BiblioMonde

Dieu manchot (Le)

par José Saramago

( Livre )
Points
Collection Littérature
Langue d'origine : portugais
Traduit par Geneviève Leibrich
1995, 419 p., 7.95 euros
Première édition : Albin Michel - 1987
ISBN : 2020159155

Ce roman passe pour être le chef-d’œuvre du prix Nobel de littérature 1998. Publié en 1982, le Dieu manchot (Memorial do Covento), est son roman le plus populaire. Vendu à 370 000 exemplaires au Portugal, il aurait été lu par un million de Portugais (soit un dixième de la population). C’est le roman qui a révélé son auteur à l’étranger, notamment en France où il a été publié en 1987.

Commander L’édition originale chez Albin Michel (18,29 euros)

« Il s'agit d'un texte richement facetté et ambigu, présentant en même temps une perspective historique, sociale et individuelle. L'intelligence et la richesse d'imagination qui s'expriment ici marquent en général l'œuvre de Saramago. Ce roman a inspiré au compositeur italien Corghi l'opéra Blimunda » (un commentaire de l’Académie suédoise)

« Dieu est manchot de la main gauche, puisque c’est à sa droite que s’assayent les élus. Pourtant il a créé l’univers ! ». C’est par ces mots que le père Bartolomeu Lourenço de Gusmao encourage son protégé, Balthazar Sept Soleils, qui a perdu sa main gauche sur le champs de bataille. Ce roman épique et foisonnant est plein de sorcières et d’alchimistes, de soudards et d’inquisiteurs. En recréant l’atmosphère de la Lisbonne baroque du XVIIIe siècle, Saramago fustige l’intolérance du vieux Portugal.

« En plein XVIIIe siècle, avec l'Inquisition pour toile de fond, le roi Joao V (1706-1750) décide de l'élévation d'un couvent dans la ville de Mafra en remerciement à Dieu de la conception d'un héritier qui tardait à venir... Un projet vaniteux, véritable hécatombe pour les misérables chargés de le réaliser. Cette dénonciation du droit divin vaudra d'ailleurs à José Saramago d'être persona non grata à Mafra... Au cœur de la narration, un couple emblématique, Baltasar et Blimunda, conte l'histoire, avec un petit et un grand H, des opprimés, des humiliés, redonnant aux humbles une identité. Blimunda, l'un des personnages féminins les plus fascinants de l'œuvre de Saramago, douée de la faculté de voir à l'intérieur des êtres, symbolise la lucidité et la détermination. Les femmes chez Saramago sont toujours des personnages forts, défiant le silence et la soumission que leur assigne la société. Une société que l'écrivain ne cesse d'interroger, portant ses préoccupations dans l'œuvre littéraire, en passant du réel au merveilleux, du banal au magique, du questionnement philosophique au chant d'amour. » (extrait d’un article de Marina Da Silva, Regards, juillet 1999)

Ce roman a obtenu le Grand Prix du Roman Pen Club 1994, il a été traduit en français par Geneviève Leibrich


____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.





 
© BiblioMonde.com