BiblioMonde

Le mythe de la Grèce blanche, un malentendu historique

par Philippe Jockey

( Livre )
Belin
2013, 208 p., 19 euros

ISBN : 978-2701174723

La Grèce antique a longtemps été réputée « blanche », car l'usure du temps avait fait disparaître les couleurs ornant les sculptures et reliefs pour ne laisser que le marbre blanc.

Dès la Renaissance, on célèbre la blancheur des statues exhumées et on en fait des copies, blanches elles aussi. Cet impérialisme esthétique du blanc trouve une expression radicale dans le développement des discours racistes exaltant la figure de l'homme occidental blanc, dont la filiation remonte à l'Antiquité classique. Les couleurs sont dès lors la marque dégradante de l autre, du « métèque ».

Mais les dernières technologies donnent les preuves matérielles de la présence sur les œuvres grecques de polychromie et d'or. Pourtant, il y a encore des réactions incrédules, voire dégoûtées (trop « kitsch »). Et certains archéologues continuent de passer au kärcher les derniers témoignages du goût des anciens pour les couleurs. Le livre raconte ce refus délibéré de nature esthétique, mais aussi politique et idéologique, des couleurs et vise à en comprendre les raisons.


Dans BiblioMonde

Notre dossier sur la Grèce (BiblioMonde)

 
© BiblioMonde.com