BiblioMonde

Juifs de Smyrne, XIXe-XXe siècle

par Henri Nahum

( Livre )
Aubier
1997, 306 p., 24.39 euros

Collection : Histoires - ISBN : 2700722825

Smyrne (aujourd'hui Izmir) fut la ville la plus représentative de la structure pluri-communautaire de l'ancien Empire Ottoman. Alors que Damas et Le Caire étaient en majorité arabes, que Salonique comptaient une majorité de juifs, Smyrne accueillait des populations turque, grecque, arménienne, juive et franque (c'est-à-dire des latins occidentaux souvent installés depuis longtemps).

L'influence économique et culturelle de l'Europe s'y fit très tôt remarquer : dès les premières années du XVIIIe siècle, le port et la ville prennent leur essor. Smyrne devient un entrepôt international actif et prospère : c'est le point d'arrivée des caravanes qui transportent la soie d'Extrême-Orient et le sel d'Anatolie. À cette même époque, des colonies non-musulmanes s' y établissent : Grecs, Arméniens mais aussi Vénitiens, Français, Anglais, Hollandais. En 1700, Smyrne a déjà l'allure d'une ville semi-coloniale qui sera la sienne jusqu'au XXe siècle. La communauté juive, quant à elle, se forma dès le XVIe siècle à partir, surtout, d'une immigration venue de la péninsule ibérique.

L'étude de cette communauté présente un intérêt particulier. Elle a été soumise, jusqu'à la Première Guerre mondiale, à des influences diverses et souvent opposées, elle devait rester à partir des années 1920 – malgré l'émigration – la seule des communautés non-musulmanes d'Izmir.

Henri Nahum montre comment les juifs de Smyrne, après une période de stagnation, furent stimulés par les apports européens en particulier par l'Alliance Israélite Universelle qui au moyen d'un système scolaire et culturel complexe fit entrer la communauté dans le monde moderne. D'autres tentations, peu après se faisaient jour : le sionisme et l'émigration. de son côté, la jeune République turque ambitionnait d'intégrer complètement les juifs dans un État laïque et nationaliste. Les difficultés et finalement l'échec de cette intégration conduisent à une réflexion sur la place d'une communauté minoritaire dans un État-nation homogène.

Dans BiblioMonde

Smyrne, la ville oubliée ?, 1830-1930, mémoires d'un grand port ottoman


La fin de Smyrne : Du cosmopolitisme aux nationalismes



Notre dossier sur la Turquie (BiblioMonde)



____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.


 
© BiblioMonde.com