BiblioMonde

Étoile distante

par Roberto Bolaño

( Livre )
Christian Bourgois
Langue d'origine : espagnol (Chili)
Traduit par Robert Amutio
mai 2002, 180 p., 15 euros

ISBN : 2267016273

Un jeune homme séduisant et mystérieux, se présente dans un atelier d’écriture que suit le narrateur et dans une ville provinciale du Chili. Le coup d’Etat de Pinochet donne l’occasion à cet étrange artiste de mettre en pratique sa conception radicale de l’art de la cruauté en assassinant quelques femmes de sa connaissance dans des circonstances que le lecteur, comme le narrateur, ne peuvent qu’imaginer.

« L'autodidacte Ruiz-Tagle (faux timide mais vrai tortionnaire) photographie ses victimes découpées, puis écrit des Genèses apocalyptiques dans le ciel chilien. Disparu en Europe, on le repère à sa prose terroriste disséminée sous différentes signatures, fort éloignées de la vérité du passeport : c'est que Carlos Wieder est un patronyme un peu chargé, même dans ce Chili capable de fermer les yeux sur l'immigration nazie et d'ouvrir les bras
à des fantômes d'assassins toujours prompts à reprendre corps. » (extrait d'un article de Florence Gaillard, Le Temps, 1er juin 2002)

« Roberto Bolaño a écrit un étrange roman noir qui mêle art, histoire et horreur. Un jeune homme, séduisant et mystérieusement lointain, se présente dans un atelier d'écriture que suit le narrateur dans une ville provinciale du Chili. Le coup d'État de Pinochet donne l'occasion à cet étrange artiste de mettre en pratique sa conception radicale de l'art de la cruauté, en assassinant quelques femmes de sa connaissance dans des circonstances que le lecteur, comme le narrateur, ne peuvent qu'imaginer.
Étoile distante est aussi une prolifération tourbillonnante d'histoires qui accompagnent ce récit sur la démence et le mal. Histoires folles, invraisemblables, traversées de rumeurs invérifiables, comme autant de visions égarées de ceux que l'histoire du Chili a brisés, d'épisodes cruels et pathétiques où l'espace de quelques pages des monstres terriblement (in)humains s'ébrouent.
Roberto Bolaño exerce son sens de l'humour, son goût de la parodie et sa singulière imagination, dans le foisonnement et les bifurcations vertigineuses de ces récits soufflés par l'histoire ou l'exil, et nous livre une méditation sur le mal dans ce qu'il a de plus fascinant et sobrement médiocre, mais aussi sur son rapport à la littérature. » (présentation de l'éditeur)

Ce livre est paru en Espagne en 1996 sous le titre Estrella distante.

 
© BiblioMonde.com