BiblioMonde

L'Affaire Ben Barka

par Bernard Violet

( Livre )
Points
Collection Histoire
octobre 1995, 520 p., N�157, 7.32 euros
Première édition : Fayard - 1991
ISBN : 2020262126

Le plus illustre opposant marocain en exil, Mehdi Ben Barka a été arrêté le 29 octobre 1965, en plein Paris par des policiers français, Louis Souchon et Roger Voitot. Il est conduit dans la villa d'un truand, Georges Boucheseiche. Depuis personne ne l'a plus revu et son corps n'a jamais été jamais retrouvé. Bernard Violet fait le point sur l'affaire...

Mehdi Ben Barka principal dirigeant de l'Union des Forces Populaires du Maroc (opposition de gauche au roi Hassan II) avait condamné à mort par contumace par la justice marocaine. Seul son exil à Paris lui avait permis d'échapper au verdict du procès inique que les autorités marocaines avaient organisé pour l'abattre.

Le plus illustre opposant marocain en exil, Mehdi Ben Barka, dont la famille vient d'obtenir des papiers pour pouvoir enfin retourner au Maroc, avait disparu le 29 octobre 1965, en plein Paris. Cette affaire retentissante, impliquant autorités marocaines et policiers français, avait contribué à ternir le règne du roi Hassan II, décédé en juillet dernier. Celle-ci n'a jamais été totalement élucidée, malgré deux instructions judiciaires en France.
Ce vendredi-là, Mehdi Ben Barka a rendez-vous devant la brasserie Lipp, Boulevard Saint-Germain à Paris, avec un journaliste et un cinéaste, qui envisagent un film sur la décolonisation. Il est 12h15. Deux policiers de la brigade mondaine, Louis Souchon et Roger Voitot, exhibant leur carte, invitent Ben Barka à monter à bord d'une voiture, où se trouve également Antoine Lopez, un agent des services du contre-espionnage français. Il est conduit à Fontenay-le-Vicomte (Essonne), dans la villa d'une figure du milieu, Georges Boucheseiche. Dès lors, on perd sa trace. Nul ne reverra vivant le principal dirigeant de l'Union des Forces Populaires du Maroc, condamné à mort par contumace par la justice marocaine, et son corps ne sera jamais retrouvé.

« Coïncidence : le général Mohamed Oufkir, ministre marocain de l'Intérieur, Ahmed Dlimi, directeur de la sûreté nationale marocaine, et un certain Chtouki, chef des brigades spéciales marocaines, se trouvaient à Paris à ce moment-là. Cette affaire soulève en pleine campagne électorale en France l'indignation des milieux politiques francais, notamment l'opposition de gauche, François Mitterrand en tête. Le chef de l'Etat, le général de Gaulle, dans une conférence de presse du 22 février 1966, minimise la part des services secrets français et fait porter toute la responsabilité sur le général Oufkir. Plus tard, un repris de justice, Georges Figon, affirmera avoir vu Oufkir tuer l'opposant marocain avec un poignard décroché d'une panoplie dans la villa.
L'instruction judiciaire, menée par le juge Louis Zollinger, aboutit à l'inculpation de treize personnes dont le général Mohamed Oufkir, Ahmed Dlimi, Marcel Leroy-Finville, un des responsables du SDECE (les services secrets français d'alors), Antoine Lopez et Georges Figon. Un premier procès s'ouvre le 5 septembre 1966. Six accusés sur treize sont dans le box. Les sept autres, dont Oufkir, Dlimi et Boucheseiche, font défaut. Deux coups de théâtre relancent l'affaire : d'une part l'un des accusés, Figon, est retrouvé mort à Paris et l'enquête conclura à un suicide. D'autre part, Dlimi se constitue prisonnier. En revanche, le roi Hassan II refuse que son ministre de l'Intérieur, Oufkir, comparaisse en France. Un second procès s'ouvre le 17 avril 1967 en l'absence de la famille Ben Barka, retirée des débats après le décès subit de ses principaux avocats. Le verdict du 5 juin 1967 acquitte Dlimi et les protagonistes français, à l'exception de Lopez et Souchon, condamnés respectivement à huit et six ans de prison. Mohamed Oufkir, désigné par la justice comme le grand responsable de la disparition de Ben Barka, est condamné par contumace à la réclusion à perpétuité. La condamnation par la justice française d'un ministre étranger en exercice, fait sans précédent dans le droit international, devait provoquer le gel des relations franco-marocaines pendant deux ans. ». (extrait de

Sur la Toile

Le dossier du Monde sur l'affaire Ben Barka juin-juillet 2001.

L'Affaire Ben Barka : un résumé et un interview avec Bachir Ben Barka (La Riposte)




 
© BiblioMonde.com