BiblioMonde

Les Amantes

par Elfriede Jelinek

( Livre )
Points
Collection Littérature
Langue d'origine : allemand (Autriche)
Traduit par Yasmin Hoffmann et Maryvonne Litaize
2003, 220 p., 6.5 euros
Première édition : Métro chez Jacqueline Chambon - 1998
ISBN : 2020555565

À travers le portrait de deux femmes cherchant à échapper à leur destin, l'auteur en profite pour y dénoncer, comme dans chacun de ses écrits, les lâchetés et les mensonges de son pays.

« Quel est le destin d'une ouvrière, ou plutôt comment échapper à son destin quand on est ouvrière ? Le plus simple : le mariage. Encore faut-il choisir avec circonspection son futur époux et se garder des séductions du sexe. L'amante doit apprendre à gérer son corps jeune et attrayant, son seul bien, et ne pas rêver à l'amour idéal des romans-photos. À travers le "bon exemple" de Brigitte et le "mauvais exemple" de Paula, Jelinek, l'iconoclaste, fait voler en éclat une spécialité autrichienne : l'idylle. Paru en 1975, Les Amantes est rapidement devenu le livre de référence de toute une génération. L'absence de majuscule, le style syncopé, l'ironie jubilatoire et le pessimisme profond tirait le lecteur allemand de sa torpeur et des certitudes où l'avait plongé le miracle économique. Parodie de plusieurs courants littéraires : Bildungsroman mais aussi Heimatroman (romans populaires exaltant le terroir), Les amantes malmenait au passage les archétypes d'une gauche en retard d'une utopie. » (présentation de l'éditeur)

Elfriede Jelinek « évoque deux portraits parallèles de femmes conformes jusqu’à l’abrutissement aux idées d’une société de consommation. Elle en profite pour y dénoncer, comme dans chacun de ses écrits, les lâchetés et les mensonges de son pays. En ce sens, on la compare à son compatriote Thomas Bernhard, bien qu’elle se sente plus proche du poète et polémiste Karl Kraus. » (Lire)

« Ce roman, qui fait progresser le lecteur dans le maquis des clichés et des fantasmes sur l'amour, la vie à deux, le mariage, les enfants, autant de mythes de pacotille sabrés allègrement par l'ironie cinglante et les phrases froidement assassines de Jelinek, baigne dans une atmosphère de haine générale : haine des parents pour les enfants, des femmes pour les maris, des femmes pour les autres femmes. Haine du bonheur des autres. » (extrait d'un article de Pierre Deshusse, Le Monde, 4 septembre 1992)

Ce roman est paru en 1992 sous le titre Die Liebhaberinnen

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com