BiblioMonde

Fado (Le)

par Agnès Pellerin

( Livre )
Chandeigne
Collection Lusitane
2003, 192 p., 21.5 euros

Co-éditeur : France Culture - ISBN : 2906462926

À Lisbonne existe un chant qui, à la tombée de la nuit, parcourt les ruelles tortueuses et les cœurs nostalgiques dans les recoins des tavernes. On l'appelle fado, ce souffle qui, sur quelques accords de guitare portugaise, enfle les voix rythmées par la poésie et les blessures du "destin".

Né il y a deux siècles dans les quartiers du port, parmi marins et prostituées, ce chant d'origine populaire a évolué au fil du temps. Chronique sociale anonyme, il a fait rire en racontant les anecdotes du quotidien ; il a gagné ses titres de noblesse en séduisant l'aristocratie; il a donné voix à une parole ouvrière naissante ; il a croisé aussi la propagande nationaliste de la longue dictature. Aujourd'hui, sur les traces d'Amalia Rodrigues, mondialement connue, le fado a conquis les scènes internationales. Pourtant son histoire, riche et contradictoire, reste polémique. Désabusé ou plein d'espoir, le fado semble avoir été sans cesse confronté à une forme de censure. Mais toujours, on y entend les accents d'un art profondément marqué par une inquiétude, au fond, universelle

« Le fado, chant de Lisbonne, fait aujourd’hui partie du paysage musical international. Témoignage d’une culture spécifiquement urbaine, s’il trouve aujourd’hui les conditions pour s’apprécier à grande échelle, grâce à des disques ou des concerts qui permettent à une poignée d’artistes de scène de vivre de leur art, ce chant est aussi, et avant tout, une pratique locale, un chant qu’on interprète de manière spontanée, entre amateurs. Comme toute expression d’origine populaire, les contours du fado semblent flous : on le dit gai et triste, misérable et aristocratique, révolté et conservateur. Il est parfois cérémonieux, parfois provocateur; il laisse pensif ou invite à la danse. Au hasard des rues de Lisbonne, il s’échappe par éclats d’une taverne d’habitués, il résonne toute la nuit dans une association de quartier ; il s’affiche aussi sur la devanture d’un restaurant cherchant à attirer le touriste. Ses lieux semblent toujours comme retranchés du réel : on chante dans la pénombre, toutes portes closes. On écoute absorbé, accoudé à une table, parfois un peu voûté, laissant à l’imaginaire le soin de compléter les ombres, au rythme de son for intérieur. Les guitares appellent le silence, sorte d’intervalle entre le temps du dehors et ce rêve absent que réinventent les voix. Fadistas et guitarristas, souvent de noir vêtus, s’apprêtent; les femmes revêtent parfois leur châle sombre. » (présentation de l’éditeur)


Le livre est accompagné d’un cd audio d’environ 50 mn d’enregistrements de fado vadio (fado populaire) comme illustration musicale, réalisé en partie en collaboration avec les Carnets nomades de Colette Fellous.

Dans BiblioMonde

Portugal : fado, chant de l'âme par Véronique Mortaigne

Amália, le Fado étoilé par Jean-Jacques Lafaye

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com