BiblioMonde

Cérémonies

par Yasmine Chami-Kettani

( Livre )
Actes Sud
Collection Domaine français
2002, 110 p., 6.5 euros
Première édition : 1999
ISBN : 2742737332

C'est l'histoire de Khadija, 35 ans, marocaine et architecte. Elle vient de divorcer et retourne vivre chez ses parents. Avec sa cousine, elles vont ensemble questionner leur passé et leur éducation pour comprendre ce qui les a si intimement influencées.

« C'est une image assez juste de la société marocaine traditionnelle de Fès. L'importance du rassemblement familial à l'occasion d'un mariage fait dire à l'auteur que "le rire est peut-être une manière publique de pleurer" ... Le roman est construit autour des voix des femmes, la mère, les tantes, et aussi le monologue de Khadija, qui observe cette société où "l'avidité ronge les coeurs". Les traditions se perpétuent, même si le pays change. Yasmine Chami-Kettani dit sa colère dans des mots crus. » (extrait d’un article de Tahar Ben Jelloun, Le Monde 1999).

« Khadija est marocaine. A trente-cinq ans, elle est architecte mais sa réussite sociale n’a que peu d’importance à ses yeux : Khadija vient de divorcer. Totalement brisée, elle n’a d’autre choix que de retourner vivre dans la maison de son père. Dans ce lieu magnifié par l’enfance mais qui n’a rien perdu de sa splendeur tout orientale, une cérémonie se prépare. Le jeune frère de Khadija se marie et déjà l’institution familiale et culturelle se remet en place pour accueillir la nouvelle épousée et fêter l’événement sacré.
Sans cesse renvoyée à son échec, Khadija souffre en silence. Peu à peu la famille se rassemble et lorsque Malika arrive à son tour, lorsque le regard de sa cousine se pose sur elle d’une tout autre façon, Khadija se trouve confrontée à une réalité bien différente. Complices depuis l’enfance, profondément attachées à cette maison comme à leur famille, elles vont ensemble questionner leur passé et leur éducation pour tenter de comprendre ce qui les a si intimement influencées, ce qui a forgé leurs ambitions et parfois même entravé leurs désirs. Ce qui aujourd’hui détruit Khadija en l’enfermant dans l’humiliation et la culpabilité.
C’est dans une langue extrêmement maîtrisée, souvent empreinte de poésie que Yasmine Chami-Kettani évoque, à travers ce premier roman, l’influence de l’univers culturel et social du Maroc dans la vie affective des femmes d’aujourd’hui. Avec rigueur mais aussi avec tendresse, elle décrit ce que génèrent, depuis l’enfance, l’héritage de la mémoire méditerranéenne, la réminiscence de ses croyances et l’importance de sa culture religieuse. » (présentation de l’éditeur).

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

 
© BiblioMonde.com