BiblioMonde

Matta

par Paul Haim

( Livre )
Séguier
Collection Carré d'art
2001, 136 p., 15.5 euros

ISBN : 2840492695

Agiter l'œil avant de voir - errances, souvenirs et autres divagations (sous-titre)

« Un portrait du peintre chilien Roberto Matta, par son ami Paul Haim qui publie ici des entretiens enregistrés entre 1985 et 1990. D'abord architecte, il vint en Europe, travailla avec Le Corbusier (1934) et se joignit aux surréalistes en 1937. Il vécut à New York et au Mexique, en Italie et s'établit à Paris en 1955. Son oeuvre évoque les visions d'un monde élémentaire et premier d'où les allusions psychanalitiques ne sont pas absentes. Paul Haim nous offre dans ce livre un beau portrait de l'homme Matta, d'une "partialité intransigeante" (précise-t-il)... Il évoque ses souvenirs d'enfance, ses rencontres avec Motherwell, Max Ernst, Picasso, Michaux, sa fascination pour André Breton, son regard sur la peinture et les peintres, etc... » (présentation de l'éditeur)

« À Paris, Roberto Matta fut un disciple de l'architecte Le Corbusier. A la fin des années 30, il rejoint le mouvement surréaliste, après avoir fait la connaissance d'André Breton par l'intermédiaire de Federico Garcia Lorca et Salvador Dali. En 1937, il participe à l'Exposition internationale du surréalisme à Paris, partageant le pavillon espagnol avec Magritte, Picasso et Miro.Pendant la Seconde guerre mondiale, il s'installe à New York, puis rentre à Paris et s'installe définitivement en Europe. Expulsé du Groupe surréaliste en 1948, l'auteur notamment de "Naissance de l'Amérique" y est admis de nouveau onze ans plus tard. De sensibilité de gauche, il avait fait en 1968 un voyage à Cuba pour présider une manifestation culturelle. » (extrait d'une dépêche de l'AFP, 24 novembre 2002)

« En 1938, Roberto Matta expose plusieurs dessins à l'Exposition internationale du Surréalisme de Paris et rédige, dans la revue Minotaure, un article remarqué sur l'architecture et sa conception d'un espace non-perceptif : "Mathématique sensible - architecture du temps". Il y décrit les objets "qui nous mettent en relation avec d'autres soleils, des objets à liberté totale qui seraient comme des miroirs plastiques psychanalytiques".
Ainsi naissent les Morphologies psychologiques, toiles où surgissent des formes insolites et des éléments biomorphiques, finement dessinés sur des taches de peinture déversées sur la toile et préalablement frottées au chiffon. Flottant librement dans un paysage à plusieurs horizons, "qui nous permettrait d'évoquer toutes les constances et variables qui sont dans un événement", les Morphologies de Matta cherchent à exprimer les relations, dans un univers multidimensionnel, entre le cosmos et l'espace mental. Avec ces "objets entrouverts, comportant des sexes à conformation inouïe dont la découverte provoque des désirs plus agissants que d'homme à femme, jusqu'à l'extase", Matta devient le représentant du surréalisme auprès des jeunes expressionnistes abstraits américains, lorsque la guerre le contraint à l'exil à New York (1939). » (extrait de la notice du Mamco)

Sur la Toile


Quelques toiles de Roberto Matta

Une rétrospective (fr.)

Dans BiblioMonde

Matta : le catalogue d’une exposition

Matta : dessins 1937-1989

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com