BiblioMonde

Livre noir des États-Unis (Le)

par Peter Scowen

( Livre )
Mango
Langue d'origine : anglais (Canada)
Traduit par Pierre R. Desrosiers
2002, 294 p., 17 euros

ISBN : 2914353413

Ce livre est un pamphlet avec son lot de simplification abusive et d’approximation, mais la litanie des dégâts de la politique extérieure américaine depuis un demi-siècle n’en est pas moins édifiante. Depuis le coup d’État de 1953, qui stoppa net la démocratisation de l’Iran au nom des intérêts économiques américains les plus immédiat, jusqu’à la collaboration des service secrets américains avec Ben Laden dans les années 1990, la liste est longue des actions américaines qui se sont retournées contre leurs auteurs.

« Le 11 septembre 2001, deux avions ont percuté le World Trade Center de New York et provoqué l'effondrement des Twin Towers, un troisième a frappé le Pentagone à Washington et un quatrième, qui avait pour cible la Maison-Blanche, s'est écrasé en rase campagne dans l'État de Pennsylvanie. Ces attentats terroristes, fomentés par ben Laden, ont fait environ 2 900 victimes et ont suscité l'émoi partout dans le monde occidental. Tous les pays européens ont alors fait preuve d'une solidarité exemplaire, mais bien hypocrite, puisque ces mêmes pays restent froids devant des catastrophes beaucoup plus dévastatrices qui ont lieu sur d'autres continents. La nation américaine, encouragée par le gouvernement et les médias qui ont récupéré ces événements, s'est complu dans une attitude de victime.

Quand on se penche sur l'histoire récente des États-Unis, on se rend compte que les Américains sont loin d'être des victimes. Par conséquent, leur soif de vengeance est ridicule. L'heure devrait être à l'autocritique et non à la radicalisation et à la guerre.

Ce livre n'est pas un cri de haine contre les États-Unis, mais un geste pour la paix. Si les Américains s'enferment dans leur logique manichéenne, il y aura, même s'ils sont les plus forts, une escalade de violence. Veulent-ils voir les actes de terrorisme se multiplier sur leur propre territoire ? Et vivre dans un climat de terreur et de paranoïa ? Si la réponse est négative, il faudra qu'ils mettent de l'eau dans leur vin. Vous verrez à la lecture de ce livre que les États-Unis sont très mal placés pour jouer les vierges offensées. » (présentation de l’éditeur)


« Si l'on peut comprendre les sentiments qui animent son auteur, on ne peut rester froid devant la violence, voire la gratuité, des arguments qu'il avance. Passe encore la partialité et les quelques approximations auxquelles il se livre, notamment dans le panorama qu'il dresse des 50 dernières années de politique étrangère américaine. Mais affirmer que "le fondamentalisme se porte très bien dans le monde aujourd'hui : en Iran, dans les cellules de Ben Landen et aux États-Unis" relève de l'amalgame douteux. Dommage ! Car par ailleurs, cet ouvrage violemment anti-américain comporte d'excellents passages, comme le chapitre consacré à la dernière élection présidentielle américaine. Un ouvrage souvent excessif, donc souvent insignifiant. » (extrait d’un article d’Yves Fraillont pour Amazon)




« En rappelant des éléments de l'histoire récente, Scowen expose à chaque chapitre comment les États-Unis ont tout fait pour provoquer ce revirement des pays opprimés : la bombe atomique sur le Japon, la destruction d'une réserve alimentaire au Soudan, les escadrons de la mort entraînés par la CIA au Nicaragua et au Honduras, les nombreux coups d'État montés par les États-Unis pour placer un chef pro-américain... La liste est longue et l'auteur explique très clairement, et à l'aide de preuves, de quelles façon les différents gouvernements américains ont cherché à servir leurs intérêts.

Le lecteur ne peut sortir de ce livre que scandalisé par les horreurs commis par la puissance mondiale, qui continue maintenant ses actions sous prétexte de vengeance. Peter Scowen, qui a longuement étudié les archives américaines, monte une preuve solide de la mauvaise volonté de ce pays dont l'emprise n'exclut personne. Publié à la même maison d'édition que le Livre noir du Canada anglais de Normand Lester, Le Livre noir des États-Unis s'avère une pièce importante de la compréhension de la conjoncture mondiale actuelle. » (La fouineuse, 7 janvier 2003)


« Dans Le Livre noir des Etats-Unis, Peter Scowen écrit : "Il n'existe pas de nation vertueuse : un livre noir pourrait être écrit sur tous les pays de la planète." C'est rigoureusement exact. Pourquoi, alors, les États-Unis sont-ils, depuis des décennies, mille fois plus aspergés d'encre noire que toutes les autres nations réunies ? Pourquoi, dans L'Obsession anti-américaine (qui paraît également cet automne), Jean-François Revel peut-il écrire que "le dénigrement des États-Unis occupe les neuf dixièmes de la pensée française" ? »
(Mario Roy, La Presse, 7 septembre 2003)

« Force est de constater que, depuis Hiroshima, les États-Unis ont causés pas mal plus de dégâts qu'ils en ont réparés. On a qu'à penser au coup d'État contre le gouvernement d'Iran, démocratiquement élu et non-islamiste, en 1953; à la guerre du Vietnam ; au coup d'État contre Allende, au Chili; au support apporté à l'Indonésie lors de son invasion sanglante du Timor Oriental ; au celui apporté aux régimes meurtriers du Guatemala, du Salvador et du Honduras; à l'invasion de la Grenade ; à l'aide matérielle fournie aux Talibans jusqu'au 10 septembre; à l'appui indéfectible et destructeur de l'occupation israélienne des territoires palestiniens ; et ainsi de suite...

Critiquer un président clairement dépassé par la politique, champion de la peine de mort lorsqu'il était gouverneur et apparemment impliqué dans plusieurs scandales financiers, est-ce haïr les États-Unis ou vouloir leur bien ? Devrait-on taxer La Presse de haine envers le Québec à chaque fois qu'elle critique le gouvernement Landry ? » (extrait de la revue One Archuie st. , septembre 2002)

Dans BiblioMonde


L'empire du mal : Dictionnaire iconoclaste des États-Unis


La Guerre des Bush
par Éric Laurent

Une Histoire populaire des États-Unis de 1492 a nos jours : Une histoire qui dénonce les « omissions » de l'histoire officielle de l'Amérique.


Trafic de drogue... Trafic d'États par Éric Merlen et Frédéric Ploquin

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com