BiblioMonde

L'année où nous n'étions nulle part

par

( Livre )
Métailié
Collection Bibliothèque latino-américaine
1995, 281 p.

ISBN : 2864242052


Un essai et des extraits du journal d’Ernesto Che Guevara commentés et complétés par Paco Ignacio Taibo II et deux journalistes cubains, Froilan Escobar et Felix Guerra.

« Il y a eu dans la vie d'Ernesto Che Guevara un trou noir. Quand il se sépare de Fidel Castro et du régime cubain, en mars 1965, et avant d'aller mourir en Bolivie deux ans et demi plus tard, à l'âge de 39 ans, où disparaît-il ? Des journaux le disent présent au Viêt Nam ou dans différents pays d'Amérique latine, interné dans une clinique psychiatrique à La Havane, enterré sous une usine à Las Vegas, abattu par Fidel Castro lui-même... Il est au Congo ex-belge pour y soutenir, après l'assassinat de Patrice Lumumba, la lutte des partisans de ce dernier contre le régime de Moïse Tschombé. En mêlant les témoignages de ses compagnons de lutte, Cubains et Africains, à des extraits d'un récit rédigé par le Che lui-même et resté inédit dans son intégralité, l'écrivain mexicain Paco Ignacio Taibo II et deux journalistes cubains, Froilan Escobar et Felix Guerra, ont reconstitué, dans Année où nous étions nulle part, les sept mois d'une aventure africaine qui a rapidement tourné, pour le groupe de volontaires cubains, au cauchemar. » (Nouvel Observateur, 1995)

« Ce livre lève le voile sur la « disparition » du Che en 1965. Grâce à son fameux journal d'Afrique, longtemps tenu secret. Un inédit du Che ? Oui, mais... Bien que ce document intitulé L'année où nous n'étions nulle part soit sous-titré Extraits du journal de E. Che Guevara en Afrique, le contenu n'en est pas aussi simple. Jugez plutôt : ses trois auteurs (deux journalistes cubains et l'écrivain mexicain Paco Ignacio Taibo II) enquêtent sur les activités de Guevara en 1965, lorsqu'un "membre important de l'appareil d'État cubain" leur fait parvenir un manuscrit (authentifié par experts), intitulé Passages de la guerre révolutionnaire. Le Congo. L'inconnu leur fait promettre de respecter son anonymat, de ne pas photocopier le document et de ne pas l'utiliser dans sa globalité. Les auteurs s'en sont servis comme squelette, élaborant autour un "montage de témoignages des participants aux faits". » (Alexie Lorca Lire, septembre 1995)

 
© BiblioMonde.com