BiblioMonde

Hassan II, 1961-1999, l’espérance trahie

par Ignace Dalle

( Livre )
Maisonneuve et Larose
avril 2001, 320 p., 19.82 euros

ISBN : 2706814853

Ce livre est un violent réquisitoire qui ne se contente pas de stigmatiser les violations des droits de l’homme durant les fameuses « années noires » de la dictature d’Hassan II, mais qui dénonce aussi le pillage économique dont le Maroc a fait l’objet de la part de ses élites depuis l’indépendance. L’auteur décrit en particulier le système politique qui a permis cette mise en coupe réglée du pays et fait le constat de la situation socioéconomique actuelle.

Ignace Dalle évoque le paysage politique en insistant sur l’histoire de la gauche, ses scissions successives et ses déchirements récents. Il est en revanche moins loquace sur ceux qui représentent assurément la première force politique du pays : les islamistes. Une des parties les plus intéressantes du livre décrit la très riche vie associative qui pallie aux carences de l’État et permet à beaucoup de Marocains de survivre. L’auteur fait le portrait d’un certain nombre de personnes, qu’il a le plus souvent rencontré et qui travaillent à l’avenir du Maroc. C’est le côté optimiste du livre.

Le livre n'a pu sortir au Maroc qu'après suppression du nom d'Hassan II sur la couverture.

« Où va le Maroc ? A cette question, Ignace Dalle répond par un bilan du règne de Hassan II. Son livre renoue avec une ambition que le despotisme de l'actualité, de l'instantané sans relief, a ensevelie sous des "événements" dont l'un chasse l'autre. L'ancien correspondant à Rabat de l'Agence France Presse (AFP) établit un état des lieux aussi vivant que détaillé. A une génération d'intervalle, son livre fait pendant à l'ouvrage de Simone et de Jean Lacouture, Le Maroc à l'épreuve, qui, en 1957, dressait l'inventaire du protectorat en se demandant vers où allait évoluer, doté ou handicapé par l'héritage colonial, le Maroc tout juste indépendant. Au lendemain de l'indépendance, il était bon de dresser le bilan des quarante-quatre années de présence coloniale. Alors que l'on guette les faits et les gestes de Mohammed VI, dans l'espoir, ou la crainte, d'un aggiornamento au royaume chérifien, il est bon de revenir sur les trente-huit années du règne de Hassan II.Où va le Maroc  ? A cette question, Ignace Dalle répond par un bilan du règne de Hassan II. Son livre renoue avec une ambition que le despotisme de l'actualité, de l'instantané sans relief, a ensevelie sous des "événements" dont l'un chasse l'autre. L'ancien correspondant à Rabat de l'Agence France Presse (AFP) établit un état des lieux aussi vivant que détaillé. A une génération d'intervalle, son livre fait pendant à l'ouvrage de Simone et de Jean Lacouture, Le Maroc à l'épreuve, qui, en 1957, dressait l'inventaire du protectorat en se demandant vers où allait évoluer, doté ou handicapé par l'héritage colonial, le Maroc tout juste indépendant. Au lendemain de l'indépendance, il était bon de dresser le bilan des quarante-quatre années de présence coloniale. Alors que l'on guette les faits et les gestes de Mohammed VI, dans l'espoir, ou la crainte, d'un aggiornamento au royaume chérifien, il est bon de revenir sur les trente-huit années du règne de Hassan II. » (extrait d'un article de Stephen Smith, Le Monde 30 août 2001).

« Le 23 juillet 1999, Hassan II, usé et malade, mourait après un règne de trente-huit ans marqué par au moins deux tentatives de coup d'État et une longue série d'événements, rarement glorieux, souvent tragiques : les émeutes de 1965, l'enlèvement et l'assassinat de Ben Barka la même année, la Marche verte, dix ans plus tard, le bagne de Tazmamart, le "suicide" du général Oufkir, l'"accident" de voiture du général Dlimi, etc.
Hormis la Marche verte, qui a été l'événement central de ce règne exceptionnellement long, tous ces faits ont donné une image trouble d'un royaume où l'appareil répressif n'a cessé d'être mis à contribution. Si l'institution monarchique s'est renforcée, c'est au détriment des autres institutions et contre-pouvoirs, dont aucun ne joue aujourd'hui un rôle satisfaisant.
Un Marocain adulte sur cinq est au chômage, un sur cinq a dû émigrer et deux sur cinq vivent médiocrement, mal ou misérablement. Le bilan social est désastreux, l'enseignement public en ruines, la santé publique malade, la justice inefficace et corrompue, et l'économie ne parvient pas à décoller.

Fort heureusement, une partie du mouvement associatif et de nombreuses individualités profondément attachées à leur pays pallient avec succès les graves défaillances de l'État et montrent le vrai visage du Maroc.
Dans cet ouvrage, Ignace Dalle, qui a représenté pendant près de cinq ans l'AFP à Rabat, montre comment l'espérance des Marocains, héritiers d'un vieux pays de grande civilisation, a été déçue depuis quatre décennies. Pour Mohammed VI, les défis à relever sont considérables. » (quatrième de couverture)



 
© BiblioMonde.com