BiblioMonde

Misère, religion et politique en Haïti

par André Corten

( Livre )
Karthala
Collection Hommes et sociétés
2001, 245 p., 22.87 euros

ISBN : 2845861621

Diabolisation et mal politique (sous-titre)

Ce livre étudie les différents courants religieux (vaudou, catholicisme, protestantisme classique, pentecôtismes y compris renouveau charismatique, etc.) qui traversent la société haïtienne.

L'étude est basée sur une enquête de terrain (centaines d'interviews de pasteurs, de fidèles et de témoins privilégiés et observation de très nombreux cultes dans tout le pays). Elle s'intègre dans une problématique où le religieux est vu dans son mode d'institution du politique. La profusion d'imaginaires religieux favorise un discours social centré sur la diabolisation et les "forces persécutives du mal". Ce discours est une réponse au caractère incompréhensible de la déshumanisation produite par la misère absolue (accentuée ces cinquante et même dix dernières années). Il permet aussi aux élites de classes moyennes haïtiennes fascinées par cette déshumanisation de composer avec elle. Cette fascination se concrétise notamment dans une attraction/répulsion face à la criminalisation et à la lumpenprolétarisation (dispositifs, d'autodéfense, brigades de vigilance, etc.). Lorsque le mal politique se déclare, la syntaxe qu'il instaure en vient à classer les comportements en catégories impératives (soumission, révolte impuissante ou mise à profit de la déshumanisation). Certains comportements échappent à ce classement parce qu'ils ont inversé le discours social de la diabolisation. Portés par des mouvements religieux, ils ne fournissent pas, cependant, une alternative politique malgré les prétentions de leurs porte-parole mais peuvent obliger le politique à se déclarer.

« Les mots souvent manquent, qui définiraient la cruelle inhumanité d’Haïti. André Corten, dans Misère, religion et politique en Haïti, en propose un : désolation. C’est la condition de trois millions d’îliens, qui vivent, bien en dessous de la pauvreté absolue, dans la promiscuité, la violence, la mise à l’écart de tout lien ou soutien social, dans l’impossibilité d’être soi-même ou d’être seul avec soi-même. Condamnés à la nécessité et au contrôle social !

L’ancienne perle des Antilles a perdu, depuis le putsch de 1991, le tiers d’un produit intérieur brut déjà maigre. Trente ans de stagnation sur fond de poussée démographique et de bidonvillisation de la capitale : l’anarchie porto-princienne est-elle spontanée ou entretenue ? Le sentiment de fatalité, que la théologie de la Libération a combattu hier, prévaut partout. Violence d’Etat, violence civile, violence politique : la population verse dans le millénarisme permanent, dans la peur de menaces de toute nature, sûre d’avancer sans alternative vers de nouvelles et inéluctables catastrophes. » (extrait d’un article de Christophe Wargny, Le Monde Diplomatique, février 2002)

Dans BiblioMonde

Imaginaires politiques et pentecôtismes. Afrique/Amérique latine

Religions et politique en Haïti, 1804-1990

Églises protestantes en Haïti, communication et inculturation


Notre dossier sur Haïti (BiblioMonde)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com