BiblioMonde

Ils n'étaient pas frères et pourtant...

par Neshat Tozaj

( Livre )

Langue d'origine : albanais
2004, 240 p., 20 euros

Éditeur : La Société des écrivains - ISBN : 2748016998

Albanie 1943-1944

Dans son ouvrage, Neshat Tozaj décrit la communauté juive présente en Albanie depuis plusieurs siècles ainsi que les juifs d’autres pays accueillis au temps de la seconde guerre mondiale et qui furent épargnés car cachés et protégés. Shalom le titre original de l’ouvrage paru en Albanie a été modifié à l’usage des lecteurs français car l'auteur souhaitait toucher ces derniers dans leur diversité.

C’est avec une approche différente de ce qu’on a l’habitude de lire, d’entendre ou de voir dans la plupart des documentaires que l’auteur aborde cette période. La communauté juive n’y est pas seulement dépeinte en tant que communauté persécutée mais aussi en tant que communauté albanaise vivant parmi d’autres Albanais, unis dans le même combat mené contre le nazisme et le fascisme. Combat livré pour protéger la vie, la dignité humaine, les biens de chacun et la richesse culturelle.
L’engagement commun dans cette lutte et l’amitié poussée jusqu’au sacrifice ultime de la part d’Albanais non juifs afin d’épargner leurs frères ou leurs hôtes constituent sans doute dans l’histoire un exemple quasi unique et particulièrement original.

Ce roman très largement inspiré de faits authentiques est l’occasion de rendre hommage à un petit peuple oublié de tous qui ne fit qu’accomplir son devoir en des temps de barbarie.
La publication de ce livre, outre le point d’histoire qu’il révèle, me semble essentielle et salutaire à bon nombre de français, à commencer par les plus jeunes, de toute origine, confession, ou autre appartenance philosophique. En effet, à notre époque où les problèmes de racisme, d’anti-sémitisme ou de communautarisme exacerbé sont à l’ordre du jour, cet ouvrage apporte un éclairage fort réconfortant. Ils n’étaient pas frères et pourtant… est aussi un message d’espoir et d’encouragement.

Le livre de Neshat Tozaj volontairement rédigé sous forme de roman, l’homme est en effet avant tout écrivain et journaliste, est donc l’occasion d’approcher la résistance albanaise et de prendre connaissance de l’accueil particulièrement bienveillant réservé par le peuple albanais à la communauté juive en cette période dramatique.


Le discours de Monsieur l’ambassadeur d’Albanie en France, Monsieur Ferit Hoxha, lors de la cérémonie donnée à l’occasion de la parution du livre en France Ils n’étaient pas frères et pourtant… Albanie 1943-1944, n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que son pays était le seul état d’Europe où la population juive avait augmenté à la fin de la deuxième guerre mondiale.

J’ajoute que pour approfondir l’approche de la période décrite dans le roman de N. Tozaj, j’ai eu accès en tant que correspondante et amie de l’auteur au remarquable ouvrage de Monsieur Apostol Kotani, historien et très jeune résistant à l’époque : The Hebrews in Albania during centuries. Cet ouvrage retrace l’histoire des Albanais juifs implantés dans le pays depuis l’antiquité et surtout nous permet de découvrir qu’en Albanie la communauté juive fut épargnée pendant la seconde guerre mondiale. M. Kotani a rassemblé au cours de longues années de recherche de nombreux témoignages poignants de survivants albanais juifs de souche ou réfugiés qui tous expriment leur reconnaissance éternelle envers ce « petit » pays qui sut honorer sa tradition du Besa : le partage du pain, du sel et du cœur avec quiconque se trouve dans la détresse, étranger, hôte ou semblable en terre albanaise. C’est spontanément que des survivants (qui pour beaucoup ont émigré après guerre en Israël ou aux Etats Unis) collaborèrent à l’ouvrage et tous y attestent qu’aucun juif n’a été déporté en Albanie sous occupation nazie et fasciste.

Le discours de Monsieur l’Ambassadeur d’Albanie en France, Monsieur Ferit Hoxha, lors de la cérémonie donnée à l’occasion de la parution du livre en France Ils n’étaient pas frères et pourtant… Albanie 1943-1944 n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que son pays était le seul état d’Europe où la population juive avait augmenté à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Je précise que ces informations ne concernent que l’Albanie et elle seule et non Le Kosovo, territoire qui, malgré l'attitude exemplaire de sa population locale, connut de tragiques déportations. (Claire Lavoine)

Dans BiblioMonde

La fragilité du bien : le sauvetage des juifs bulgares

Notre dossier sur l’Albanie

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com