BiblioMonde

Cinéma turc : les années 1990

par Mehmet Basutçu

( Livre )
Vol de nuit
1999, 104 p., 4.5 euros

Un panorama du cinéma turc de la décenie écoulée, boudés par le public, mal distribués, pas soutenus...

En 1999, 17 ans après Yol de Serif Gören et Yilmaz Güney, deux films turcs font l'objet d'une distribution sérieuse en France : Innocence de Zeki Demirkubuz et Aller vers le soleil de Yesim Ustaoglu.

« Yesim Ustaoglu et Zeki Demirkubuz se placent d'ores et déjà en tête du nouvel élan qui parcourt le cinéma turc après la crise aiguë des années 80, et la disparition du cinéma commercial de Yesilçam. Il faut y ajouter, dans l'ordre subjectif d'une appréciation personnelle, les noms de Dervis Zaim, Nuri Bilge Ceylan, Reha Erdem, Kutlug Ataman. Reis Çelik et Mustafa Altioklar.
Les jeunes cinéastes ont su tirer les leçons des périodes d'intervention militaire, à l'origine de la dépolitisation des années 80. Leurs personnages, ambigus et contradictoires, sont solidement ancrés dans la réalité du pays; ils s'interrogent, cherchent de nouvelles voies. La mise en scène est plus soignée, le scénario mieux travaillé et le niveau technique, en moyenne, bien meilleur qu'auparavant, notamment grâce aux coproductions bénéficiant de l'aide du fonds européen Eurimages.
"Majors" dominantes. L'accueil du public turc est pour l'instant très mitigé. D'abord, les films d'auteur ne font plus recette depuis quinze ans. Ensuite, l'exploitation des salles (environ 500, multiplexes compris, pour plus de 62 millions d'habitants), est contrôlée par les "majors" américaines. Dans ces conditions, la proportion de films turcs distribués chaque année oscille entre 3 et 5 %. Ainsi, Innocence, à l'affiche dès 1997 avec seulement quatre copies, n'a fait que 46 962 entrées. » (Extrait d'un article de l'auteur, Libération, 7 juillet 1999)

Yesilçam : nom d'une rue d'Istanbul, où la majorité des producteurs avaient leurs sièges, elle était devenue synonyme de « cinéma commercial turc ».


Dans BiblioMonde

Le cinéma turc sous la direction de Mehmet Basutçu


 
© BiblioMonde.com