BiblioMonde

Bucarest, mémoires et promenades

par Catherine Durandin

( Livre )
Hesse
septembre 2000, 207 p., 18.29 euros

Collection : Ister - ISBN : 2911272323

Le portrait d'une capitale tourmentée par l'histoire

« Bucarest est une capitale trop ignorée. Aujourd'hui, la capitale de la Roumanie est une ville tourmentée. Elle témoigne des tensions d'une société désorientée aspirant à l'Europe, tout en conservant des nostalgies d'un ordre communiste sécurisant. Une misère violente côtoie une richesse tapageuse. Quelques images surgies à la fin des années 1980 restent dans les mémoires : images des chantiers lancés par Ceaucescu, images de jeunes gens criant en décembre 1989 leur volonté de liberté. Puis l'oubli s'est installé. Ville des extrêmes mélanges qui associe une sorte de charme rural désuet aux expériences architecturales d'avant-garde des années 1930, Bucarest est mise en scène dans une longue promenade qui part du présent pour remonter vers des passés plus lointains. Le vécu contemporain est plein des souvenirs proches. Le passé communiste renvoie à ceux de l'entre-deux-guerres, une période d'effervescence, un âge d'or imaginaire, où cette ville bigarrée revendiquait être Lin petit Paris. Bucarest intrigue, déconcerte. Sa beauté ne demande qu'à être reconnue, pas à pas, au rythme heurté des espaces de circulation fébrile et de ses jardins tranquilles où se plaignent les dernières tourterelles. » (présentation de l’éditeur)


« J'ai découvert une ville, Bucarest, capitale de la Roumanie, un été 1973. Ce fut ma première rencontre, comme étudiante, avec la capitale d'un pays communiste, pauvre et nationaliste. J'ai sillonné cette ville, tranquille, calme de ce calme mêlé d'un peu de peur, vide de circulation, où montait, le soir, le chant des tourterelles. J'ai longuement écouté des amis dire leur nostalgie de la capitale d'avant-guerre avec ses luxes et ses frivolités, son ambition joyeuse d'être un petit Paris. J'ai suivi la ville d'année en année et l'ai vue tomber dans un enfermement morose, une ville où surgissaient des HLM de béton avec, toujours, un air de non achèvement. Une ville où grandissait l'humiliation d'être repoussée d'espaces interdits qui, inexorablement et petit à petit, bloquaient la liberté des promenades. Et puis, j'ai vu changer à la hâte et dans l'anarchie, la ville de l'après Ceausescu. Une Bucarest qui tonitrue dans la pollution, avec ses enfants des rues qui traînent et jouent la nuit tombée entre les voitures et les chiens errants, une Bucarest sans repère qui s'enrichit de manière ponctuelle et s'appauvrit très vite, dans le même temps. Ce sont ces époques que j'ai voulu transmettre. J'ai voulu dire une ville très secrète qui suppose d'être saisie au fil des longues balades à pied, une ville qui ne se laisse plus quitter. » (Catherine Durandin, octobre 2000)

Dans BiblioMonde

L’héritage urbain de Ceaucescu : le centre civique de Bucarest


Bucarest, le dégel

Notre dossier sur la Roumanie

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com