BiblioMonde

Histoire de Lisbonne

par Dejanirah Couto

( Livre )
Fayard
Collection Histoire des grandes villes du monde
2000, 384 p., 23 euros

ISBN : 2213605858

Une histoire, souvent très anecdotique, de la capitale portugaise, de l'Antiquité à nos jours.

La ville a changé de nom au gré des peuples qui sont venus la conquérir et l'habiter, cette cité phénicienne est devenue Olisippo la romaine, Al-Usbuna la musulmane et enfin, Lisbonne la catholique. Elle devient la capitale officielle du royaume du Portugal en 1256.

« Dès l’Antiquité, les Phéniciens sont séduits par sa "rade délicieuse". Attirés par sa prospérité, les croisés s’en emparent en 1147, chassant les Maures qui étaient les maîtres de la ville depuis plus de quatre siècles. Audacieux, pragmatiques, les Lisboètes se lancent dans le commerce maritime et font de leur ville la reine des mers. A l’heure des Grandes Découvertes, le roi Manuel le Fortuné fait édifier des merveilles sur les rives du Tage, tandis que des caravelles déchargent des produits exotiques dont l’Europe ne peut plus se passer.
Mais cet âge d’or cache une part d’ombre. Les bûchers de l’Inquisition s’allument, et bientôt Philippe II s’installe dans la "huitième merveille de la Castille". Redevenue capitale d’un Portugal indépendant, elle est détruite par un gigantesque tremblement de terre. Le marquis de Pombal rêve d’en faire une ville des Lumières, mais celle-ci n’a pas fini de souffrir. Les troupes napoléoniennes l’occupent, contraignant les souverains à s’exiler au Brésil, puis les Anglais. Leur liberté à peine retrouvée, les Lisboètes commencent à chanter le fado, cette tristesse de la tristesse. Après l’assassinat d’un roi et une éphémère république, la Lisbonne du XX° siècle subit une longue dictature. Se réfugiant dans le passé, elle s’invente des traditions. Il faut attendre 1974 pour que les œillets de saint Antoine fleurissent à nouveau. » (extrait de la présentation de l'éditeur)

« Au fil des pages, il devient clair qu’Histoire de Lisbonne n’est pas vraiment un travail d’historien. Couto ne cite presque aucune source et ne fait état d’aucune bibliographie. Son livre est plutôt une rêverie cruelle et noire, parfois à la limite du roman. La vie quotidienne des Lisboètes au cours des siècles ne l’intéresse qu’à peine. En revanche, chaque épisode malheureux ou grotesque est décrit avec un luxe inattendu de détails. » (Une critique peu favorable par Stéphane Bouquet, Libération, 23 mars 2000.)

Un commentaire plus favorable par Jean-Frédéric Schaub, Le Monde 17 mars 2000.

Dans BiblioMonde

Le tremblement de terre de Lisbonne : 1755


Lisbonne avant le tremblement de terre de 1755 : Le grand panneau du musée national de l'azulejo (1700-1725)

Lisbonne, périphérie et centralités : géographie urbaine

Des guides touristiques


Notre dossier sur le Portugal

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com