BiblioMonde

Bréviaire Méditerranéen

par Predrag Matvejevitch

( Livre )
Payot & Rivages
Collection Petite bibliothèque Payot
Langue d'origine : croate
Traduit par Evaine Le Calvé-Ivicevic
juin 1995, N°251, 9.76 euros
Première édition : Fayard - mai 1992
ISBN : 2228889377 Introduction de Claudio Magris, Postface de Robert Bréchon.

« récit de voyage initiatique », « essai poétique » ou « roman qui remplace les personnages par les lieux », le Bréviaire a connu un succès international et s'est vu attribuer plusieurs prix prestigieux (le prix Malaparte, Capri, 1991; le prix européen de l'Essai Charles Veillon, Genève, 1992 ; le prix du Meilleur Livre étranger, Paris, 1993).

« À l’instar de La mer de Michelet, le Bréviaire de Matvejevitch mêle l’archive historique rigoureuse et les récits de voyages merveilleux, emprunte les parlers des divers ports, les itinéraires de l’ambre aussi bien que ceux des Juifs sépharades, suit les matérialisations de la culture méditerranéenne aussi bien dans les monuments prestigieux que l’art culinaire, tout cela au rythme des vagues, dans une écriture musicale inclassable où l’on n’arrive plus à savoir qui de la réalité ou de la poésie, l’emporte en fin de compte.
Un grand livre qui nous montre avec éclat que la Méditerranée est indissociable du discours qu’on a tenu sur elle depuis des siècles ». (extrait d'un article de Mohamed Leftah, Le Temps du Maroc, 10 Décembre 1999 - N° 215)

« Aux marges de l'histoire et de la géographie, mais aussi du récit d'aventure et de l'enquête ethnologique, Predrag Matvejevitch tente de comprendre ce qu'est le monde méditerranéen, ce que sont les peuples et les cultures qui caractérisent. Il décrit cet univers dans toutes ses dimensions, évoque aussi bien son climat, ses sols, ses cultures – vigne, oliviers –, que les peuples qui l'habitent; aussi bien un fait d'histoire que l'ambiance d'une taverne, une particularité linguistique qu'un souvenir de voyage, la rencontre d'une forte personnalité, une émotion devant un site. La Méditerranée, dans ses mythes comme ses déchirements, avec ses paysages grandioses et l'âpreté de ses sols, avec ses hommes violents, austères mais généreux, apparaît ici sous un nouveau visage – son visage éternel ». (présentation de l'éditeur)


Sur la Toile

La Méditerranée au seuil du nouveau millénaire (fr.) par Predrag Matvejevitch.

« Tout a été dit sur cette "mer première" devenue un détroit maritime, sur son unité et sa division, son homogénéité et sa disparité. Nous savons depuis longtemps qu'elle n'est ni "une réalité en soi" ni une "constante" : l'ensemble méditerranéen est composé de plusieurs sous-ensembles qui défient ou réfutent les idées unificatrices. Des conceptions historiques ou politiques se substituent aux conceptions sociales ou culturelles sans parvenir à coïncider ou à s'harmoniser. Les catégories de civilisation ou les matrices d'évolution au nord et au sud ne se laissent pas réduire à des dénominateurs communs. Les approches tentées depuis la côte et celles venant de l'arrière-pays s'excluent ou s'opposent les unes aux autres.

Percevoir la Méditerranée à partir de son seul passé reste une habitude tenace, tant sur le littoral que dans l'arrière-pays. "La patrie des mythes" a souffert des mythologies qu'elle a elle-même engendrée ou que d'autres ont nourries. Cet espace riche d'histoire a été victime de toutes sortes d'historicismes. La tendance à confondre la représentation de la réalité avec cette réalité même se perpétue : l'image de la Méditerranée et la Méditerranée elle-même ne s'identifient point. Une identité de l'être, en s'amplifiant, éclipse ou repousse une identité du faire, mal définie. La rétrospective continue à l'emporter sur la prospective. Ainsi la pensée elle-même reste la prisonnière des stéréotypes.

La Méditerranée existe-t-elle autrement que dans notre imaginaire ? se demande-t-on au Sud comme au Nord, au Ponant comme au Levant. Et pourtant il existe des modes d'être et des manières de vivre communs ou rapprochés, en dépit des scissions et des conflits qu'éprouve et subit cette partie du monde. Certains considèrent, au commencement et à la fin de l'histoire, les rives elles-même, d'autres se contentent d'envisager les seules façades. Il y a là parfois non seulement deux visions ou deux approches différentes, mais aussi deux sensibilités ou deux vocabulaires divers. La fracture qui en procède est plus profonde qu'elle ne semble être de prime abord : elle entraîne d'autres fractures, rhétoriques, stylistiques, imaginaires; elle engendre des alternatives, qui se nourrissent du mythe ou de la réalité, de la misère ou d'une certaine fierté ». (extrait d'un article de Pedrag Matvejevitch pour l'IFA).

Sur quelques conditions préalables à un dialogue méditerranéen (fr.) : l'article complet.

 
© BiblioMonde.com