BiblioMonde

Bokassa Ier : un empereur français

par Géraldine Faes, Stephen Smith

( Livre )
Grasset & Fasquelle
2000, 385 p., 15.09 euros

ISBN : 2702130283

« Cette biographie a un immense mérite : brosser le portrait d'un tyranneau africain sans sombrer dans la condescendance post-coloniale. Dieu sait pourtant combien la trajectoire de Jean Bédel Bokassa, des faits d'armes du brave adjudant rescapé de l'Indo au trône made in France d'empereur de Centrafrique, invite à la caricature. Ubuesque, grotesque, bouffon : avec une tardive lucidité, les chroniqueurs des maux africains ont épuisé le lexique réservé aux phénomènes de foire. Comme pour mieux absoudre l'ancienne métropole de ses péchés. (…)

Dépêché à l'heure d'un sacre - napoléonien jusqu'à la nausée - par le "cher parent" Valéry Giscard d'Estaing, le ministre de la Coopération Robert Galley avouera sur le tard avoir failli "périr de honte", avec sa queue de pie et ses gants blancs. Le déshonneur ne date pourtant pas de ce jour funeste de 1977. Mais de 1974, quand Paris laisse sciemment sombrer ce qui tient lieu d'État. Condamnant un pays misérable et enclavé à un mortel tête-à-tête avec son despote. Le pantin, converti un temps à l'islam sous l'influence du Libyen Kadhafi, échappe alors à son marionnettiste tricolore, qui s'en lave les mains. Et il faudra attendre 1979 pour que la "Giscardie", bientôt rattrapée par la piteuse affaire des diamants, consente à déboulonner son protégé. » (extrait d'un article de Vincent Hugeux, L’Express, 22 juin 2000)

Ce livre relate l'histoire d'un « indigène » devenu enfant de troupe, officier de l'armée française, maréchal président à vie puis empereur de Centrafrique et, après sa condamnation à mort et sept années de prison, « treizième apôtre du Christ », comme il s'était lui-même baptisé. Un destin hors du commun qui est aussi un formidable terrain d'enquête sur les ambiguïtés - et la « familiarité » - des relations franco-africaines. Car si l'on a brodé sur le « soudard » de la coloniale qui s'est offert un couronnement impérial, sur ses délires mégalomaniaques, son anthropophagie prétendue et l'amitié trahie avec son « cousin » Valéry Giscard d'Estaing, on oublie trop souvent que, pendant treize ans, cette « bouffonnerie tropicale » a été un règne ordinaire soutenu par la France. Plutôt que de mettre en scène un « roi nègre » en habits napoléoniens, il restait à démonter les ressorts et les appuis de cette tyrannie, à revenir sur un sacre co-organisé par la France, à rouvrir le dossier de « l'affaire des diamants » et à éclairer un passé riche en révélations scandaleuses.

« De 1966 à 1979, treize ans de règne sanglant, de détournements financiers à peine maquillés, en somme une "dictature ordinaire" menée par un soudard mégalomaniaque et infantile. Pendant cette période, la France ne fera aucun commentaire sur le régime. Seules comptent la "santé financière de l'État, et celle, excellente à l'époque, des expatriés européens sur place".

Faire toute la lumière sur la responsabilité française, ne pas réduire l'histoire à la personnalité fantasque et complexe d'un seul homme : voilà le grand mérite de ce document édifiant. Les deux auteurs, Stephen Smith et Géraldine Faes, ont enquêté dans les coulisses de la vie intime et politique de Bokassa : 93 protagonistes témoignent, chefs d'État français et africains, ambassadeurs, journalistes, l'épouse française de Bokassa, nombre de ses enfants, etc. Les auteurs ont interviewé Bokassa à sa sortie de prison en 1993 puis avant sa mort en 1996. » (extrait d'un article de Esther Del Pinto, Afrika.com)


____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com