BiblioMonde

Leïla, fille de Gomorrhe

par Yakup Kadri Karaosmanoglu

( Livre )
Turquoise
Collection Écriturques
Langue d'origine : turc
Traduit par René Marchand
2009, 207 p., 18 euros
Première édition : 1934
ISBN : 978-2951444836

Les tiraillements amoureux à Istanbul d'une jeune turque sous l'occupation anglo-française de la Turquie (1918-1922), après la Grande Guerre.

L'occupation anglo-française de la Turquie à la fin de la première guerre mondiale supporte le récit, certes, mais plus exactement devient l'occasion du récit de ces générations traditionnelles et/ou traditionalistes bouleversées par la présence occidentale.

Istanbul danse avec l’ennemi. C’est l’occupation après la Grande Guerre. Dans un Empire ottoman démantelé, ne subsiste que ce lambeau. Et bien que détestés, les occupants alliés – anglais, français, italiens – fascinent.

Accumulant conquêtes et prestige, la belle Leïla mène une vie mondaine tumultueuse. Entre le capitaine Jackson Read et son fiancé Necdet, son coeur hésite. Se brûlant les ailes au contact d’un Occident dévoyé, Leïla devient alors la proie idéale d’une époque trouble.

De soirées en rencontres, de débauches en désillusions, les destins se croisent : madame Jimson, Nermin, Marlow, Miss Moore, Azize Hanîm… Autant de personnages qui s’enivrent de bonheurs futiles et opportunistes.

Mais qu’adviendra-t-il d’eux ? De ces Turcs, de ces Anglais, de ces Français que l’histoire oblige à se côtoyer ? À travers le souvenir de Sodome et Gomorrhe purifiées par le feu, l’espoir subsiste pourtant. Au loin, en Anatolie, des Turcs se battent pour la Libération. Sauvera-t-on ïstanbul ? Que deviendra-t-elle ?

Seul roman paru sur la capitale ottomane occupée, Leïla, fille de Gomorrhe est, au-delà de la fiction, un récit singulier sur les bouleversements de cette ville jusqu’ici inexplorés. Et un habile prétexte à la critique de sociétés vouées aux plaisirs faciles, embourbées dans leurs contradictions…

Ce roman a été publié en 1928 à Istanbul sous le titre Sodom ve Gomore. Il a été publié une première fois en français en 1934. Préface de Maurice Rostand

 
© BiblioMonde.com