BiblioMonde

Empire espagnol de Charles Quint (1516-1556) (L')

par Raphaël Carrasco (direction de l'ouvrage)

( Livre )
Ellipses
2004, 240 p., 15.5 euros

ISBN : 2729820809

Ouvrage de synthèse universitaire

L’arrivée de Charles de Gand sur le trône d’Espagne marqua un tournant décisif dans l’histoire de cette monarchie qui jusqu’alors, au sein de la chrétienté médiévale, n’avait occupé, somme toute, qu’une position marginale. Mais il faut prendre garde que ce ne fut pas l’inclusion des royaumes de Castille et d’Aragon dans l’orbite impériale qui leur offrit (ou plutôt à la seule Castille, grande protagoniste de cette aventure) la possibilité de développer un dynamisme inconnu jusqu’alors. La formidable expansion territoriale qu’allait connaître le premier XVIe siècle péninsulaire, la construction d’un véritable empire colonial castillan, la mise en place d’un État fort, l’arrivée de la Renaissance, tout cela eut lieu à côté, malgré, pourrions nous presque dire, la participation de l’Espagne aux grandes luttes dans lesquelles elle fut entraînée par la politique de Charles de Habsbourg. Cependant, réduire le rôle des Espagnols dans l’entreprise impériale à une simple instrumentalisation plus ou moins consentie, à la pure concession de moyens (financiers, bien entendu, mais aussi humains, logistiques, spirituels) sans espoir de retour, serait caricatural. Il y eut bien échange, communauté de perspectives après une mise en contact difficile entre deux mondes que rien ne semblait devoir faire s’entendre. Les spécialistes ont beaucoup interrogé les liens — féconds, dynamiques — qui purent s’établir peu à peu entre l’idéal impérial de Charles Quint et la vieille idée impériale castillane, la nouvelle direction que prit alors l’histoire des Espagnols a bien été éclairée à la lumière des priorités fondamentales affirmées par les hommes de l’empereur (lutte contre les protestants au Nord, contre la poussée ottomane à l’Est, contre la France en Italie). De même, les relations existant entre la définition strictement confessionnelle du pouvoir défendue par Charles Quint et le principe de l’unité politique fondée sur l’unité de la foi érigé par les rois catholiques en maxime suprême de gouvernement, n’ont pas échappé aux historiens, pas plus que tout ce qui dans cette brillante et chevaleresque Espagne du nouveau César préparait la noire monarchie catholique de l’Escorial.


Auteurs : Carrasco Raphaël, Escamilla Michèle, Benitez Sanchez-Blanco Rafael et Fernandez André.

Dans BiblioMonde

Charles Quint et la monarchie espagnole

L'Espagne classique 1474-1814


____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com