BiblioMonde

Mausolée

par Rouja Lazarova

( Livre )
Flammarion
2009, 331 p., 19.3 euros

ISBN : 978-2081210295

Un roman qui décrit l’ambiance de Sofia dans les années 1970, sous le régime communiste

Bulgarie 1944-1990. Un demi-siècle de communisme, de peurs et de trahisons, quand se taire devient le mot d'ordre de la survie. Gaby, sa fille Rada et sa petite-fille Milena survivent. Mais elles disent aussi leur haine du régime et rient de ses absurdités. En même temps que la peur, elles se transmettent le désir de révolte. Avec férocité. humour et tendresse. Rouja Lazarova raconte le totalitarisme à l'échelle des sans noms.

« La répétition était l'essence de ce régime, elle était partout. dans les histoires individuelles, dans l'uniforme, dans le rythme de la marche militaire que nous avons intégré dès notre plus jeune âge, dans la scansion des slogans... Mais la répétition la plus soigneusement orchestrée et entretenue finit par s'épuiser. Ma vie était une redite de celle de ma mère, une redite de mauvaise qualité. Lorsque, âgée de huit ans, je suis descendue pour la première fois dans les couloirs humides du Mausolée, la discipline était plus molle. J'étais certes impressionnée par cette dépouille dans son décor baroque. mais l'odeur de formol était devenue trop forte pour que l'on puisse encore croire au miracle du socialisme. » Rouja Lazarova

« Emblème du régime, le mausolée qui abrite, dans ses effluves de formol, un corps. Celui de Gueorgui Dimitrov, « le petit père du peuple bulgare ». Érigé à un rythme stakhanoviste, le bunker trône au centre de la capitale, brisant la belle harmonie du quartier fin XIXe début XXe. Dans ses entrailles glacées, un cadavre au visage lugubre et aux mains fripées, funeste garant des "lendemains radieux". Quelle absurdité pour un peuple chrétien, profondément attaché au respect des morts, que de lui infliger cette momie surgie d’on ne sait quel monde barbare ! Le mausolée va présider au demi-siècle de communisme pour finir maculé de graffitis et disparaître, enfin, sous les coups des bulldozers. Mais ses couloirs souterrains sont restés, telles des racines vigoureuses enfouies dans le sol, symbole perpétuant les ravages du régime. » (extrait d'un article de Ralitsa Frison-Roche)

Dans BiblioMonde

Notre dossier sur la Bulgarie

 
© BiblioMonde.com