs-Élysées. Ce roman est un développement de la nouvelle titrée Civilização.

« La propriété que sa femme reçoit en héritage en 1892, à Santa Cruz do Douro, sera à l’origine du conte Civilização qui plus tard s’amplifie et se transforme en un roman A Cidade e as Serras (202, Champs Élysées), "Nouvelle phantaisiste", comme il l’a définie lui-même, pleine d’ambiguïtés subtiles et d’un grand épurement stylistique où il critique les exagérations de la civilisation technologique mettant en confrontation la vie artificielle dans les villes et la simplicité de la vie à la campagne. Eça de Queiroz y déclinait en somme une dichotomie qu’il expérimentait lui-même, le désir de vivre à Santa Cruz do Douro (Tormes dans le roman) sans pourtant pouvoir se passer des nombreux avantages, matériels et culturels dont il jouissait à Paris. Voici un petit chef-d’œuvre écrit à un moment particulièrement significatif, celui des retrouvailles de l’écrivain avec l’authenticité du Portugal rural, quand devenait plus aiguë la fatigue de l’existence citadine associée à sa santé très précaire, deux années après la profonde secousse que l'Ultimatum anglais a provoqué chez lui. » (extrait d’un article d'A. Campos Matos, Instituto Camões, avril 2000)

« La nouvelle Civilização, publié en 1892, représente probablement dans la littérature la première satire de ce que l'on appellerait aujourd'hui le snobisme de la high-tech. Le narrateur y rend visite à son ami Jacinto, qui vit enfermé dans son palais, entouré de toutes les richesses possibles, en particulier ce qui est alors le dernier cri en matière de technologies de communication :

"Ce qui toutefois imprimait le plus complètement à ce bureau un prodigieux caractère de civilisation, c'était, sur leurs socles en chêne, les grands appareils à faciliter la pensée - la machine à écrire, les auto-copieurs, le télégraphe en morse, le phonographe, le téléphone, le théâtrophone, d'autres encore, tous en métal brillant, tous munis de longs fils. Constamment des sons brefs et secs résonnaient dans l'air tiède de ce sanctuaire. Tic, tic, tic ! Dring, dring, dring ! Crac, crac, crac ! Trrr, trrr ! ... C'était mon ami en communication. Tous ces fils plongeaient dans les forces universelles. Et elles n'étaient malheureusement pas toujours sages et disciplinées !"

Le narrateur décrit ainsi comment, alors que Jacinto voulait faire une démonstration du phonographe à des amis, une maladresse fausse quelque ressort du phonographe et amène celui-ci à répéter, de manière inlassablement ironique, l'enregistrement de la voix caverneuse du conseiller Pinto Porto prononçant ce lieu commun d'époque "Merveilleuse invention ! Qui n'admirera les progrès de ce siècle !". » (extrait du site d’André Lange)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com