BiblioMonde

Europe du Nord, Europe médiane

par Jean-Pierre Marchand, Pierre Riquet (direction de l'ouvrage)

( Livre )
Belin
Collection Géographie universelle
2000, 480 p., 81 euros
Première édition : 1996
ISBN : 2701116724


Un ouvrage de référence pour une approche géographique

Europe du Nord, Europe médiane, traite de l'ensemble des pays du nord-ouest, du nord et du centre-nord de l'Europe : Îles britanniques, Scandinavie, Finlande, Bénélux, Allemagne, Autriche et Suisse, et de leurs annexes. Il s'agit d'un ensemble de pays fortement industrialisés, marqués par un haut niveau de revenu moyen et de formation, à dominante de culture protestante et qui donnent à l'Europe une bonne part de son style et de ses impulsions.

Un ouvrage collectif conçu par Jean-Pierre Marchand et Pierre Riquet avec la collaboration de H. Chamussy, M. Le Berre, C. Moindrot, L. Sanders, M. Vigouroux, J.-C. Boyer, É. Mérenne, B. Mérenne-Schoumaker, J.-B. Racine et C. Raffestin.

L'ouvrage est divisé en deux livres distincts.

Le premier livre, qui traite des Îles britanniques et du Norden, c'est-à-dire des quatre pays scandinaves et de la Finlande, est centré sur les formes et les effets de cette originale configuration de péninsules et d'archipels, au sein de laquelle la mer occupe une place exceptionnelle. Le rôle de la mer, des ressources marines, des échanges maritimes et du peuplement littoral sont mis en valeur, avec les effets de l'exposition aux flux océaniques sur les climats, les paysages, les ambiances, le morcellement de l'occupation du territoire. Des populations de marins, de conquérants, d'aventuriers ont laissé des traces, des attitudes, et même des morceaux d'empires puisque cet espace englobe des terres arctiques lointaines. Mer du Nord et Baltique sont vues comme des foyers d'activité, plus que comme des ruptures. Les paysages originaux des îles, des fjords, des plates-formes pétrolières en mer, des ports de pêche, méritaient des traitements spécifiques.

Les Îles britanniques sont ensuite étudiées dans leur héritage de culture, de richesse et de divisions, où se mêlent les différences linguistiques et religieuses, l'inégal effet des produits de l'Empire, la ruine et la reconversion des premières régions industrielles, l'impact de l'exploitation du pétrole et du gaz en mer du Nord, les effets de la révolution néo-libérale sur l'espace géographique. La place éminente de Londres est définie, tant dans ses traditions immuables que dans ses bouleversements récents. L'étude régionale distingue un grand Sud-Est entièrement organisé et animé par la capitale, jusqu'au remaniement des Midlands; l'ensemble des vieux bassins industriels de la partie nord de l'Angleterre ; les périphéries et finisterres de Cornouaille, Galles et Écosse, ainsi que les îles associées; l'Irlande en transformation après famines, émigrations, guerres et qui peu à peu sort du drame et du moindre développement, en partie grâce à l'intégration européenne.

La latitude extrême, l'isolement, l'étendue, le climat et les paysages des pays nordiques contribuent à limiter et à concentrer leur peuplement, et ont peut-être joué un rôle dans leur ardeur à innover et à rechercher des régulations et des formes coopératives de gestion de la société et de ses espaces. Plusieurs chapitres analysent ces interactions, les formes et les effets des solidarités et des réseaux complexes d'ententes internationales, ainsi que la modernité et la complexité des entreprises, et la nature délicate des problèmes posés par le Grand Nord, sa défense, ses minorités ethniques.. Successivement, sont ensuite décrits les dynamiques, l'organisation et les disparités de la Suède, de la Norvège, du Danemark, de la Finlande. Un dernier chapitre associe, après une présentation d'ensemble de l'Arctique, de sa nature et de ses enjeux, les dépendances du Norden : Svalbard et Jan Mayen, l'Islande, les Féroé, le Groenland.


Le second livre est consacré à la partie à la fois plus continentale et plus méridionale de l'ensemble. Les six pays ainsi rapprochés (sept avec le Liechtenstein) forment un ensemble organisé autour du Rhin, ou mieux encore de cette grande dorsale européenne marquée par les fortes densités, le nombre et l'activité des villes, la fort ancienne et incessante agitation des marchands et des capitaines d'industrie, l'accumulation du capital, voire l'invention du capitalisme - et de ses contestations - mais aussi la division, les conflits, les affrontements et les rivalités, la subtilité des relations entre nations et États, entre États et religions, entre villes et gouvernements. C'est l'Europe des réseaux, puissamment interconnectée et en mouvement perpétuel; l'Europe des pollutions et des défenses acharnées d'un environnement survalorisé ; l'Europe la plus chère et la plus productive, à la fois attentive à garder ses avantages, et à s'efforcer de les étendre à l'Est.

L'Allemagne y tient une place centrale, et s'y trouve gérée comme à la manière d'une grande entreprise; l'analogie est creusée dans toutes ses formes possibles, jusque dans la façon dont en peu d'années l'ancienne Allemagne de l'Est a été absorbée, plus qu'intégrée, après des décennies d'étrangement. Ces chapitres précisent la logique des paysages et des inégales dynamiques des parties du territoire de l'Allemagne, éclairent le jeu des acteurs fondamentaux (État fédéral, Länder, grandes firmes), montrent la transformation des réseaux, les glissements d'activités vers le Sud, les effets de l'intégration européenne. Les chapitres régionaux présentent ensuite une Allemagne du Sud qui n'est pas seulement bavaroise mais englobe jusqu'à Francfort par bien des aspects, une Allemagne de l'Ouest longtemps mieux assurée mais concurrencée, une Allemagne du Nord qui désormais retrouve Berlin, un espace traversier ou central qui va de Kassel à la Saxe et qui sans doute va connaître les plus profondes transformations.

Autour de l'Allemagne, les chapitres suivants mettent en scène deux blocs distincts. Le monde alpin est l'occasion de présenter l'ensemble des questions géographiques que peut poser la présence d'une telle montagne au cœur même de l'Europe, moins d'ailleurs comme obstacle que comme réserve d'espace et pour ses ressources propres, ses eaux, ses neiges, ses pacages et ses paysages. L'Autriche et la Suisse illustrent différemment la façon dont la montagne a servi de refuge, de barrière et de passage, aujourd'hui presque exclusivement dominés par les villes et leurs réseaux, mais qui conservent une place privilégiée comme espaces d'intermédiation.

Sous l'horizon des Ardennes, les bouches du Rhin et de la Meuse, la plaine flamande et néerlandaise font un autre ensemble qui a concentré les populations et excité leur créativité, des terres d'histoire et d'art, de fortunes et d'inégalité, d'innovation sociale, culturelle et technique. Les Pays-Bas s'organisent autour d'une grande ville circulaire à plusieurs noyaux, la Belgique se divise autour d'une capitale devenue celle de la coopération européenne, le Luxembourg joue de sa petite taille et de l'exceptionnalité pour accumuler les avantages. Réaménagées, en constante évolution, ces régions témoignent de la vitalité de l'Europe.

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com