BiblioMonde

Chant général

par Pablo Neruda

( Livre )
Gallimard
Collection Poésie
Langue d'origine : espagnol (Chili)
mars 1984, 576 p., 11 euros
Première édition : 1977
ISBN : 2070322475

El Canto General (titre original) est un hymne à l'Amérique latine et aux nations opprimées, en général.

« Entrepris par le poète au mois de mai 1938, le lendemain de la mort de son père, Le Chant général fut achevé plus de dix ans plus tard. Il se termine par ces mots :

"Ainsi finit ce livre, je laisse ici mon Chant général écrit dans la persécution, en chantant sous les ailes clandestines de ma patrie. Aujourd’hui 5 février, en cette année1949, au Chili, à Godomarde Chena, quelques mois avant la quarante-cinquième année de mon âge."

Abandonnant l’idée primitive d’écrire un poème à la gloire du Chili, Neruda, lors d’une ascension au Macchu-Picchu en 1943, décida de composer un chant général américain. Le livre fut publié en 1950 au Mexique. Il comprend quinze parties, ensemble composite et divers qui brosse, en un panorama grandiose, une sorte d’immense fresque lyrique et épique du continent américain, depuis les temps précolombiens, la conquête et l’indépendance jusqu’à l’histoire la plus récente; il s’y mêle l’histoire des hommes, des indigènes, des clans, des factions, de leurs combats, de leurs révoltes, de leurs espoirs. La dernière partie, intitulée Je suis (Yo soy ), est une autobiographie poétique, une manière de testament et de profession de foi. Embrassant à la fois l’histoire d’un homme et celle de toute l’Amérique hispanique, Le Chant général s’élargit aussi aux dimensions de l’histoire universelle, des États-Unis d’Amérique aux nations opprimées comme l’Espagne ou la Grèce. Dans ce tableau démesuré, dans cette exaltation grandiose de la libération des hommes, le chantre a su faire passer toute la violence et l’humour, toute la tendresse et la force d’imprécation d’un lyrisme qui sait allier spontanément les formes les plus raffinées aux tonalités les plus âpres, la simplicité la plus sobre à l’invective la plus mordante, et les cris les plus discordants à la mélodie la plus envoûtante. » (extrait d'un article de Bernard Sesé, L'Encyclopedia Universalis, 2000)

Extrait

Au sein de la terre, j'écarterai

les émeraudes pour t'apercevoir

et toi d'une plume d'eau messagère

tu seras en train de copier l'épi.

Quel univers ! Quel stimulant persil !

Quel navire voguant sur la douceur !

Et toi peut-être et moi aussi topaze !

Toutes ensemble sonneront les cloches.

Il ne restera plus que tout l'air libre

avec la pomme emportée par le vent,

dans la ramée le livre succulent,

et au lieu où respirent les œillets

nous fonderons un habit qui supporte

l'éternité d'un baiser victorieux.

 
© BiblioMonde.com