BiblioMonde

Invités (Les)

par Raouf Oufkir

( Livre )
Flammarion
février 2003, 20 euros

Collection : Documents - ISBN : 208068244X

Le témoignage de captivité de Raouf Oufkir, le fils du général Oufkir

« Dans ce livre, je raconte ce que, enfant puis adolescent, j’ai vu et entendu dans l’antre du pouvoir absolu. Mais je refais aussi le singulier chemin qui mène des marches d’un trône aux affres de ses oubliettes, de la frivolité à la découverte de soi. Car si ces dix-neuf années de souffrance furent terribles, elles se révélèrent pleines d’enseignement » (propos recueillis par Loubna Bernichi, Maroc-Hebdo, avril 2003)

L’édition de poche

« Mais son livre, qu'il a écrit seul et auquel il a consacré deux années, est le plus abouti des trois. Le plus politique aussi, puisque ce sont deux récits qui, en quelque sorte, s'imbriquent : celui des années d'enfermement et celui des années d'avant, du temps de la toute-puissance d'Oufkir. » (L’Express, 13 mars 2003)

« "Je suis né, j'ai grandi et ai été éduqué au cœur du pouvoir Marocain. Ce même pouvoir qui nous enverra ma famille et moi pendant près de vingt ans dans ses prisons secrètes.

De l'âge de 15 à 34 ans, j'ai connu l'enfermement dont dix dans l'isolement absolu.
Mon récit commence le jour de mes vingt ans. C'est à cette date qu'on me sépare des miens, après cinq années dans une épouvantable prison commune. C'est pour moi le début d'une solitude qui va durer un peu plus de dix ans.
Pour lutter contre la folie, je vais apprendre à survivre en revisitant ma vie dans les moindres souvenirs.

Je revois, comme si c'était hier, l'assassinat de mon père le 16 août 1972, son enterrement, les quatre mois de résidence surveillée dans notre domicile de Rabat, notre incarcération le 24 décembre 1972, les trois lieux où nous avons été détenus... Mais aussi les grands événements qui ont marqué mon pays : tentatives de coup d'Etat, révolutions de palais, affaire Ben Barka...
Vingt années de souffrance et de solitude que je raconte pour la première fois, pour briser le silence et tenter de comprendre cette effroyable injustice." » (présentation de l’éditeur)


« Vous commencez votre récit le jour de vos 20 ans.
Ce jour-là, les geôliers vous séparent du reste de votre famille. Vous allez rester isolé, seul dans votre cellule, pendant dix ans. Comment survit-on à un tel enfermement ?

Il y a deux armes pour survivre : s'accrocher à son
identité, à ce que l'on a été avant, et cultiver le rêve. On se raconte des histoires... On est contraint de se créer un monde. On s'invente la vie que l'on n'a pas eue. On est dans un virtuel fait
d'imaginaire et de fantasmes.

Et comment fait-on pour ne pas basculer dans la
folie ?

Le risque, en laissant courir son imagination, c'est effectivement de perdre pied. C'est pour cela que le souvenir est tout aussi important. En fait, on arrive à trouver un équilibre en alternant les moments consacrés à l'imaginaire et ceux pendant lesquels, au contraire, on s'accroche à ses souvenirs, à sa vie quotidienne d'avant, aux détails du passé.

(…)

Votre livre est, aussi, un livre politique. Vous y
affirmez notamment que la tentative de coup d'État
menée par votre père, qui visait à écarter le roi au profit d'un conseil de régence, avait reçu l'aval des leaders des deux principaux partis politiques marocains, à savoir l'UNFP (Union nationale des forces populaires), devenue depuis l'USFP (Union socialiste des forces populaires), et l'Istiqlal. Des révélations du même ordre, il y a quelques mois, avaient provoqué un tollé au sein de la gauche marocaine. Vous êtes certain de ce que vous avancez ?

Je suis totalement affirmatif sur ce point et, comme vous l'avez noté, je ne suis pas le seul à le dire.

Vous fondez-vous sur vos souvenirs d'adolescent ou
sur des témoignages recueillis par la suite ?

Aussi proche que j'aie été de mon père, il ne m'a
évidemment pas mis dans tous ses secrets. Je me
souviens seulement d'avoir vu à la maison, avant la
tentative de coup d'Etat, des ténors de l'opposition et de m'être étonné de leur visite. Le premier témoignage précis que j'ai recueilli remonte aux quelques semaines qui ont suivi la tentative de coup d'Etat et précédé notre enfermement. À ce moment-là, le garde
du corps de mon père m'a raconté toute l'histoire. Ensuite, après ma libération, j'ai recueilli plusieurs témoignages qui corroboraient son récit. » (extraits d'un entretien avec l'Express, mars 2003)

Dans BiblioMonde

Le témoignage de sa mère

Le témoignage de sa sœur aînée

La vie devant moi

Un livre sur son père

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.


 
© BiblioMonde.com