BiblioMonde

Mythe et tragédie en Grèce ancienne

par Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet

( Livre )
La Découverte

ISBN : 2707133809 (8,40 euros) - 2707144231 (11,50 euros)

D'abord publiés séparément et à quatorze années d'écart, désormais rassemblés sous le même titre, celui du premier volume, Mythe et tragédie en Grèce ancienne (Maspero, 1972) et Mythe et tragédie (vol. 2) (La Découverte, 1986) proposent une approche de la tragédie grecque qui relève de la sociologie de la littérature et de l'anthropologie historique.

Commander le tome 1 et le tome 2.


En 1972, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet faisaient paraître Mythe et tragédie en Grèce ancienne, un recueil de sept études qui s'efforce de soumettre les textes antiques à l'analyse structurale, à une recherche de l'intention littéraire et au démontage sociologique. Cette triple approche n'est pas appliquée au mythe lui-même, mais aux tragédies en ce que chacune a de singulier, considérée comme "phénomène indissolublement social, esthétique et psychologique". Paru quatorze ans plus tard, Mythe et tragédie II élargit la perspective choisie et centre l'analyse sur les dieux de la tragédie du Ve siècle, et en particulier sur le dieu du théâtre, le dieu au masque : Dionysos. Au-delà du théâtre classique, les auteurs se demandent pourquoi ce classicisme est devenu notre classicisme. Ces deux ouvrages sont aujourd'hui devenus des références incontournables pour tous les étudiants et les chercheurs en histoire ancienne, et au-delà, pour tous ceux qui s'intéressent aux rôles et aux structures des mythes.

« Pareillement héritiers de l'enseignement de Gernet, nous partagions l'idée centrale du maître (sous l'égide duquel j'ai placé le Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes, créé par Vernant) : la réflexion de la cité sur elle-même précède l'élaboration du droit. On est parti de là. A nous de lire dans le corpus tragique les indices de cette matrice des institutions. Tandis que j'étudiais l'éphébie dans le Philoctète de Sophocle, lui découvrait l'image de l'ostracisme dans l' OEdipe roi. L'institution à naître est là, présente, même masquée. » (extrait d'un entretien avec Pierre Vidal-Naquet, Le Monde, 9 janvier 2004)

« Thèmes de prédilection, le rapport entre tragédie et politique. Et nous met en garde contre la surinterprétation historicisante des tragiques. Si Thucydide analyse l'impérialisme athénien de sorte que ce soit un "acquis pour toujours", Eschyle, Sophocle ou Euripide, tout engagés qu'ils soient dans la vie d'Athènes, ne tendent au lecteur qu'un miroir brisé dont chaque éclat renvoie une image susceptible de lectures multiples et, pour beaucoup, légitimes. Quand l'historien doit se soumettre à la réalité, l'auteur tragique exerce sa fonction critique par la mise à distance, qui lui permet, à lui citoyen de la cité démocratique, de brosser en héros le portrait de l'archer plutôt que de l'hoplite, du métèque et non du citoyen, du tyran au détriment du magistrat élu. Là où l'historien colle par méthode au réel, le tragique biaise et "met en question ce que dit et ce que croit la cité", offrant au spectateur, d'hier et d'aujourd'hui, l'éventail infini des champs du possible. En se plaçant ainsi hors du temps de l'histoire, il invite à réfléchir au temps même de l'histoire. » (extrait d'un article de Maurice Sartre, Le Monde, 15 novembre 2002)

____________________________________________

Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.



 
© BiblioMonde.com