BiblioMonde

Les Aroumains, un peuple qui s'en va

par Nicolas Trifon

( Livre )
Non Lieu
2013, 554 p., 28 euros
Première édition : Acratie - 2005
ISBN : 978-2352701446

Les Aroumain parlant une langue issue du latin, seraient les descendants des Thraces romanisés à l’époque de l’administration de la Macédoine par l’Empire romain. Évoluant au carrefour des mondes grec, albanais et slave, et longtemps marquée par le nomadisme pastoral, les Aroumains représentent de nos jours un véritable casse-tête identitaire qui court-circuite la logique des États nations balkaniques. Dans la région, on les appelle les Valaques. Leurs pays s'apparente à un archipel dont le massif du Pinde est l'épicentre et qui est traversé depuis 1913 par les frontières des États modernes de la région. Ils sont peu nombreux : un demi million au début du XXe siècle, la moitié aujourd’hui.

« Barbares de l'intérieur » aux yeux des Byzantins puis interlocuteurs respectés des Ottomans, les Aroumains se sont retrouvés en bien mauvaise posture dans la compétition nationale initiée au milieu du XIXe siècle. Ils sont bergers, caravaniers, artisans et commerçants mais pas paysans, et leur pays s'apparente à un curieux archipel surplombant un territoire situé au carrefour des mondes grec, albanais et slave. Aussi l'aventure nationale que certains ont tentée avec l'appui de la lointaine Roumanie à partir de 1864 fera long feu. Entrés tard dans l'histoire, puisque leur présence est attestée pour la première fois en 984, ils en sortiront brusquement en 1913, lors de la partition de la Turquie européenne.

Mais leur histoire ne s'arrête pas là, sans quoi, ce livre n'aurait pas existé. En effet, cette vieille population balkanique ayant adopté le latin à l'époque de l'administration romaine, composante de l'hellénisme pour les uns, branche méridionale du peuple roumain pour les autres, revient à la fin des années 1980 sur la scène publique à travers des revendications culturelles et linguistiques. Les résultats obtenus depuis cette date sont cependant trop modestes pour être concluants. Plutôt que de dresser la chronique d'une défaite annoncée, les chapitres consacrés par Nicolas Trifon au parcours des Aroumains dans l'histoire commune des Balkans cherchent à établir la généalogie d'un défi. Ces communautés, qui se sont singularisées dans la région par leur langue et leur profil socio-économique, leur mobilité et leur dynamisme, n'ont pourtant guère cherché à se fondre dans une nation à part. Plus étrange encore dans le contexte balkanique, leurs membres n'ont pas hésité à investir les nations des autres sans pour autant renoncer à cultiver leur différence. Et, de nos jours encore, cette différence dérange en raison du casse-tête identitaire qu'elle alimente.

Le texte de Nicolas Trifon est suivi de de Le nomadisme chez les Aroumains, par Theodor Kahl et de L’aroumain parlé à Metsovo, par Stamatis Beis

Sur la Toile

L’association des Français aroumains le site est en aroumain, mais à la rubrique Cântitsi, on peut écouter des extraits de musiques traditionnelles. Le site propose aussi une bibliographie complète en français.

Les régions des Balkans occupées par les Aroumains

Le mouvement des Valaques grecs (grec)

Les Vlachophiles

Des Aroumains aux Tsintsares : destinées historiques et littéraires d’un peuple méconnu, par Nicolas Trifon, Lecti-écriture, janvier 2005)

Dans BiblioMonde

Voyages au bout de l'Europe : le portrait de cinq minorités dont les Aroumains de Macédoine.

D’autres ouvrages sur les minorités vivant en Grèce

Notre dossier sur l’Albanie

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.


 
© BiblioMonde.com