BiblioMonde

Meurtre à Byzance

par Julia Kristeva

( Livre )
Fayard
2004, 400 p., 20 euros

ISBN : 2213616310

Le troisième roman de Julia Kristeva est un thriller métaphysique, autobiographie (l’auteur nous promène à travers la Bulgarie, son pays natal) ainsi qu’un satire politique et sociale

Sebastian Chrest-Jones, historien des migrations à Santa-Barbara, disparaît mystérieusement de son domicile et de son labo. Est-il sur les traces d'un ancêtre présumé, parti en 1045 de Vézelay ou du Puy-en-Velay avec la Premièr

Croisade, traversant au XIe siècle ce que l'historien moderne croit être déjà l'Europe ? S'est-il égaré à Byzance ? Pendant ce temps, Santa-Barbara - lieu imaginaire, à moins que ce ne soit n'importe lequel des villages planétaires - est en pleine crise : sectes, mafias manipulations en tous genres, sans parler d'un serial killer qui sévit dans la ville et signe ses forfaits d'un mystérieux emblème ésotérique ressemblant au chiffre 8. Le commissaire principal Northrop Rilsky, dont les lecteurs de Julia Kristeva ont déjà fait connaissance, est chargé de l'enquête, aidé pour ce faire par Stéphanie Delacour, journaliste à l'Événement de Paris. Il s'efforce de ne pas y perdre complètement son latin et de démêler le double écheveau de cette intrigue : l'histoire de Sebastian, hanté par la figure emblématique d'Anne Comnène - née en 1083, à ses yeux la première intellectuelle de l'Histoire - et l'obscur destin du tueur en série : le purificateur, l'homme secret, étranger parmi les étrangers.

Un roman des origines qui permet à Julia Kristeva, pour la première fois, de dévoiler les siennes (bulgares). Tour à tour thriller historique, peinture ironique de nos sociétés modernes, Meurtre à Byzance raconte le destin controversé des migrants, la douleur des étrangers, les guerres qui dressent aujourd'hui encore le uns contre les autres de nouveaux Croisés, avec des clins d'œil sur l'actualité mondiale et parisienne, le terrorisme, une Europe inconnue, la religion et la politique, au présent et au passé

« Ce serait une gageure de résumer ce récit ambitieux où tous les genres sont convoqués : thriller métaphysique, autobiographie, satire politique et sociale, amour courtois... D'autant qu'au-delà du jeu narratif tenu par un style fluide, Julia Kristeva reprend les thèmes qui lui sont chers : l'étrangeté - "il n'y a pas d'étrangers heureux" -, la maternité, les rapports hommes/femmes...

Et, dans un esprit digne de la Renaissance, elle embrasse tous les savoirs pour donner à voir et à comprendre l'envers de ce "polar généralisé" qui est le nôtre. Au risque du roman total, Julia Kristeva offre un livre stimulant et jubilatoire. En un mot, un grand roman byzantin. » (extrait d’un article de Christine Rousseau, Le Monde, 6 février 2004)

Sur la Toile

Une analyse du livre par Ralitsa Mihailova-Frison-Roche

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

 
© BiblioMonde.com