BiblioMonde

Déclaration universelle des droits de l'homme

par

( Livre )
Gallimard
Collection Folio
1988, 123 p., 6 euros

ISBN : 2070381935

Le texte, illustré d'aquarelle de Jean-Michel Folon

Le 10 décembre 1948, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté et proclamé la Déclaration universelle des droits de l'homme. Après cet acte historique, l'Assemblée générale a recommandé aux États Membres de publier le texte de la Déclaration et de « faire en sorte qu'il soit distribué, affiché, lu et commenté principalement dans les écoles et autres établissements d'enseignement, sans distinction fondée sur le statut politique des pays ou des territoires. »

Le bilan, cinquante ans après : « On a fait de grands progrès, mais les militants des droits de l’homme ont aussi des raisons de nourrir quelque amertume. On a multiplié les instruments juridiques mais, à ce jour, les États-Unis, première puissance du monde, n’ont toujours pas ratifié le Pacte de 1966 sur les droits économiques et sociaux. Et la Chine n’a pas encore signé le Pacte sur les droits civils et politiques, ni celui sur les droits économiques. Quant au traité signé à Rome créant la Cour pénale internationale, il n’a recueilli, à ce jour, que 31 signatures, alors qu’il doit être ratifié par 60 États pour entrer en vigueur. Il faudra, à l’occasion de la commémoration, lancer un appel pressant à la ratification de ce traité.

"Et puis, il y a les violations qui se commettent quotidiennement. Presque dix ans après la chute du mur de Berlin, voyez ce qui se passe en Afghanistan, en Algérie, au Congo ou, à nos portes, au Kosovo. Pour arrêter quelques criminels de guerre en Bosnie, on ne peut pas dire qu’il y ait eu une grande volonté politique. Et puis, il y a ce défi essentiel : 1,3 milliard d’êtres humains ont moins de 1 dollar par jour pour survivre; 35 000 enfants, chaque jour, meurent de maladies qui pourraient être prévenues. Là est le premier enjeu de la mondialisation en termes de droits de l’homme.

"Certes, on a vu disparaître l’apartheid, s’effondrer la plupart des dictatures, notamment en Amérique du Sud et à l’Est de l’Europe. Même si en Russie règne le désordre et prospère le crime, le goulag n’existe plus. Mais l’engagement pris par les Etats dans le préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme n’a, à l’évidence, pas été tenu. » (Robert Badinter, extrait d’un entretien avec Le Monde, 18 septembre 1998)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com