BiblioMonde

Les apports de l'école autrichienne d'économie : Subjectivisme, ignorance et coordination

par Thierry Aimar

( Livre )
Vuibert
2005, 315 p., 29 euros

Collection : Économie - ISBN : 2711775194

Un ouvrage de théorie économique qui tente d’aller au de-là de la simple étiquette « ultralibérale » appliquée à la réflexion économique de penseur comme Ludwig von Mises, Friedrich (von) Hayek et quelques autres.

Souvent associée au courant néo-classique, l'école autrichienne s'en distingue radicalement, selon l'auteur, par sa méthodologie fondée sur l'analyse rationnelle de l'action humaine et non des modèles statistiques. Depuis l'explication par Ludwig von Mises de l'impossibilité pour une économie socialiste d'organiser l'économie à la théorie des cycles économiques, les apports de l'école autrichienne sont nombreux. Thierry Aimar en fait la synthèse dans cet ouvrage.


« Depuis des années, cette école véhicule trop de malentendus. Ainsi, en France, le libéralisme militant affiché par certains de ses représentants a été utilisé dans un sens ou un autre par des idéologues de tous poils. D'un côté, une certaine vulgarisation de leurs thèses a malheureusement fait l'objet d'une récupération politique; de l'autre côté, en grande partie à cause de cette récupération, l'école autrichienne est devenue une cible privilégiée. Elle cristallise les critiques de tous ceux qui développent une aversion pour le libéralisme. Les idées issues de cette école sont systématiquement dénoncées et caricaturées par des commentateurs hostiles à toute forme d'éclairage des mécanismes de marché. L'ambition de cet ouvrage est d'éclairer la nature spécifique de la problématique autrichienne, tout en restituant l'unité et l'esprit d'ouverture d'une perspective d'ensemble. Dans une optique pédagogique et constructive, il s'agit de retracer les différentes étapes de la construction d'un véritable édifice théorique : de Ludwig von Mises à Murray Rothbard, de Friedrich Hayek à Israel Kirzner, en passant par Lachmann. Ce livre s'adresse donc aux étudiants et enseignants en économie, mais aussi à tout citoyen désireux tout simplement de s'informer sur les débats économiques contemporains. » (présentation de l’éditeur)


« Leur pensée s’enracine dans Mises qui s’oppose au positivisme de l’ensemble des auteurs néoclassiques. Pour ces derniers, on peut apprendre par l’expérience, et les sciences sociales ne sont pas différentes, sur ce point, des sciences naturelles. Pour Mises et les néo-autrichiens, c’est une absurdité : on ne peut expérimenter en sciences sociales, la connaissance parfaite tout comme la formalisation mathématique sont donc exclues, Et si le marché l’emporte sur toute autre structure d’échange, c’est qu’il permet de tâtonner et de dépasser la situation d’ignorance dans laquelle chacun se trouve.
Cette approche cognitive a été particulièrement développée par Hayek, qui a fondé sur ce processus d’essais et d’erreurs la démarche même de l’économie. Le livre est difficile, mais il montre brillamment que réduire ces auteurs à une posture ultralibérale, revient à les amputer d’une bonne part de ce qu’ils ont apporté dans la réflexion économique. Un livre de référence. » (extrait d’un article de Denis Clerc, Alternative économique n° 240)

Dans BiblioMonde

Notre dossier sur l'Autriche (BiblioMonde)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com